L'entretien d'un véhicule, un élément important !

Pour la plupart des gens, il est toujours plus agréable de dépenser son argent pour une nouvelle télé que pour un matelas. Le premier, en plus de nous permettre de nous enseigner et de passer de bons moments, trône en maître dans le salon. Le second nous apportera repos et sérénité mais avouez qu’il est moins tentant d’investir plusieurs centaines de dollars quand on sait qu’il demeurera caché sous les draps!

L’entretien automobile est un peu comme un bon matelas. Ça ne paraît pas mais ça assure une meilleure sérénité au propriétaire du véhicule! En plus, un entretien adéquat permet de conserver la valeur de sa voiture. Aussi, il est toujours moins difficile et moins coûteux de se rendre au garage pendant que la voiture roule plutôt que de demander l’aide d’une dépanneuse… Bref, l’entretien d’un véhicule est un «must»… même si ça ne paraît pas!   Pour s’assurer que le groupe propulseur soit toujours en bonne condition, il est essentiel de respecter un programme d’entretien saisonnier afin de pouvoir compenser pour les conditions difficiles que doit subir la mécanique aussi bien l’été que l’hiver. Il est donc plus simple et plus efficace d’effectuer une vérification mécanique à chaque printemps et à chaque automne afin de pouvoir affronter les chaudes journées de l’été ou encore les conditions glaciales de l’hiver. En cette période de l’année, il faut tenter de réparer les effets nocifs de l’hiver sur le moteur et la transmission. Voici donc cinq étapes cruciales pour vous assurer d’avoir une mécanique fiable.

1- Vidanger l’huile: les écarts de températures et les ralentis prolongés ont pour effet de réduire l’efficacité de l’huile du moteur. Il est vrai que les huiles synthétiques résistent mieux aux grands froids et s’oxydent moins, mais cela ne signi­fie pas qu’elles durent plus longtemps qu’une huile conventionnelle. Chaque printemps, il est important de vidanger l’huile et de la remplacer par une huile de qualité et de la viscosité recommandée. Il faut vérifier si le constructeur de la voiture prescrit la même viscosité l’hiver que l’été. Et en plus, les conditions d’utilisation au Québec sont de type «très difficile» et il faut suivre les instructions contenues dans le manuel du propriétaire concernant un usage «intense» même si vous n’utilisez votre voiture que pour vos déplacements personnels.

2- Remplacez le filtre à l’huile à chaque vidange: il serait mal vu de prendre sa douche et de revêtir des vêtements souillés. C’est la même chose si vous remplacez l’huile du moteur sans pour autant installer un filtre neuf et propre. Il est vrai que certains constructeurs permettent de remplacer le filtre  à chaque deux changements d’huile mais c’est une économie de bouts de chandelle alors que le filtre coûte peu et permet de mieux protéger votre moteur.

3- Remplacez le liquide de refroidissement au besoin: nombreux sont les automobilistes qui refusent d’écouter leur mécanicien et de remplacer le liquide de refroidissement à certains intervalles. Selon eux, ce n’est qu’une astuce pour les faire dépenser. Pourtant, il y a plus que le niveau du liquide qui est important. Le liquide de refroidissement perd de son efficacité et s’oxyde au fil des mois et des saisons. Compte tenu qu’il joue un rôle crucial en assurant un échauffement rapide du moteur, en prévenant la corrosion dans le moteur et permettant de maintenir la température de fonctionnement optimal de ce dernier, il est impératif de pouvoir compter sur un liquide dont la puissance n’est pas diminuée. Ce liquide ne prévient pas uniquement la surchauffe du moteur par temps de canicule, mais assure également que la corrosion ne vient pas s’installer partout dans le moteur.

4- Vérifiez les courroies d’entraînement: il suffit de jeter un coup d’œil sur la courroie serpentine qui se charge de faire fonctionner la plupart des accessoires du moteur pour réaliser qu’il sera impossible de la remplacer en rase campagne ou sur le bord d’une autoroute. Alors que c’était autrefois une opération simple et de routine, son remplacement exige un outillage spécial et de pouvoir bénéficier d’un atelier. Alors, il est primordial de faire vérifier toutes les courroies d’entraînement au moins une fois l’an. Et parlant de courroie, il ne faut pas oublier de faire remplacer la courroie crantée actionnant l’arbre à came au kilométrage recommandé par le manufacturier.

5- Les bougies, ces grandes oubliées: avec l’utilisation de bougies dont la durée surpasse les 130000 km, il est facile de les oublier. En premier lieu, même si votre voiture a peu de kilomètres au compteur, il est important de faire vérifier les bougies à chaque saison et de les remplacer au besoin. Et si tout va bien, vous ne devrez les remplacer qu’après avoir roulé plus de 100000 km. Mais une vérification régulière est peu coûteuse et peut prévenir bien des ennuis. Des bougies corrodées auront un effet négatif sur les performances et la consom­mation du moteur. 

Sous le véhicule, une section à ne pas négliger

Il est important de souligner qu’une mise au point printanière ne se limite pas à nettoyer la carrosserie et l’habitacle en plus de vidanger l’huile et de remplacer le filtre. Un élément trop souvent négligé est celui de la suspension, des freins et du silencieux, bref tout ce que l’on retrouve sous le véhicule. Il est certain qu’une voiture achetée en novembre dernier a subi peu d’usure une fois le printemps venu. Par contre, si votre véhicule a plus de deux hivers sous les roues, il est important de vérifier tous les éléments de la suspension, des freins et de l’échappement.

Compte tenu de l’état déplorable de nos routes, les amortisseurs sont soumis à rude épreuve. Des amortisseurs usés ont des effets négatifs sur le confort, la tenue de route et le freinage. Avec des amortisseurs usés, la voiture plonge du nez au freinage ce qui provoque un déséquilibre du rapport des masses et la distance de freinage est plus longue. Faute d’assurer un bon contrôle des roues, l’adhérence est moins bonne, la voiture sautille sur mauvaise route et la direction est moins précise. En plus, cela provoque une usure prématurée des pneus. Et même si les ressorts ont la vie plus longue que les amortisseurs, il est également possible qu’ils doivent être remplacés.

Toujours dans le cas des véhicules qui ont plus de 50000 km au compteur, l’inspection des étriers, des rotors et des plaquettes est une nécessité. Ce serait faire de fausses économies d’attendre que les freins soient complètement usés avant de les remplacer. Et pas besoin d’être un spécialiste pour insister sur leur caractère important quant à la sécurité. Avec les freins ABS, la plupart des constructeurs recommandent de remplacer le liquide de freins au moins une fois l’an afin d’optimiser leur efficacité. La présence d’humidité dans le liquide pourrait causer un mauvais fonctionnement.

Enfin, même si votre système d’échappement ne laisse entendre aucun bruit suspect, cela ne signifie pas pour autant que tout soit parfait. Des fissures dans les tuyaux, un silencieux qui fuit ou un pot catalytique qui a perdu de son efficacité exigent une inspection très méticuleuse. Ces éléments ont une incidence sur la performance du moteur, mais contribuent aussi à contrôler la qualité des gaz d’échappements. Un système d’échappement dont un ou plusieurs éléments ne fonctionnent pas de façon optimale résultera en des gaz d’échappements moins propres que la normale.

Somme toute, si vous êtes au volant d’une auto dont la carrosserie est toute rutilante, mais dont les freins sont usés et la suspension inefficace, vous faites fausse route et vous risquez d’être pris au dépourvu par une perte de contrôle ou une distance de freinage trop longue qui se terminera par une collision.  J’allais oublier de mentionner que la géométrie de la direction doit être vérifiée et corrigée au besoin. Si le parallélisme des roues est hors norme, vous allez accentuer l’usure des pneus à chaque kilomètre en plus de souffrir d’un manque de stabilité directionnelle. Et bien entendu, lorsque vous remplacerez vos pneus d’hiver, il est tout aussi essentiel de n’installer que des pneus neufs ou en bonne condition. Et si votre véhicule possède un détecteur de pression d’air dans chaque pneu, il est impératif que les senseurs de ce système soient calibrés en fonction de votre véhicule. 

Les 10 règles du lavage printanier

Après l’hiver infernal que nous avons connu, il est certain que votre véhicule a besoin d’un nettoyage en profondeur. Il faut non seulement débarrasser les tôles de la carrosserie de la saleté et du sel qui y adhérèrent, mais également nettoyer l’habitacle et effectuer une inspection en profondeur de l’état de la carrosserie, des caoutchoucs isolants et de toute pièce décorative.

Et il n’est pas nécessaire d’avoir recours à un outillage complexe pour procéder à ce grand nettoyage du printemps. Il faut de la patience, de l’huile de bras et quelques outils de base. Voici donc le plan d’attaque de votre nettoyage printanier en 10 étapes.

1- Il faut d’abord nettoyer l’habitacle et la soute à bagages. L’aspirateur permettra d’enlever les graines de nourriture, les poussières et débris de toute sorte. Le plancher avant et arrière, la soute à bagages, dessous les sièges, dans les vide-poches, il faut passer partout. Par la suite, secouer les tapis, les détacher s’ils ont été souillés et utiliser un shampoing  spécial pour déloger les taches de sel. Une vieille brosse à dent et des cotons tiges sont des outils efficaces pour les racoins.

2- Il est important d’utiliser un savon spécialement conçu pour les autos. Éviter les détergents à vaisselle qui sont trop puissants et enlèvent toute protection.

3- Une règle de base que plusieurs ignorent: il ne faut jamais laver sa voiture au grand soleil. Le choc thermique entre l’eau et les tôles chaudes est néfaste pour la peinture.

4- Une laveuse haute pression permet d’utiliser moins d’eau et de laver en profondeur. Elle est recommandée pour les voitures très sales.

5- Une fois la carrosserie débarrassée de ses saletés, utilisez une chaudière remplie d’eau tiède savonneuse. Passez l’éponge imbibée d’eau partout en la rinçant fréquemment. Nettoyez les pare-chocs en dernier.

6- Lavez le dessous de la voiture et les puits de roues avec un jet d’eau puissant afin de déloger la boue et le sel.

7- Par la suite, rincez toute la voiture sans laisser aucune trace de savon.

8- Essuyez le véhicule avec un chamois de qualité ou un chiffon doux en l’essorant fréquemment. Si vos moyens vous le permettent, une essoreuse, comme le modèle Tor-Do, rend la tâche beaucoup plus agréable. 

9- Une fois la voiture astiquée, c’est au tour des vitres et des rétroviseurs. Un chiffon doux permettra d’enlever la saleté sans érafler les vitres, à la condition d’avoir aspergé un liquide de nettoyage auparavant. Une serviette en ratine fait des merveilles. 

10- Enfin, il faut si possible éviter de fréquenter les lave-auto automatiques les jours de grande affluence. Ils recyclent une partie de l’eau utilisée et les jets d’eau pour les brosses risquent d’endommager votre véhicule. En période de basse fréquentation, leur utilisation est sans danger et en plus ils lavent le dessous du véhicule.

Et le reste! Une fois votre automobile propre comme un sous neuf, c’est le temps de vérifier attentivement le fini de la carrosserie afin de déceler des éraflures et des éclats de peinture. La plupart du temps, un ensemble de retouche vendu par votre concessionnaire ou dans une grande surface suffira à réparer les dommages. Il faut bien entendu que l’endroit à réparer soit sec et propre. Bien entendu, si les dommages sont plus importants, visitez un carrossier. Et il ne faut pas laisser les choses traîner car les dommages vont s’agrandir et les coûts augmenter. Tant qu’à y être, prenez quelques minutes pour lubrifier les serrures et les pentures. Vérifiez dans le manuel du propriétaire quel est le lubrifiant recommandé pour les serrures. Certains nécessitent un lubrifiant au graphite, d’autres pas. Enfin, les caoutchoucs des portières et du coffre doivent être réparés ou remplacés s’ils sont usés. Plusieurs spécialistes recommandent de les vaporiser avec une solution de silicone afin de faire perler l’eau à leur surface. Une dernière vérification afin de contempler votre travail: jetez un coup d’œil sous la voiture afin de déceler toute trace de rouille, de pièces corrodées. C’est l’occasion pour constater l’état des canalisations de freins, de la condition du silencieux et de tout autre élément mécanique qui pourrait avoir été endommagé au cours de l’hiver.
Si vous avez encore de l’énergie, essuyez le moteur et toutes les pièces visibles. 

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Commentaires