Tesla Model S - La reine des voitures électriques

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2020

Quand les historiens de demain analyseront l’industrie automobile du tournant du millénaire, il y a fort à parier que la Tesla Model S fera partie des véhicules marquants de notre époque. Même si elle n’est pas le premier modèle à avoir été commercialisé par Tesla (l’honneur revient à la Roadster), c’est la Model S qui a réellement propulsé le désormais célèbre fabricant de véhicules électriques californien.

Beaucoup de choses ont changé depuis son arrivée sur le marché en 2012, mais la prestigieuse berline de Tesla demeure une véritable icône. Bien plus qu’une simple voiture électrique, la Model S a su prouver au monde entier qu’une bagnole électrique peut être cool et sexy. Et c’est encore vrai en 2020.

Une rivale si proche

Évidemment, le portrait des autos électriques a changé du tout au tout depuis 2012. Autrefois seule dans son camp, la Model S voit enfin certaines rivales se pointer le bout du nez chez Jaguar, Mercedes-Benz et Audi. Ironiquement, la rivale la plus dangereuse pour la Tesla Model S est une… Tesla! Depuis l’arrivée de la Model 3, plusieurs automobilistes à la recherche d’un véhicule électrique se sont tournés vers la plus petite des Tesla, abandonnant la Model S.

Histoire de garder une distance entre ses modèles, Tesla a apporté quelques modifications à la Model S. Ainsi, la version « longue autonomie » jouit désormais d’un nouveau système d’entraînement qui va chercher encore plus de jus dans sa batterie de 100 kWh. On a donc droit à une autonomie annoncée de près de 600 kilomètres, un chiffre inégalable dans l’industrie automobile à l’heure actuelle.

Puis, afin de ne pas délaisser les acheteurs au budget plus limité (ou moins extravagant, disons), Tesla a décidé de réintégrer la version à « autonomie standard ». On propose ainsi une autonomie tout de même assez exceptionnelle de quelque 460 kilomètres à un prix légèrement au-dessus de la barre des 100 000 $. Vous l’aurez compris, la Model S, même dans sa version d’entrée de gamme, demeure réservée aux gens fortunés.

À noter que les changements apportés à la Model S sont nombreux et que ceux-ci se font rapidement, souvent via une mise à jour informatique qui ne nécessite aucune visite au garage. Bref, entre le moment d’écrire ces lignes et celui où vous les lirez, la situation risque d’avoir évolué…

Quand luxe et performances se rencontrent

Conduire une Tesla Model S, c’est d’abord et avant tout une expérience de prestige. Dès que l’on y pénètre, impossible de ne pas être impressionné par l’immense écran tactile de 17 pouces qui trône au centre de la console. La résolution y est impeccable et les commandes sont à peu près infinies. Impressionnant, certes, mais on aurait aimé davantage de boutons physiques. La finition intérieure est aussi décevante par endroits, surtout quand on considère le prix du bolide. Et tant qu’à y être, une compatibilité avec Android Auto et Apple CarPlay ne serait certainement pas de trop…

Malgré ces lacunes, la Model S reste à la fine pointe de la technologie. Et le plus bel exemple pour le prouver demeure le système de conduite semi-autonome du modèle. L’Autopilot (c’est comme ça qu’on l’appelle) permet à la Model S de se conduire pratiquement d’elle-même. En plus de faire de la Model S une impressionnante vitrine technologique, ce système permet d’abord et avant tout à la berline d’offrir une excellente sécurité à bord. Et en hiver, les quatre roues motrices de série viennent ajouter un autre ingrédient intéressant à la recette.

Tesla a en outre apporté des changements à la suspension de sa séduisante Model S au cours de 2019. On a désormais droit à une suspension pneumatique adaptative qui permet un meilleur confort de roulement, mais également une plus grande agilité quand le besoin s’en fait sentir. Entendons-nous, la Tesla Model S n’est pas une voiture sport. Son long empattement et son poids élevé la rendent plus à l’aise sur l’autoroute que sur un circuit. Ce qui ne veut pas dire que l’on ne peut pas s’amuser à son volant. Et pas rien qu’un peu!

Bénéficiant des accélérations instantanées qui font la beauté des motorisations électriques, la Model S peut faire rougir la majorité des bagnoles les plus exotiques de la planète dans une course d’accélération. Dans sa version Performance avec le mode démesuré (Ludicrous), la berline américaine peut passer de 0 à 100 km/h en 2,6 secondes et franchir le quart de mile en à peine plus de 10 secondes. C’est complètement démentiel!

En moins d’une décennie, Tesla est passé du rôle de petit joueur presque anecdotique à celui de l’ennemi à battre dans le créneau des voitures électriques. Et si c’est la Model 3 qui retient désormais l’attention, c’est bien la Model S qui a ouvert le bal.

Feu vert

  • Système Autopilot impressionnant
  • Autonomie électrique inégalable
  • Accélérations démentielles

Feu rouge

  • Trop de commandes tactiles
  • Finition intérieure ordinaire
  • Prix élevé

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires