Le survoltage en toute sécurité

Le survoltage d’une batterie est un processus plutôt simple, mais qui peut s’avérer dangereux s’il n’est pas fait de la bonne façon.

Il arrivera un jour où votre voiture ne voudra pas démarrer parce que sa batterie sera à plat. Ce jour-là, vous serez heureux de connaître les rudiments d’un survoltage réussi et sécuritaire.

Le survoltage d’une batterie est un processus plutôt simple, mais qui peut s’avérer dangereux s’il n’est pas fait de la bonne façon.

Voici donc les éléments principaux à surveiller quand viendra le temps pour vous de jouer les mécanos en herbe et de «booster» votre batterie!

Soyez équipé

Pour effectuer le survoltage, vous aurez besoin de câbles de survoltage. Eh oui, le cerveau humain n’a malheureusement pas les capacités de transmettre l’énergie d’une batterie environnante à la vôtre par la simple pensée! Vous devrez aussi demander l’aide d’un autre automobiliste dont la batterie est du même voltage que la vôtre (habituellement 12 volts).

Aussi, vérifiez si les côtés de votre batterie sont gondolés. Si c’est le cas, celle-ci n’est plus bonne à rien et le survoltage s’avérera inefficace.

Évitez tout contact

En approchant sa voiture de la vôtre, le bon samaritain pourra vous aider à redémarrer votre véhicule. Rappelez-lui toutefois poliment de s’assurer de ne pas toucher votre bolide avec le sien. Cela pourrait provoquer une surtension. Et en plus, il pourrait abîmer votre peinture!

Laissez le véhicule du dépanneur en marche.

Pour éviter que la personne qui vous aide tombe à son tour en panne, il ou elle devrait laisser son moteur tourner tout au long de l’opération. Le survoltage demandera beaucoup d’énergie à sa batterie et l’aide de l’alternateur ne sera pas de trop.

L’ordre à respecter

Pour réaliser le survoltage, quatre câbles devront être branchés l’un après l’autre. Sachez que ceux-ci ne peuvent être liés de n’importe quelle façon. Commencez par le positif de la batterie en panne (rouge) pour ensuite brancher l’autre pince rouge sur le positif de la batterie de la voiture fonctionnelle.

Par la suite, servez-vous de la première pince noire sur la borne négative du véhicule en marche. La dernière pince, contrairement à ce que plusieurs croient, n’ira pas se rattacher au négatif de la batterie en panne. Elle doit plutôt être reliée à toute composante métallique reliée au moteur, ou bien à même le bloc-moteur, idéalement à au moins 30 cm de la batterie. Cela évitera qu’une étincelle ne vienne causer une explosion. Nous vous l’avons dit d’entrée de jeu, le survoltage peut s’avérer très dangereux s’il n’est pas bien fait.

Fermez les accessoires électriques

Quand les câbles seront bien branchés, ce sera le temps pour vous de démarrer votre véhicule. Juste avant, assurez-vous bien que tous les accessoires électriques de votre voiture, comme la radio ou le climatiseur, sont bien éteints. Le survoltage pourrait les endommager.

Soyez aussi bien certain que la transmission de votre voiture est au neutre, ou sur «P» s’il s’agit d’une automatique. Maintenant, démarrez!

L’ordre inverse

Si tout se déroule comme prévu, le moteur de votre véhicule tourne enfin! Après avoir laissé les câbles en place pendant quelques petites minutes, il sera temps de les retirer. Pour se faire, prenez tout simplement l’ordre de branchement expliqué plus haut et faites exactement l’inverse. Vous commencerez donc par le câble noir branché à votre moteur pour terminer avec le rouge connecté à la borne positive de votre batterie.

Il ne vous reste plus qu’à dire un grand merci à la personne qui aura pris le temps de vous dépanner.

Attention à l’électrolyte

Pendant toute la manœuvre, faites toujours attention aux résidus d’électrolyte qui pourraient s’échapper de votre batterie. Si ceux-ci en venaient à entrer en contact avec vos yeux ou votre peau, ne perdez pas de temps et lavez la partie affectée immédiatement. En tout temps, la sécurité est le mot d’ordre!

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Conseils: Protégez votre autoGuide Auto: Sachez survolter... sans vous amocher
Savez-vous survolter? Gageons que non. Le survoltage — le « boostage », en bon québécois – est chose courante par chez nous, surtout une fois l’hiver venu. Pourtant, trop peu d’automobilistes pratiquent la bonne méthode. Et malheureusement, ceux-là s’exposent à des dangers bien réels, tant pour le véhicule que pour …
Conseils: Protégez votre autoLe survoltage en trois étapes faciles
Avec les températures glaciales des derniers jours, on peut dire que nous avons vraiment les deux pieds dans la saison la plus difficile de l’année! C’est aussi la période où le CAA reçoit une énorme quantité d’appels en raison de voitures qui font la grève et refusent catégoriquement de démarrer …
Commentaires