Buick LaCrosse 2013: Trop souvent oubliée

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2013

Il est vrai que la catégorie des grosses voitures nord-américaines proposant un certain luxe n'est pas la plus populaire de notre marché. Quand on veut investir un peu plus que la moyenne, on se tourne généralement vers les bagnoles asiatiques ou encore les germaniques. Pourtant, il faut se débarrasser des préjugés que l'on a envers les autos américaines. Comme les Buick d’aujourd’hui, elles sont dans le coup.

La Chine est devenue le plus important marché automobile de la planète et les Chinois sont des inconditionnels de cette marque, ce qui a incité General Motors à développer des Buick plus à jour sur le plan mécanique et d’un style plus contemporain.

Les goûts ne se discutent pas

Lorsqu'une marque est établie sur le marché et jouit d'une grande popularité, elle développe une clientèle qui apprécie la silhouette de la plupart de ses modèles. Non seulement la division Buick opérait dans un anonymat assez poussé, mais il en était de même de la silhouette corporative: anonyme... Les gens achetaient une Buick surtout en raison de sa fiabilité, d’une certaine réputation de luxe et de la suspension guimauve qu'ils associaient au luxe et au confort. Le style n’était pas au programme.

Les designers responsables du modèle de la nouvelle génération n’ont pas eu la tâche facile. Il faut toutefois admettre qu'ils ont réussi un bel exercice de sobriété et de style sur la LaCrosse qui a été complètement redessinée en 2010. Je ne suis pas le plus grand partisan de cette calandre en forme de chute d’eau, mais elle est bien intégrée à l'ensemble et représente la signature visuelle de ce modèle. Parlant d'héritage esthétique, les extracteurs d'air si chers à Buick sont placés de chaque côté du capot. La partie arrière se distingue par une barre de chrome traversant le couvercle du coffre de part en part. Ce dernier est encadré par des feux arrière dont les dimensions sont passablement grandes.
Pendant des années, la quasi-totalité des chroniqueurs automobiles pourfendait les tableaux de bord des Buick qui étaient d'une rare insignifiance. Tout était rectangulaire et horizontal, comme dans les années 70. De plus, les designers de Buick semblaient presque embarrassés de placer un ou deux boutons sur cette même planche de bord, comme si cela aurait pu gêner le conducteur. Les temps ont vraiment changé puisque celle du modèle actuel est désormais moderne et dynamique. Ainsi, les deux cadrans circulaires sont électroluminescents, comme le veut la tendance. Leur consultation est excellente aussi bien le jour que la nuit. La console centrale est dominée par un écran à affichage DEL superposant un bouton central de commandes qui est encadré par des pavés servant à gérer différentes fonctions. Il faut souligner également la présence des commandes du régulateur de croisière, de la téléphonie mains libre et du système audio sur les rayons du volant.

La qualité de la finition est excellente et les plastiques durs autrefois si chers à ce constructeur ont enfin été relégués aux oubliettes pour laisser place à des matériaux de meilleure qualité. Par contre, le support latéral des sièges avant pourrait fournir plus de soutien, tandis que la banquette arrière est non seulement spacieuse mais très confortable. Après tout, on est dans une grande berline!

Traditionalistes ou écolos?

On retrouve deux moteurs au catalogue de la LaCrosse. Il y a tout d’abord un quatre cylindres 2,4 litres et un nouveau V6 de 3,6 litres arrivé en cours d’année 2012.  Ce dernier fait 303 chevaux grâce à l’injection directe, remplaçant le V6 qui officiait lorsque la voiture, alors appelée Allure, est arrivée sur le marché en 2005. Le V6 peut être associé à une transmission intégrale qui effectue du bon boulot sans jamais faire sentir sa présence lorsque la chaussée est sèche. Si non, les roues avant sont motrices.

De son côté, le quatre cylindres 2,4 litres est maintenant uniquement disponible en version eAssist. Il s'agit d'une approche astucieuse de la part des ingénieurs de GM  afin de réduire la consommation de carburant sans pour autant avoir recours à la technologie complexe des voitures hybrides. D'ailleurs, on se contente de parler d'assistance électrique.

Cette approche est relativement simple : l'alternateur a été remplacé par un moteur électrique qui permet de compter sur 15 chevaux additionnels si le moulin thermique subit une charge supplémentaire. Ce système comprend aussi une batterie ion-lithium de petite dimension placée entre le dossier du siège arrière et le coffre. C'est simple, en plus de permettre également de faire appel à un système Arrêt-départ qui coupe le moteur lorsque la voiture est immobilisée. La version eAssist est moins nerveuse au chapitre des performances, mais elle obtient une moyenne de consommation d'à peu près 7,0 l litres aux 100 km, ce qui est environ 20 % de mieux qu'avec le moteur V6. Peu importe le moteur, la transmission automatique compte six rapports.

Sur tous les modèles, la voiture tient bien la route, la caisse est d'une grande rigidité tandis que la direction se révèle précise. En plus, les freins sont puissants.

Même si cette Buick nous fait sourire en raison de son nom, c'est du sérieux.

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires