Lotus Elise / Exige 2011: Ballerines pour la route et les circuits

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2011

La première Elise fut lancée seulement en 1996 et la production de ce petit roadster représente pourtant le tiers de toutes les voitures que Lotus a construites en plus de 61 ans d’histoire. Sans parler de ses variantes et de voitures comme la Tesla Roadster électrique qui utilise une version de son châssis d’aluminium ultraléger qui fut dévoilé au Salon de Genève en 1991. Nul besoin d’être grande et lourde pour être géante.

Il était donc tout naturel pour Lotus Cars de choisir le 80e Salon de Genève, au printemps 2010, pour présenter la version rafraîchie de sa chère Elise. Cette toute petite voiture, par sa conception et da tenue de route brillantes, n’a cessé d’entretenir et d’alimenter la réputation de Lotus pour la conception, le développement et le raffinement de systèmes, de voitures complètes ou des technologies les plus novatrices et avancées.

La série Elise comporte trois modèles pour 2011. Le modèle simplement éponyme est propulsé par un tout nouveau moteur de 1,6 litre tandis que l’Elise R est équipée d’un groupe de 1,8 litre et que l’Elise SC profite de la version suralimentée par compresseur (d’où le SC pour Supercharged) du même moteur. Dans tous les cas, il s’agit de quatre cylindres à double arbre à cames en tête conçus pour Toyota par Yamaha et adaptés par les ingénieurs de Lotus aux besoins spécifiques des roadsters Elise et des coupés Exige qui partagent la même architecture.

Les modestes 134 chevaux du nouveau moteur de l’Elise sont suffisants pour un 0-100 km/h de 6,5 secondes dans ce roadster de 876 kilos mais Lotus est particulièrement fière d’avoir réduit la consommation de 23 % et les émissions de gaz carbonique de 16 % par rapport au modèle précédent, soit seulement 149 grammes par kilomètre. Le CO2 n’a pas encore la même importance chez nous qu’en Europe mais avec une consommation moyenne de 5,04 l/100 km sur le cycle européen, on comprend immédiatement.

Pour compléter ce portrait de famille, notons que la Elise R boucle le 0-100 km/h en 5,4 secondes, atteint 222 km/h et produit 196 g/km de CO2 avec son moteur de 190 chevaux. L’Elise SC et son moteur compressé de 217 chevaux abat le même sprint en 4,6 secondes, file à 233 km/h et produit 199 g/km de CO2, selon les données du constructeur.

Formes et fonctions bonifiées

Lotus a également pris soin de rafraîchir la jolie silhouette de l’Elise pour 2011. Sa partie avant et sa calandre ont été redessinées pour accentuer sa présence et son aplomb. À l’arrière, on a créé un carénage à double renflement pour le nouveau moteur et intégré un diffuseur plus accentué au nouveau pare-chocs. Ces modifications ne sont pas uniquement pour la forme. Elles ont effectivement apporté une réduction du coefficient de traînée aérodynamique de l’ordre de 4 %.

Les nouveaux phares des Elise sont sertis de rangées de diodes électroluminescentes dont certaines jouent le rôle de phares de jour et d’autres de clignotants.  De plus, son nouveau capot arrière s’ouvre maintenant de l’intérieur de l’habitacle plutôt qu’avec la télécommande de verrouillage. Les acheteurs de ces Elise soigneusement recarrossées peuvent choisir aussi entre de nouvelles jantes en alliage forgé exceptionnellement légères ou en alliage coulé disponibles en finition argent ou noire. Derrière ces roues on retrouve des freins à disque avec des étriers AP Racing à l’avant et Brembo à l’arrière.

Vitesse oblige

Quelles que soient les qualités dynamiques des roadsters Elise, les passionnés de conduite purs et durs jettent volontiers leur dévolu sur la série Exige. Ces coupés sont construits sur les mêmes bases mais axés encore plus sérieusement sur la performance et le pilotage, entre autres sur circuit. Leur carrosserie est coiffée d’un toit rigide en fibre de verre qui ajoute à la rigidité de la coque et améliore l’aérodynamique tout en générant de la portance pour mieux plaquer la voiture au sol. Une écope sur le toit alimente le refroidisseur du compresseur en air frais.

Les deux modèles sont propulsés par des versions compressées encore plus puissantes du même moteur Toyota/Yamaha de 1,8 litre, doté du calage variable intégral de ses 16 soupapes. Avec ses 240 chevaux et un poids de 942 kilos, la S240 boucle le 0-100 km/h en 4,2 secondes et peut filer à 240 km/h. Elle profite d’un différentiel autobloquant de type Torsen.

L’Exige S260 est encore plus pointue avec sa carrosserie truffée d’éléments en fibre de carbone qui réduisent son poids à 916 kilos, les amortisseurs Bilstein à réservoirs externes et les barre antiroulis réglables de sa suspension, des étriers avant à quatre pistons et des plaquettes plus résistantes pour ses freins italiens et un moteur de 257 chevaux qui permet de retrancher un dixième de seconde au chrono 0-100.

De toute manière, les Elise et Exige sont vouées à offrir une tenue de route et des sensations tactiles inégalées plutôt que des accélérations sidérantes. Leur habitacle exigu, spartiate et difficile d’accès est la rançon exigée pour cette pureté de conduite. Poseurs s’abstenir, surtout au tarif demandé qui atteint 75 000 $ US pour l’Exige S260.

Feu vert

Tenue de route exceptionnelle
Performances étonnantes
Silhouettes ravissantes
Mécaniques fiables
Exclusivité

Feu rouge

Habitacles exigus
Moteurs pointus
Accès acrobatique
Prix corsés
Un seul concessionnaire

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires