Porsche Boxster 2015: La référence

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2015

La Porsche Boxster est une authentique sportive accomplie doublée d’un côté pratique insoupçonné grâce à ses deux coffres à bagages. Encore et toujours, la Boxster demeure la référence de la catégorie des roadsters, et l’arrivée du nouveau modèle GTS rehausse d’un cran son potentiel de performance.

Lancée aux Salons de l’auto de New York et Beijing au printemps 2014, la Boxster GTS est essentiellement une Boxster S dont la programmation du moteur a été revue afin que le six cylindres à plat de 3,4 litres déballe 15 chevaux de plus, ce qui porte la puissance à 330 chevaux. Par ailleurs, la Boxster GTS reçoit l’ensemble Sport Chrono Plus, les points d’ancrage dynamiques du moteur, la suspension adaptative, l’échappement sport et des jantes en alliage de 20 pouces en équipement de série. De plus, la partie avant de la voiture a aussi été considérablement modifiée puisque la GTS affiche des entrées d’air plus grandes, et la GTS est dotée de série du « symposeur sonore » développé par Porsche, lequel amplifie la sonorité du moteur pour la rendre encore plus évocatrice. La voie choisie par Porsche a donc été d’ajouter de l’équipement et de la puissance à la GTS plutôt que d’alléger le modèle et de le faire évoluer dans la même direction que la récente Boxster Spyder.

Un superbe équilibre

Prendre le volant d’une Boxster S, c’est retrouver le plaisir de conduire à l’état pur. Le centrage des masses fait en sorte que l’équilibre du châssis est parfait et les réactions de la voiture sont vives en toutes circonstances. C’est un véritable bonheur d’enfiler les virages puisque la Boxster S maîtrise parfaitement les transitions latérales en affichant un minimum de roulis, ce qui est le propre des voitures remarquablement équilibrées dont les liaisons au sol sont assurées par des suspensions bien calibrées. La direction est ferme et d’une grande précision, ce qui permet de placer la voiture sur la trajectoire idéale au millimètre près et comme le freinage est à la fois puissant et endurant, la Boxster S ne rechigne pas du tout à l’idée de composer avec vos ardeurs. Le modèle de base fait lui aussi preuve d’une dynamique inspirée, mais les 265 chevaux livrés par le six cylindres à plat de 2,7 litres sont un peu justes compte tenu des prouesses dont le châssis est capable, et nous restons par conséquent sur notre appétit. Afin de profiter pleinement de tout ce que la Boxster peut offrir, mieux vaut – pour les puristes – opter pour la S équipée de la boîte manuelle ou de la boîte à double embrayage PDK qui est plus rapide et permet une conduite plus relaxe dans la circulation dense.

Paradoxalement, c’est la plus sportive et la plus accomplie des voitures de sa catégorie et c’est aussi la plus pratique. En effet, la Boxster s’avère toute à fait conviviale en ayant deux coffres à bagages plutôt qu’un seul ce qui la rend idéale en toutes circonstances. La qualité de la finition intérieure est irréprochable, la position de conduite impeccable et les seuls reproches que l’ont peut lui adresser se limitent à une visibilité imparfaite avec le toit en place et au manque de rangements dans l’habitacle. Avec l’arrivée de la GTS, la Boxster continue de progresser et de contribuer au succès de la marque qui prépare déjà la suite des choses.

Un quatre cylindres en vue

La haute direction a confirmé que les ingénieurs de Porsche planchent actuellement sur le développement d’un nouveau quatre cylindres de type « boxer » afin d’animer les futures générations du roadster Boxster et du coupé Cayman. Des prototypes animés par ce nouveau moteur roulent déjà sur le circuit allemand du Nürburgring, l’endroit tout désigné pour l’évaluation de modèles de hautes performances.

Ce moteur sera plus puissant que les six cylindres de 2,7 et 3,4 litres montés dans les modèles actuels, puisque la puissance maximale pourrait atteindre 395 chevaux sur la version la plus évoluée qui pourrait faire appel à la turbocompression, et permettrait à la marque de Stuttgart de réduire ses émissions de Co2. Pour Porsche, l’arrivée d’un nouveau moteur à quatre cylindres marquera un retour aux sources, car plusieurs modèles ont fait appel à ce type de motorisation dans le passé dont les 356, 912, 944, et 968 pour ne nommer que ceux-là.

Pour l’heure, l’agrément de conduite est au rendez-vous, le côté pratique est assuré par les deux coffres à bagages, la fiabilité à long terme est bien cotée, tout comme la valeur de revente. Que demander de mieux?

Partager sur Facebook
Commentaires