Pontiac Grand Am, le chant du cygne

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2004

Il est tout de même curieux que les grands manitous de General Motors aient déjà annoncé que la Grand Am ne sera pas de retour en 2005. Elle sera non seulement remplacée par un tout nouveau modèle élaboré à partir d'une plate-forme plus moderne, mais cette intermédiaire changera également de nom. Geste pour le moins surprenant lorsqu'on sait qu'elle est non seulement la Pontiac la plus vendue, mais le produit de GM qui domine sa catégorie.

Il est difficile d'interpréter ce geste qui devrait inciter plusieurs personnes à éviter d'acheter la Grand Am puisqu'elle ne sera plus sur le marché d'ici quelques mois. Quoi qu'il en soit, une chose est certaine, sa remplaÇante nous la fera rapidement oublier car, si la Grand Am se vend autant, c'est davantage en raison de sa silhouette et de son prix qu'à cause de son agrément de conduite. Ce n'est pas une voiture catastrophique, mais elle manque nettement de raffinement. La refonte complète de cette voiture en 1999 lui avait quand même permis de perdre le titre de « pire voiture de sa catégorie ». Depuis cette transformation complète, la Grand Am est une voiture moins démunie qu'auparavant. Elle s'est même raffinée au fil des années avec l'arrivée de la boîte manuelle Getrag en 2000 et du moteur Ecotec en 2002. Il faut également se souvenir que certains modèles avaient été dépouillés l'an dernier de leurs ridicules garnitures de bas de caisse.

Cette succession de modifications esthétiques et techniques nous permet d'affirmer que la cuvée 2004 est sans doute la meilleure dans l'histoire de ce modèle. C'est également son dernier tour de piste avant de s'éclipser. Compte tenu de sa popularité, il faut en conclure que sa silhouette est l'élément qui incite autant de gens à s'en procurer. Comme les goûts ne se discutent pas, contentons-nous de conclure que les présentations un peu plus chargées plaisent à plus de gens qu'on le croirait. Si les panneaux de bas de caisse ont été éliminés l'an dernier, la partie avant est toujours très chargée avec la grille de calandre décorée de deux naseaux surplombant des entrées d'air passablement voyantes.

La même remarque s'applique au tableau de bord avec ses multiples buses de ventilation bien en évidence, sa console centrale parsemée d'une multitude de boutons et deux cadrans indicateurs géants. Certains trouvent cela trop chargé, mais c'est tout de même moins anonyme que ce qui vous est proposé dans les Buick Century et Oldsmobile Alero. Encore là, c'est une affaire de goûts personnels.

La différence s'estompe

Les stylistes de la Grand Am ont voulu qu'elle se différencie du lot par une présentation plus agressive, plus originale, et cela a porté fruit. Par contre, cette Pontiac rentre rapidement dans le rang lorsqu'on évalue ses qualités routières. D'originale et prometteuse, elle devient une voiture aux caractéristiques similaires à celles de bien d'autres. En conduite de tous les jours, elle ne souffre d'aucune faiblesse majeure. La direction est légèrement trop assistée, la suspension manque quelque peu de débattement et le freinage est correct. Le moteur Ecotec 2,2 litres couplé à la boîte manuelle Getrag à cinq rapports se révèle fort bien adapté à cette voiture. Il lui manque une dizaine de chevaux pour être au diapason de la catégorie et il est bruyant, mais c'est une combinaison recommandable d'autant plus qu'il offre une consommation de carburant adéquate.

En revanche, si vous désirez un peu plus de puissance et une boîte automatique, sachez que le moteur V6 3,4 litres de 170 chevaux est offert en option avec une boîte automatique à quatre rapports. Ce moteur n'est pas un jeunot, mais il assure des performances correctes tandis que la boîte Hydra Matic s'avère à la hauteur de sa réputation avec des passages de vitesses précis et sans à-coups. Par contre, puisqu'il s'agit d'un moteur à soupapes en tête, ce V6 s'essouffle rapidement. Il ne faut pas oublier de souligner que la GT est équipée de la version Ram Air de ce moteur. Un système d'admission d'air moins restrictif permet de bénéficier de cinq chevaux de plus. C'est tout de même peu pour profiter des pneus sport de 16 pouces de la GT. D'ailleurs, compte tenu des prétentions du nom et de la silhouette de ce modèle, on aurait pu l'équiper d'une suspension plus sportive. Une fois encore, Detroit se contente d'utiliser des appellations nettement au-delà de la réalité en ne nous livrant que des accessoires décoratifs et une infime amélioration des performances.

Loin d'être une grande dame

Pour résumer, la Grand Am est une boulevardière élégante aux yeux de certains et trop fardée selon d'autres. Sa suspension est moins primitive qu'auparavant, mais ses limites sont vite atteintes lorsque la qualité de la chaussée se dégrade. Elle talonne allègrement et les secousses de la route, mal filtrées, se transmettent dans le volant. Il faut également déplorer le faible support latéral des sièges, une finition toujours couci-couÇa de même qu'une fiabilité pas toujours très élevée.

À la lueur de cette analyse, on comprend aisément pourquoi la direction semble aussi empressée à remplacer ce modèle par un autre.

En plus, comme la Grand Am fait partie de la même catégorie que les Honda Accord, Mazda6, Nissan Altima et Toyota Camry ? pour ne nommer que les plus importants joueurs chez les intermédiaires ?, tous des modèles qui ont été lancés depuis la transformation de la Grand Am et qui devanÇaient déjà la Pontiac avant leur modernisation, il est facile de tirer les conclusions qui s'imposent.

Partager sur Facebook
Commentaires