Mon véhicule ne démarre pas. Quoi faire?

Appeler une dépanneuse.

Fin.

Sérieusement, la plupart du temps, c’est ce qui risque d’arriver. Mais il est toujours bon d’avoir ou de se remémorer quelques notions de base (et même plus avancées) du système de démarrage et de charge d’une automobile classique. Par classique, j’entends une voiture à moteur thermique (essence ou diesel) sans système d’arrêt/démarrage automatique. Les voitures hybrides (rechargeables ou non) et électriques figurent, bien évidemment, dans une classe à part en raison de leur configuration bien à elles.

Bien cerner le problème

N’importe quel technicien qualifié vous posera la même question si vous lui parlez d’un véhicule qui refuse de démarrer  : est-ce que le moteur tourne? Ce simple fait en dit beaucoup sur le diagnostic qu’il aura à poser sur votre voiture défectueuse. En effet, si on actionne le démarreur (avec la clé ou le bouton-poussoir) et que le moteur tourne sans jamais démarrer, on peut s’attendre à une anomalie du système d’allumage, d’alimentation en carburant, un problème mécanique, un moteur calé ou même du carburant diesel dans le réservoir d’une voiture à essence (parce que oui, ça arrive encore…). Par contre si, par un glacial matin hivernal, vous voulez démarrer d'avance votre véhicule (à distance ou non) afin de profiter d’un peu de chaleur à votre départ, et que celui-ci vous répond par un retentissant « tic! » ou par un inquiétant silence, vous pouvez commencer à regarder du côté du système de démarrage et de charge pour y déceler un problème.

Composants

La batterie : la première chose (et la plus facile) à vérifier. Elle alimente le démarreur lorsque demandé ainsi que les modules et accessoires quand le moteur ne tourne pas et que le commutateur d’allumage est à ON. (Même si on met la voiture hors tension, la batterie continuera d’alimenter plusieurs modules durant une période prédéterminée avant que ces derniers se mettent en mode «  sommeil  », réduisant la demande électrique de la batterie.)

  • Le démarreur : le moteur électrique et solénoïde servant à lancer le moteur thermique revient à l’arrêt une fois ce dernier en fonction. L'accessibilité dépend grandement de la marque, du modèle et de la configuration du bolide défectueux.
  • L’alternateur : son rôle est de maintenir la batterie chargée lorsqu’il est entraîné par le moteur thermique (via la courroie d’accessoires) et de fournir la tension électrique nécessaire au bon fonctionnement des différents modules et accessoires d’une automobile. Y avoir accès dépend aussi du type et du modèle d’auto sur laquelle on travaille. (À noter que j’y inclus le redresseur ainsi que le régulateur de charge.)
  • Circuit : il comprend le câblage, les bornes de raccordement, les dispositifs de protection (fusibles) ainsi que les relais concernés afin de connecter tout ce beau monde.
  • Contrôles : commutateur d’arrêt/démarrage, à bouton-poussoir pour les modèles équipés d’une clé intelligente ou à barillet pour les systèmes traditionnels et commutateur de position du levier de boîte de vitesses (automatique) ou d’embrayage (manuelle). Il est à noter que les modules qui gèrent les signaux de clés à puce laisseront, dans certains cas, le démarreur fonctionner en cas d’anomalie, mais interféreront plutôt avec les systèmes d’allumage et d’alimentation afin d’y empêcher le démarrage et, possiblement, un vol.

Les tests

Une simple évaluation visuelle et auditive donnera beaucoup d’indices quant à la nature du problème. Par exemple, une batterie complètement à plat n’aura même pas assez de jus pour allumer les différents témoins du tableau de bord (et encore moins les phares). À ce moment, un survoltage peut être envisageable. Pour se rafraîchir la mémoire à ce sujet, lisez notre article intitulé Sachez survolter… sans vous amocher.

Advenant que la voiture démarre par la suite, il sera nécessaire de faire tester la batterie dans un atelier compétent. Si elle est à remplacer, s’assurer de se procurer une batterie d’une puissance, calculée en ampérage à froid ou CCA (cold cranking amps), égale ou supérieure à celle d’origine et de bien faire nettoyer les bornes de raccordements. Et tant qu'à y être, il est toujours bon de s’assurer du bon fonctionnement du reste du système électrique du véhicule. Par exemple, un régulateur de charge défectueux, un drainage parasite de courant ainsi qu’une mauvaise connexion peuvent être à l’origine d’une panne (une lumière de plafonnier activée «  accidentellement  » par vos tout-petits en est une autre…).

Dans l’éventualité où la batterie n’est pas la cause du symptôme, les possibilités de se dépanner soi-même sont évidemment fort réduites. La dépanneuse devient alors l’option la plus envisageable.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Conseils: Protégez votre autoGuide Auto: Sachez survolter... sans vous amocher
Savez-vous survolter? Gageons que non. Le survoltage — le « boostage », en bon québécois – est chose courante par chez nous, surtout une fois l’hiver venu. Pourtant, trop peu d’automobilistes pratiquent la bonne méthode. Et malheureusement, ceux-là s’exposent à des dangers bien réels, tant pour le véhicule que pour …
Conseils: Protégez votre autoMon véhicule surchauffe. Quoi faire ?
Paniquer? Non, en fait, c’est l’inverse : restez calme, garez-vous à un endroit sécuritaire puis coupez le contact. Les causes possibles d’une panne du système de refroidissement sont nombreuses, alors voyons-les rapidement en attendant la cavalerie. En passant, je parle ici de moteurs à combustion interne dotés d’un système de …
Commentaires