Chevrolet Cruze 2013: Le passé est enfin passé

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2013

Pendant des années, le constructeur General Motors a tergiversé sur la qualité de ses véhicules. Non seulement leur fiabilité était parfois aléatoire, mais GM avait la propension à faire appel à des mécaniques requinquées tant bien que mal qui avaient de la difficulté à se faire justice face à une concurrence beaucoup plus affûtée et plus moderne. En outre, le style semblait avoir été pensé pour les acheteurs d'une autre planète tandis que la qualité des matériaux et de la finition dans l'habitacle laissait plusieurs personnes perplexes. Il y avait bien d'heureuses exceptions mais, dans la majorité des cas, on semblait avoir oublié chez ce manufacturier que la concurrence était on ne peut plus vive. Depuis son redressement financier, on procède heureusement d'une toute autre façon.

La Chevrolet Cruze est la preuve que les choses ont changé dans toutes les divisions de GM. En effet, la silhouette, à défaut d'être inspirante, est très moderne et devrait très bien vieillir. De plus, si l’on se fie aux impressions des gens, la seule chose qu'on pourrait lui reprocher est d'être un peu trop sobre. Mais les lignes sont équilibrées et la qualité de l'assemblage des panneaux de caisse est impeccable.

De belles surprises

Pour comprendre l'évaluation de l'habitacle de ce présent modèle, il faut retourner une couple d'années en arrière et examiner la défunte Cobalt. Celle-ci était une berline compacte, de grande diffusion elle aussi, mais son habitacle était d’un design peu inspirant. D’autre part, les plastiques durs dominaient tandis que la qualité de la finition et de l'assemblage, bien qu'améliorée au fil des ans, laissait à désirer.

La Cruze est venue la remplacer il y a une couple d'années et la transformation a été spectaculaire. En effet, non seulement la qualité des matériaux et de la finition est à des années-lumière de ce à quoi on nous avait habitués, mais la présentation est bien de notre époque. L'élément dominant de cette planche de bord est la console centrale qui, avec plusieurs pièces de couleur aluminium, contraste avec les autres surfaces du tableau de bord. Deux buses de ventilation viennent encadrer la plupart des commandes qui sont pour leur part faciles d'utilisation.
Les sièges avant sont confortables et offrent un excellent support pour les cuisses. Les places arrière sont un peu moins douillettes, mais c'est quand même raisonnable pour une voiture de cette catégorie. En outre, la qualité des tissus utilisés pour ces sièges est bonne. Soulignons au passage que le coffre a une capacité de 425 litres, presque l'équivalent de ce que nous propose la Malibu qui est pourtant une intermédiaire.

Petite cylindrée, la solution de l'avenir

Toujours pour reprendre mon analogie avec le passé, la division Chevrolet était devenue la championne des mécaniques retapées tant bien que mal. Un nouveau groupe propulseur, dans le jargon du constructeur, se limitait à augmenter la cylindrée ou tout simplement remplacer la culasse. Quant à la consommation de carburant, ce n'était pas ce qui était le mieux malgré les changements.

La plupart des gens ont donc eu peine à croire que la Cruze allait être équipée d’un moteur moderne, un 4 cylindres turbocompressé de 1,4 litre. On se serait attendu à un « gros quatre » de 2,6 litres, par exemple, emprunté au passé. Mais les solutions les plus populaires pour les années à venir seront justement des petites cylindrées associées à la suralimentation ou la compression. Ce 1,4 litre est donc une solution d’avenir. Avec ses 138 chevaux, il obtient des temps d'accélération qui sont dans la moyenne de la catégorie. Quant à sa consommation de carburant, elle est inférieure à 8 litres aux 100 kilomètres. Ce moteur est jumelé à une boite manuelle à six rapports en équipement de base ou en option à une automatique ayant également six rapports. Les deux livrent des performances plus qu'honorables.

Il existe aussi une version Eco qui fait appel à de multiples astuces aérodynamiques et de réduction de poids, ainsi qu’à des pneus à faible résistance au roulement afin de réduire la consommation de carburant. Cette version n'est offerte qu'avec le moteur turbo 1,4 litre, combiné de série à une boite manuelle Eco à six rapports dont l’étagement maximise l’économie d’essence. Si l'on conduit en faisant appel à des techniques de conduite économique, on peut facilement obtenir une consommation inférieure de 10 % par rapport au modèle ordinaire, et même mieux.  La boite automatique à six vitesses est également offerte en option sur la version Eco, mais il s’agit de la même boite qui est offerte sur les autres versions de la Cruze.

Les modèles de base sont propulsés par un autre moteur quatre cylindres. Ce 1,8 litre déploie deux chevaux de moins que le 1,4 litre, il est plus rugueux et sa consommation de carburant légèrement supérieure tandis que son couple est inférieur. Ce n'est pas vraiment un moteur à conseiller.

Au chapitre de la conduite, c'est une agréable surprise tant en raison de la tenue de route que du plaisir de conduite. La position de conduite est bonne, le feedback de la route sans reproche et la stabilité linéaire excellente. Même s'il s'agit d'une voiture de catégorie compacte, en fait de confort et d’insonorisation, on a l'impression de conduire une intermédiaire.

Cette Chevrolet est un choix intéressant pour les personnes qui désirent une voiture compacte sans être trop pénalisées au chapitre des dimensions.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisChevrolet Cruze Diesel 2014, l’as caché !
Dans le plus que compétitif segment des voitures compactes, GM n’a jamais été capable de rivaliser véritablement avec ce qui se faisait de mieux. Pas facile de suivre la cadence des constructeurs nippons et coréens qui, depuis des années, dominent ce créneau en proposant des véhicules qui répondent parfaitement à …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires