Rolls Royce Phantom/Drophead Coupé/Coupé

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2009

Le Salon de l’auto de Genève 2008 aura été marqué par le lancement de la dernière née des Phantom, soit le modèle coupé qui vient maintenant rejoindre la berline et le cabriolet Drophead Coupé. On pourrait donc croire que le choix de l’automobiliste fortuné doive maintenant se faire entre les trois variations sur ce thème, mais ce n’est pas tout à fait le cas, puisque la plupart des acheteurs du cabriolet Drophead Coupé possédaient déjà la Phantom berline…

La déclinaison de la Phantom aura donc été très profitable pour le groupe BMW qui s’apprête maintenant à lancer une toute nouvelle Rolls-Royce au gabarit plus restreint dès 2010. Il en sera question un peu plus loin dans le texte.

Pour l’instant, mentionnons que la gamme est donc composée de trois modèles de la Phantom, dont le plus récent est le coupé largement calqué sur le cabriolet Drophead Coupé, avec lequel il partage les mêmes portières articulées à l’arrière plutôt qu’à l’avant, ainsi que la plate-forme et la motorisation. L’arrivée de ce nouveau modèle a été en quelque sorte télégraphiée par le dévoilement de la voiture-concept 101EX, qui a également eu lieu au Salon de Genève en 2006, et dont l’actuelle Phantom Coupé est fortement inspirée.

Sur la route

Au volant, l’aspect le plus surprenant de la Phantom est le constat qu’il s’agit d’une voiture étonnamment agile et agréable à conduire malgré son gabarit hors norme. En fait, on croirait presque que la voiture plane au-dessus de la chaussée ; la très grande précision de la direction inspire confiance.

Aux commandes de la Drophead Coupé, le seul ajustement requis de la part du conducteur est d’apprendre à regarder autour et même au travers des piliers de toit en forme de A qui supportent le pare-brise, ce qui peut parfois être problématique lorsque l’on doit négocier certains virages très serrés. De plus, la visibi lité devient sérieusement limitée avec le toit souple en place, la capote créant alors deux très grands angles morts. Un autre défaut important est l’absence de sièges ventilés, que l’on retrouve maintenant sur plusieurs voitures haut de gamme.

Toutes les variantes de la Phantom font appel à la même motorisation, soit le V12 BMW de 6,75 litres développant les 453 chevaux nécessaires pour animer cette voiture de 2 620 kg, qui réussit le sprint de 0-100 km/h avec un chrono stupéfiant de 5,9 secondes. Par ailleurs, ce moteur a été conçu afin de livrer un couple énorme de 531 livres-pied à 3 000 tours/ minute, et plus des trois quarts de la puissance moteur sont disponibles dès les 1 000 tours/minute, ce qui permet aux Phantom de décoller rapidement sans que le conducteur perçoive autre chose qu’une poussée constante vers l’avant, le moteur étant extrêmement silencieux. Ce n’est que lorsque le rythme s’accélère que la Phantom tend au roulis en virage, mais je doute fort que la plupart des propriétaires rouleront assez vite pour s’en rendre compte.

La RR4 en 2010

Son nom de code est RR4, et cette toute nouvelle Rolls-Royce aux dimensions moins imposantes verra le jour en 2010. Élaborée sur une plate-forme allongée et modifiée de la prochaine BMW Série 7, la RR4 fera appel à un moteur V12, jugé essentiel en raison du prestige de la marque et du poids envisagé de la voiture qui frôlera les deux tonnes et demie. Rectitude politique oblige, il est également possible que cette nouvelle Rolls-Royce fasse appel au groupe motopropulseur hybride qui est en cours de développement chez BMW.

Une berline sera le premier modèle de cette nouvelle gamme, mais Rolls- Royce compte éventuellement produire d’autres variantes, comme un coupé et une décapotable, la RR4 émulant ainsi la Phantom. Même si les dimensions de ce nouveau modèle d’entrée de gamme sont plus restreintes, il faut s’attendre à ce que la RR4 reçoive une dotation élaborée d’équipements, les rumeurs actuelles faisant état de la présence d’un régulateur de vitesse adaptatif avec radar de même que d’un système d’ouverture automatisé des portes (comme sur les Phantom).

L’usine de Goodwood a récemment été agrandie afin d’accueillir une nouvelle chaîne de montage et la haute direction de la marque entend doubler la capacité de production pour atteindre la barre des 2 000 voitures par année. La logique de cette démarche est fort simple. Avec la nouvelle RR4, Rolls-Royce entend combler le vide qui existe présentement entre une BMW Série 7 ou une Mercedes-Benz de Classe S et la Phantom. De plus, le succès obtenu par la marque Bentley n’est pas étranger à cette démarche. En effet, Bentley a été la première marque à s’inscrire dans le créneau précis qui est justement visé par la RR4, et la marque anglaise réussit aujourd’hui à vendre plus de 9 000 modèles de la Continental par année.

FEU VERT

Prestige évident
Nouveau Coupé bienvenu
Performances éclatantes
Mécanique sophistiquée
Confort extraordinaire

FEU ROUGE

Prix assommants
Voiture très lourde
Angles morts importants (Drophead Coupé)
Consommation exagérée
Absence de sièges ventilés

Partager sur Facebook
Commentaires