Mercedes-Benz Classe ML, beaucoup d'eau sous les ponts

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2007

Lancée l’an dernier, la deuxième génération du ML corrigeait les erreurs de jeunesse qui ont affligé les modèles précédents de ce sport utilitaire assemblé aux États-Unis et arrivé sur le marché en 1997. La refonte a été à ce point complète que mon collègue Denis Duquet n’a pas hésité à lui accorder le titre de nouvelle référence de la catégorie dans l’édition 2006 du Guide de l’auto. Le ML poursuit donc sa route en 2007, année qui marquera également l’arrivée d’une version survitaminée proposée par la division AMG.

Avec sa calandre grillagée, son capot plongeant, son pare-brise incliné et surtout l’angle prononcé du pilier C faisant le lien entre les glaces latérales arrière, l’allure dynamique et racée du ML de deuxième génération ne manque pas de séduire. De plus, les ailes élargies et la présence d’éléments de protection sous les pare-chocs avant et arrière lui donnent une apparence plus masculine.

Le diesel au programme

L’an dernier, le ML n’était proposé qu’avec un V6 ou un V8 à essence, mais la gamme de motorisations sera plus élargie pour l’année modèle 2007. Les motorisations diesel jouissent d’une diffusion importante sur le vieux continent, mais sont moins populaires chez nous. Pourtant, un tel moteur offre souvent un couple largement supérieur à un moteur à essence de cylindrée équivalente, et plusieurs automobilistes québécois en sont des inconditionnels. Ces derniers seront donc heureux d’apprendre que le ML sera également offert au Canada avec un V6 diesel de 3,0 litres et 221 chevaux dès octobre 2006. Des deux moteurs à essence proposés, le V8 de 5,0 litres et 301 chevaux livre les performances les plus inspirées, mais le V6 de 3,5 litres et 268 chevaux n’est pas à dédaigner pour autant, son niveau de performances étant suffisant pour la conduite de tous les jours. Sur la route, le ML affiche une tendance au sous-virage en conduite sportive, mais le roulis en virage est bien contrôlé et la direction est d’une grande précision, ce qui en fait un sport utilitaire au comportement très civilisé.

La bombe AMG

Pour 2007, la division AMG propose sa version du ML qui se veut la réplique au Porsche Cayenne Turbo. Le ML63 AMG se distingue non seulement par son look beaucoup plus agressif, mais surtout par son moteur qui n’est cependant pas dérivé d’un moteur Mercedes-Benz, mais qui est plutôt une création originale de la division sport. En effet, ce V8 atmosphérique de 6,2 litres ne partage aucun élément avec l’un ou l’autre des moteurs Mercedes-Benz, il est entièrement réalisé en aluminium et il est doté de quatre arbres à cames en tête actionnant quatre soupapes par cylindre avec calage variable de ces soupapes. Ce nouveau moteur développe 503 chevaux à 6 800 tours/minute et 465 livres-pied de couple à 5 200 tours/minute, soit un couple maximal inférieur à celui du moteur précédent qui était un V8 suralimenté par compresseur capable de livrer 516 livres-pied. Cette réduction du couple maximal autorise donc le jumelage du moteur à la nouvelle boîte automatique 7G-TRONIC qui compte sept rapports avec commandes manuelles du passage des vitesses. La livrée de la puissance se fait toujours aux quatre roues par l’entremise du rouage intégral qui adopte ici une répartition de 40 pour cent au train avant et 60 pour cent à l’arrière. Il est à noter que ce nouveau moteur se retrouve non seulement sous le capot du ML63 AMG, mais qu’il sera également adapté pour les autres véhicules éventuellement développés par AMG.

En raison de l’accroissement de la puissance, les freins du ML63 AMG sont composés de disques d’un diamètre supérieur à ceux que l’on retrouve sur le ML500, et ils sont à la fois ventilés et percés afin de dissiper la chaleur plus rapidement lorsque fortement sollicités. Les suspensions pneumatiques ont également été revues puisqu’elles sont plus fermes dans une proportion de 100 pour cent à l’avant et de 60 pour cent à l’arrière par rapport au ML500. Pour vous donner une idée du potentiel de performance du ML63 AMG, précisons que le bloc d’instruments comporte un chronomètre, tout comme l’ensemble Sport Chrono Plus de Porsche… De là à vouloir se chronométrer en bouclant des tours de circuit, il n’y a qu’un pas, mais il ne faudrait surtout pas perdre de vue le fait que le ML63 AMG pèse plus de 2 300 kilos...

La catégorie des véhicules sport utilitaires a beau connaître un certain ralentissement des ventes en raison de la hausse des prix du carburant, il n’en demeure pas moins que les inconditionnels de ce type de véhicule sont nombreux et que le ML s’avère être l’un des meilleurs choix que l’on puisse faire dans cette catégorie. La concurrence étant féroce et persévérante, BMW réplique avec un tout nouveau modèle du X5 en 2007.

feu vert

Style réussi
Choix de motorisations
Rouage intégral
Boîte automatique à sept rapports
Bon comportement routier

feu rouge

Prix élevé
Consommation élevée
Coût des options

Partager sur Facebook
Commentaires