Audi A3 e-gas : Prototype au gaz naturel synthétique

Après les technologies hybrides, hybrides rechargeable ainsi que les motorisations électriques ou à pile à combustible, voici que le constructeur aux quatre anneaux s’aventure sur le terrain des voitures propulsées au gaz naturel synthétique.

Audi A3 e-gas

Cette Audi A3 n’est pas un concept mais plutôt un prototype servant de laboratoire au développement de futurs modèles qui utiliseront une nouvelle forme de gaz naturel comme carburant alternatif. Ce gaz dit de synthèse produit par Audi est un mélange de CO2 et d’hydrogène dont les émanations de CO2 sont pratiquement nulles.

Sous le capot de cette A3, on retrouve un moteur quatre cylindres de 1,4 litre TFSI turbocompressé dont la puissance est de 109 chevaux. Ce dernier est ici associé à deux réservoirs dont l’un est rempli de gaz compressé et l’autre en essence.

En mode à gaz naturel synthétique la voiture présente une autonomie de 250 kilomètres tout en pouvant atteindre une vitesse maximale de 190 km/h. En mode essence, la voiture pourra profiter de performances déjà connues.

Les ingénieurs ont choisi ce mode de propulsion parce qu’il n’affecte nullement le poids de la voiture et que l’approvisionnement en gaz naturel synthétique est relativement simple.

Dès 2013, quelques 1 500 Audi A3 TCNG seront mises à la disposition de clients à dessein de procéder à des tests sur le terrain de cette nouvelle approche technologique. Par la suite, il se peut qu’on offre d’abord sur le marché allemand des modèles A3 et A4 e-gas.

De plus, le constructeur va éventuellement utiliser des éoliennes et des panneaux solaires pour alimenter en électricité ses principales usines. Le surplus d’électricité produit pourra servir à alimenter les prototypes à motorisation électrique en développement, dont les Audi A1 et A3 e-tron et autres.

Il est également question que ce surplus en électricité pourrait servir à produire de l’hydrogène par électrolyse, voire du méthane par la magie des différentes combinaisons chimiques possibles.

Partager sur Facebook
Commentaires