Ford Expedition 2015: Dinosaures au goût du jour

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2015

De nos jours, ce sont les multisegments qui obtiennent la part du lion lorsque vient le moment de choisir un véhicule pour transporter toute la famille. Mais il n’en demeure pas moins que des VUS plein format comme le Ford Expedition 2015 sont tout simplement irremplaçables quand on recherche un mélange de capacité de remorquage supérieure, de confort et de commodité au quotidien. Pratiquement tous les membres de la famille Ford sont entrés dans le club EcoBoost au fil des dernières années. C’est maintenant au tour de l’Expedition : pour 2015, son V8 de 5,4 litres démodé cède la place à un V6 plus robuste, suralimenté par turbocompresseurs.

Performances nettement améliorées

Le V6 de 3,5 litres est livré de série. Il ne s’agit pas d’un nouveau moteur pour Ford, mais son arrivée sous le capot de l’Expedition est une révélation. D’abord, la puissance passe d’un timide 310 chevaux à une cavalerie plus raisonnable de 365 chevaux. Mais, plus important encore, les deux turbocompresseurs font grimper le couple maximal à 420 lb-pi, et il est disponible très tôt, soit dès le cap des 2 500 tr/min. L’impact sur le caractère de l’Expedition est immédiat : l’accélération est désormais très adéquate. Quant à la capacité de remorquage, elle demeure élevée : 9219 lb (4173 kg). Les cotes de consommation officielles n’ont pas encore été publiées, mais Ford affirme qu’elles devraient être améliorées d’au moins 15 % par rapport à l’ancien modèle, même si l'on a conservé la transmission automatique à six rapports.

L’Expedition gagne également une direction à assistance électrique, ainsi qu’une suspension à contrôle d’amortissement continu comme celle qui équipe son chic cousin, le Lincoln Navigator. On peut rendre la suspension plus ferme ou plus souple en choisissant les modes Normal, Sport ou Confort. L’Expedition est trop lourd pour offrir une conduite vraiment sportive, mais la suspension optionnelle lui confère un aplomb supérieur à ce que l’on aurait cru sur les routes sinueuses. Il faut aussi donner crédit à la suspension indépendante à l’arrière; elle constitue d’ailleurs un avantage par rapport à son principal rival, le Chevrolet Tahoe. La traction intégrale est livrée de série et on voit apparaître pour la première fois un système automatisé de descente de côtes.

Vaste et bien équipé

L’Expedition a un avantage sur les Tahoe et Suburban en matière d’espace intérieur. Avec la version à empattement allongé EL, sa capacité de chargement est de 3 704 litres, une fois tous les dossiers baissés. Ici aussi, la suspension indépendante à l’arrière est un atout : elle libère de l’espace pour installer une troisième rangée de sièges entièrement rabattables – on obtient alors une surface complètement plate à l’arrière lorsqu’on n’a pas besoin de huit places.

Les acheteurs qui ont un penchant pour le luxe seront heureux d’apprendre que l’Expedition est maintenant offert avec un nouvel ensemble appelé Platinum. Il permet l’ajout de jantes de 22 pouces optionnelles, d’un intérieur en cuir haut de gamme, en plus des autres caractéristiques : démarreur à bouton poussoir, système de contrôle parental MyKey et la plus récente version de l’interface MyFord Touch. À l’extérieur, on trouve des marchepieds rétractables, des parties avant et arrière redessinées et de nouvelles garnitures. Le niveau sonore a été réduit à l’intérieur de l’habitacle grâce à une meilleure isolation. On se sent ainsi à bord d’un véhicule de catégorie plus élevée, comparable au modèle Lincoln Navigator.

Le Navigator fait peau neuve aussi

Parlons-en de cet immense Navigator! Lui aussi a droit à la nouveauté. Outre sa calandre qui lui donne désormais un air de famille avec le reste de la gamme Lincoln, sa partie arrière a aussi été revue et elle affiche des feux sur toute sa largeur.

Sous son capot, le Navigator reçoit le même V6 3,5 litres EcoBoost que l’Expedition mais, prestige oblige, il est un peu plus puissant. Ainsi, la puissance passe de 365 chevaux à 380 et le couple est de 460 livres-pied comparativement à 420 pour le Ford. La transmission à six rapports de l’Expedition a été retenue.

Le Lincoln est un peu plus long que le Ford même si l’empattement est strictement le même. Lincoln n’a pas fourni les capacités du coffre mais il devrait engouffrer davantage de litres que son « diminutif » cousin… qui n’est quand même pas trop dépourvu à ce niveau.

Le duo Ford Expedition / Lincoln Navigator ne deviendra pas du jour au lendemain un succès de vente phénoménal mais, au moins, il peut maintenant se frotter sans complexe aux produits General Motors.

Partager sur Facebook
Commentaires