Ford Expedition / Lincoln Navigator 2011: Moins populaires mais meilleurs que jamais

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2011

Il aura fallu des hausses spectaculaires et répétées du prix de l’essence ainsi que l’une des pires crises économiques de l’histoire pour que la popularité de ces deux mastodontes soit remise en cause. Si au Québec la renommée de ces deux gros VUS était assez partagée, ils connaissaient des heures de gloire sur le marché américain. En effet, après l’époque de la fourgonnette, le public s’est entiché de ces gros véhicules capables de passer partout tout en consommant une quantité assez impressionnante de carburant. De nos jours, la demande est moindre aux quatre coins de notre continent, mais, curieusement, ces véhicules sont plus sophistiqués et plus confortables que jamais.

Ce n’est pas la première fois qu’une telle contradiction se manifeste. Par ailleurs, les personnes qui ont vraiment besoin d’un tel véhicule seront servies tant au chapitre de la solidité que de la tenue de route et de la sécurité. Et dans le cas du Lincoln Navigator, le luxe est au rendez-vous.

L’Expedition d'abord

Il est important de préciser que les deux modèles se partagent la même plate-forme et la même mécanique. Ce sont des concurrents directs des gros véhicules tout-terrain dotés d’un châssis autonome et d’un rouage 4X4 à temps partiel. Mais au fil des années, le club des gros 4X4 a perdu des joueurs, et il n’en reste qu’une poignée. Toutefois, ils répondent à des besoins spécifiques et nombreux sont ceux qui ne pourraient s’en passer. Dans le cas du véhicule qui nous concerne, le groupe propulseur est un moteur V8 de 5,4 litres produisant 310 chevaux et capable de remorquer une charge de 9 000 livres (4 082 kg), ce qui n’est pas une surprise en soi puisque ce duo est dérivé de la camionnette F-150 dont la robustesse n’est plus à démontrer. Ce moteur est associé à une transmission automatique à six rapports qui fait de l’excellent travail. Malheureusement, déplacer une masse de plus de 3 tonnes exige du carburant. Tant et si bien que la consommation moyenne devrait excéder 17 litres aux 100 km. Accrochez une roulotte à votre Ford ou Lincoln et vous constaterez que la consommation augmente d’au moins 30 %.

Alors que les premiers exemplaires de ces modèles commercialisés il y a maintenant quelques décennies proposaient une tenue de route assez aléatoire et un confort sommaire, les versions actuelles nous gâtent en matière de confort, de tenue de route et même d’agrément de conduite aux yeux des inconditionnels de cette catégorie. Et pour ajouter à la sécurité et à la facilité de conduite, les ingénieurs ont concocté plusieurs aides électroniques à la conduite. L’élément qui me vient en tête en premier est le système de contrôle de stabilité de la remorque qui travaille de concert avec le système de stabilité latérale Advance Trac de Ford et du système anticapotage intégré. Si jamais quelqu’un perd le contrôle de sa remorque au volant d’un Expedition ou d’un Navigator, c’est qu’il aura commis un acte impardonnable derrière le volant. En effet, lorsque les capteurs détectent une possible perte de contrôle, les freins sont appliqués à l’une ou l’autre des roues tout en réduisant la puissance du moteur. Et si le pire se produit, le système SOS Post-Crash Alert actionnera automatiquement le klaxon et les clignotants d’urgence après le déploiement des coussins de sécurité. Parmi les autres trouvailles dignes d’intérêt, on oublie toujours de souligner que la compagnie Ford a innové avec un système de ravitaillement en essence sans bouchon. À l’usage, c’est absolument génial, et on peut se demander pourquoi cela ne devient pas la norme dans toute l’industrie.

Le Navigator

Si le Ford Expedition propose une silhouette relativement anonyme, il en est tout autre du Lincoln Navigator avec son sourire chromé dessiné par la grille de calandre et l’imposante prise d’air sur le pare-chocs avant. Ajoutez à cela des roues chromées et il est impossible de ne pas le remarquer sur nos routes. Mais c’est quand même relatif, puisque les ventes de ce mastodonte sont modérées. Dans l’habitacle, c’est le luxe. Et il est passablement impressionnant de jeter un coup d’oeil au tableau de bord en soirée, on se croirait dans un avion de ligne avec tous ces cadrans et toutes ces commandes éclairées. C’est impressionnant !

Cette année, les modifications d’ordre mécanique et esthétique sont pratiquement inexistantes. Par contre, le système de navigation à commande vocale est associé maintenant à une radio HD dont la qualité sonore est supérieure à la moyenne. À ce chapitre, le conducteur n’a rien à faire. Il synchronise ses postes de radio favoris, et si ces postes émettent en mode HD, il bénéficie d’une écoute améliorée. Cette caractéristique est surtout intéressante si vous roulez aux États- Unis où le nombre de postes HD est plus élevé.

Parmi la pléthore d’accessoires et de gadgets, on peut mentionner également des écrans vidéo montés sur la partie supérieure arrière des sièges avant afin que les occupants des places arrière puissent regarder leurs films favoris et les écouter avec des écouteurs sans fil. Il faut également souligner le système MyKey offert aussi sur l’Expedition. Il s’agit d’une clé programmable qui limite la vitesse de pointe, qui empêche de désactiver le système antipatinage, qui limite le volume du système audio à 44 % du maximum et où une sonnerie se fait entendre lorsqu’on atteint les 70, 90 et 105 km/h ! La seule chose que cette clé ne fait pas, c’est de communiquer avec le propriétaire pour l’aviser qu’on « fait des folies » avec son véhicule.

Feu vert

Moteur bien adapté
Habitacle spacieux
et confortable
Comportement routier
Bonne capacité de remorquage
Équipement complet

Feu rouge

Consommation élevée
Dimensions encombrantes
Popularité décroissante
Marchepieds inutiles

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires