Lincoln MKC 2015: Le sauveur tant attendu?

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2015

Après avoir officiellement créé la Lincoln Motor Company pour se dissocier de Ford et après avoir revu complètement la berline MKZ, le constructeur américain se lance dans un créneau en pleine effervescence en Amérique du Nord, celui des véhicules utilitaires sport compacts de luxe. Actuellement, de grandes parts de ce marché appartiennent aux Allemands avec des modèles comme l’Audi Q5 ou le BMW X3. Mais Lincoln a la ferme intention de renverser la vapeur avec le MKC, qui sera offert à un prix de base en deçà des 40 000 $.

Fluide et dynamique

À première vue, le MKC fait bonne impression. Ses lignes sont dynamiques et la calandre propre à Lincoln a été bien intégrée au véhicule. À l’intérieur, la sobriété est de mise. Le tableau de bord se distingue par l’absence d’un levier de vitesses, remplacé par des boutons poussoirs installés à la gauche de la console centrale. La fluidité de l’intérieur dans son ensemble est certes agréable, mais disons que nous n’aurions pas dit non à un peu plus d’espaces de rangement dans ce véhicule qui sera tout de même destiné à une clientèle familiale. Un écran tactile fait partie intégrante de l’environnement du conducteur, et cela n’est qu’un exemple des nombreux éléments technologiques dont le MKC peut être doté. Parmi ceux-ci, notons entre autres un système d’aide au stationnement en parallèle qui fait à peu près tout le travail à la place du conducteur dans cette situation pas toujours évidente et détestée par bien des automobilistes. Lincoln a même poussé la note encore plus loin en proposant un système automatisé de sortie de stationnement qui peut aider à ne pas accrocher les véhicules quand ceux-ci sont trop près.

Deux moteurs, deux turbos
Sous le capot du MKC, deux moteurs à quatre cylindres turbocompressés EcoBoost sont à l’honneur. Le premier présente une cylindrée de 2,0 litres et affiche une puissance de 240 chevaux et un couple de 270 livres-pieds. Le deuxième, offert en option avec une cylindrée de 2,3 litres, développe pour sa part 285 chevaux et 305 livres-pieds de couple.

À noter que Lincoln a réussi à présenter ces statistiques en utilisant de l’essence super avec un indice d’octane de 93. Dans un monde réel, avec de l’essence super plus courante à indice d’octane 91, les chiffres risquent d’être quelque peu revus à la baisse. Reste que pour un véhicule dont le poids est tout juste sous les 1800 kilos, la puissance des deux motorisations est très acceptable. Du côté de la consommation d’essence, le moteur de base est légèrement plus économique sur papier avec des cotes de 9,0 l/100 km sur route et de 12,4 l/100 km en ville contre des chiffres de 9,2 et 12,9 l/100 km pour le moteur à 2,3 litres. Peu importe la version choisie, le MKC est muni d’un système à quatre roues motrices et d’une transmission automatique à six rapports.

Déjà vu?

Le MKC emprunte la plate-forme qui est aussi utilisée par Ford pour ses Escape et C-Max. Bien qu'ils soient similaires à plusieurs égards, le nouveau venu de chez Lincoln revêt bien des aspects qui lui sont propres et sa conduite est difficilement comparable à ce qui se fait chez Ford.

À bord, le confort des sièges est appréciable. Il en va de même pour la qualité générale des matériaux, qui rend hommage à la réputation de Lincoln. Dès les premiers kilomètres, on réalise toutefois que la visibilité n’est pas le point fort du MKC. La trop petite lunette arrière rend les déplacements à reculons hasardeux alors qu’à l’avant, ce sont les larges piliers qui dérangent.

Trois modes de conduite sont offerts avec le MKC : Confort, Normal et Sport. En Confort, le VUS compact semble se prendre pour une grande berline, laissant davantage de mollesse dans la conduite et dans la suspension. Et en Sport, on s’en doute bien, c’est tout le contraire qui se produit. En appuyant sur un simple bouton, la conduite du véhicule devient soudainement plus rigide et plus nerveuse. Petit conseil : Essayez de régler tous ces paramètres informatiques avant votre départ, et non pendant que vous conduisez. Le système interactif du MKC n’est pas le plus intuitif et certaines commandes peuvent prendre un certain temps avant d’être bien maîtrisées.

Se refaire une image

En commercialisant son MKC à un prix de base légèrement au-dessus de 40 000$, Lincoln espère attirer les jeunes familles en quête d’un peu de confort. Malgré cela, on demeure persuadé que les baby-boomers à la recherche d’un VUS plus économique et moins encombrant se tourneront aussi vers ce nouveau VUS compact de luxe.  Le MKC est bien construit, bien équilibré et ses moteurs s’avèrent tous deux très intéressants.

Lincoln est sur la bonne voie avec le MKC, il n’y a pas de doute là-dessus. Mais avant que les Allemands puissent le considérer comme un sérieux rival, il faudra donner le temps au MKC de bien s’installer et de faire ses preuves.

Partager sur Facebook
Commentaires