Chevrolet Aveo / Sonic / Suzuki Swift+ 2011: Avenir prometteur, présent décevant

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2011

Lorsque General Motors a lancé l’Aveo et ses variantes au printemps 2004, ce fut un succès sur toute la ligne. En effet, cette voiture proposait une silhouette moderne et se vendait à des prix ridiculement bas. Les gens se sont précipités dans les salles de démonstration pour examiner cette nouvelle venue. Désireux de surfer sur cette vague de popularité et afin de remplir les obligations de partenariat, Suzuki a adopté la petite coréenne qui est devenue la Swift+. Mais ce n'était que le début.

Il n'a pas fallu beaucoup de temps aux propriétaires de ces petites merveilles pour découvrir qu’ils étaient au volant de voitures manquant de puissance, offrant une tenue de route passable tout au plus et dont la fiabilité faisait fortement défaut. Les ventes ont rapidement décliné autant celles de l’Aveo que de la Swift+. La situation devrait cependant s’améliorer pour GM avec l’arrivée de la Chevrolet Sonic qui viendra remplacer l’Aveo au cours des mois à venir.

Futur prometteur

Donc, laa Sonic remplacera l'Aveo. Cette nouvelle venue sera proposée en deux versions, un hatchback cinq portes dont la silhouette est relativement moderne et une version berline dont les lignes s'apparentent à celle de la Cruze. Par contre, le tableau de bord est toute une réussite. Mais ce qui est impressionnant sur cette voiture, c'est qu'elle possède la même motorisation que la Cruze. Cela signifie qu'on pourra choisir entre un moteur quatre cylindres de 1,8 litre d'une puissance de 135 chevaux associé à une boîte manuelle à cinq rapports et un quatre cylindres de 1,4 litre qui gère 138 chevaux grâce à la présence d'un turbocompresseur. Avec ce moteur, vous bénéficiez d'une transmission manuelle à six rapports. Dans les deux cas, la boîte automatique est à six vitesses.

Cette sous-compacte sera produite aux États-Unis, son assemblage sera effectué à l'usine située à Orion dans le Michigan, ce qui devrait permettre la création de 1 000 emplois.

En attendant

L’offre actuelle est moins encourageante. Le style de ces voitures est réussi. La berline ne casse rien en fait de silhouette, tandis que la version hatchback est beaucoup mieux avec sa partie arrière dotée de feux de recul circulaires qui lui donnent une petite touche à part. Les designers ont également eu le coup de crayon inspiré lorsqu'est venu le temps de dessiner le tableau de bord. Certains vont souligner que le nombre de boutons et de commandes est minimaliste, mais encore fallait-il les agencer de belle façon. L'utilisation de certaines pièces en aluminium brossé permet de relever le tout. De plus, le volant à quatre branches est quand même assez inspiré tout en étant pratique avec ses commandes placées en périphérie du moyeu. Mais là s'arrêtent les choses positives que l'on a à dire à propos de cet habitacle.

Il n'y a aucune preuve réelle, mais les plastiques semblent être d'une grande fragilité et on a l'impression de pouvoir tout démolir uniquement à l'aide de nos mains. Les sièges avant ne paraissent pas plus solides et leur confort n'a rien pour écrire à sa mère. On peut rouler pendant quelques heures sans trop souffrir, mais il y a beaucoup mieux dans la catégorie. Quant aux places arrière, elles sont quasiment symboliques. Et n’allez pas croire que c'est mieux chez Suzuki. Peu importe la marque ou le modèle choisi, l'apparence est agréable, l'exécution décevante.

Piètres routières

Il arrive parfois que des voitures mal foutues en fait de qualité des matériaux et d'assemblage se fassent pardonner ces faiblesses par un agrément de conduite digne de mention et par une tenue de route supérieure à la moyenne. Dans le cas qui nous concerne, rien de cela ne se matérialise.
Le pauvre petit quatre cylindres de 1,6 litre est censé produire 108 chevaux, mais après avoir conduit cette voiture, je suis persuadé qu'il existe une différence entre les chevaux-vapeur coréens et les nôtres... En effet, le rendement de ce moteur est si décevant qu'on a l'impression qu'il manque au moins une vingtaine d'équidés sous le capot. Il est vrai qu'il est possible de boucler le 0-100 km/h en 12 secondes, mais il faut tellement faire hurler le moteur que c'est quasiment inapproprié de répéter l'exercice à plusieurs reprises. De plus, la pauvre petite boîte manuelle à cinq rapports ne facilite pas l'exercice. Le passage des rapports est saccadé et le guidage du levier de vitesses est imprécis tout au mieux. Et ce n'est pas en commandant la boîte automatique que les choses vont se régler. Il s'agit d'une unité quasiment rétro avec quatre vitesses et des passages de rapports qui manquent indéniablement de douceur. C'est une bonne chose que le groupe propulseur ne soit pas plus puissant, car la plate-forme de toutes ces voitures n'est pas ce qui s'est fait de mieux au fil des ans. Le manque de rigidité est flagrant, tandis que la suspension mal calibrée a beaucoup de difficultés à négocier les routes en mauvais état, ce qui signifie la quasi-totalité des routes de notre province...

Il est dommage que l'exécution de ces voitures n'ait pas été meilleure. L’Aveo sera remplacée par la Sonic, un modèle plus moderne fabriqué aux États-Unis, qui devrait être capable de soutenir la comparaison avec une concurrence de plus en plus pointue.

Feu vert

Annonce de la Sonic
Silhouette élégante
Tableau de bord réussi
Modèle hatchback versatile
Possibilité d'aubaine

Feu rouge

Performances décevantes
Consommation élevée
Transmission d'une autre époque
Fabrication peu convaincante

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires