BMW i8 2015: Le futur de la voiture hybride

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2015

Toute super voiture se doit d’avoir des éléments saisissants et uniques. Avec ses portières papillon et ses lignes sensuelles, la BMW i8 est une machine exotique qui donne un aperçu de ce que pourrait être l’avenir des hybrides rechargeables et des autos sport. Pas si mal pour une voiture qui est passée du concept théorique à la mise en production en seulement 38 mois!

L’i8 se distingue notamment par son habitacle en plastique renforcé de fibres de carbone et par son groupe motopropulseur. Celui-ci permet de livrer des performances impressionnantes  tout en affichant une consommation d’essence combinée de 6,0 l/100 km en conduite normale. Et en roulant sagement, on peut la réduire à 2,8 l/100 km.

L’i8 utilise un moteur à essence pour entraîner les roues arrière et un moteur électrique pour les roues avant. Les roues arrière sont mues par un trois cylindres de 1,5 litre à turbocompresseur avec refroidissement intermédiaire. Il produit 228 chevaux et un couple de 236 lb-pi. Il est relié à une transmission automatique à six rapports avec modes de conduite Normal et Sport. De son côté, le moteur électrique avant livre une puissance de 129 chevaux et un couple de 184 lb-pi. Il est associé à une transmission automatique à deux rapports (un pour le mode tout électrique et un pour le mode hybride). Ce moteur est alimenté par une batterie de 7,1 kWh, que l’on peut recharger entièrement en quatre heures à partir d’une prise électrique de 110 volts.

Au total, ces moteurs produisent 357 chevaux et 420 lb-pi de couple. On peut donc s’attendre à des prestations relevées. Et, effectivement, l’i8 accélère de 0 à 100 km/h en 4,4 secondes. Plus important encore, elle peut passer de 80 à 120 km/h en 4,1 secondes et donc effectuer des dépassements rapides. Elle affiche également une vitesse de pointe digne des supercars, soit 250 km/h. En mode tout électrique, elle a une autonomie de 37 km. En mode Confort, le moteur à essence intervient de façon à assurer un équilibre entre l’économie et les performances; l’autonomie totale est alors de 600 km. Le mode EcoPro permet d’augmenter l’autonomie de 20 %, mais il est surtout utile lorsque le réservoir et la batterie sont presque à sec.

Écolo et sportive
Pour faire l’expérience de l’i8 à son meilleur, il faut sélectionner le mode Sport. La voiture répond alors de façon musclée aux commandes du pilote et le son du moteur devient plus sportif (du moins pour un trois cylindres). Le freinage régénératif joue un rôle important pour maximiser le rendement. En mode Sport, même le démarreur/alternateur est mis à contribution pour emmagasiner l’énergie (en plus du moteur électrique principal). La transition entre les modes électrique et à essence est douce et fluide.

La tenue de route est solide et équilibrée. La suspension réglable (modes Confort et Sport) limite le roulis, la direction est précise et la pédale de frein donne un bon feedback. Le système de traction intégrale sur demande est un atout précieux. En éliminant le patinage non désiré des roues, il permet d’améliorer sensiblement la dynamique de conduite. Lorsqu’on entre dans un virage, le système dirige plus de puissance aux roues arrière, ce qui réduit le sous-virage. Puis, le surplus de puissance passe aux roues avant pour des sorties de courbe canon. Ajoutez à cela une répartition des masses identiques à l’avant et à l’arrière et vous obtenez une conduite parfaitement neutre dans les virages.

Quelques bémols

Le plus gros défaut de cette BMW, ce sont ses pneus à faible résistance au roulement. Ils permettent d’augmenter l’autonomie et l’efficacité énergétique, mais ils perdent de leur adhérence plus tôt que des pneus conventionnels. BMW offrira d’autres types de pneumatiques en option : prenez-les! Par ailleurs, les glaces des portières ne s’abaissent pas entièrement, ce qui peut être déplaisant dans certaines conditions. Et il n’y n’a pas de dispositif de surveillance des angles morts, ce qui me paraît impardonnable dans une voiture dont le prix de base sera de 145 000 $...

Pour le reste, cette BMW hybride arbore les qualités traditionnelles de BMW : niveau de luxe élevé, sièges avant très confortables et équipement complet. BMW qualifie l’i8 de modèle 2+2, mais ce n’est pas vraiment le cas. Les sièges arrière sont très petits et ils seront surtout utiles comme espaces de chargement supplémentaires vu le faible volume du coffre (154 litres).

La BMW i8 est une super voiture dynamique et d’une frugalité remarquable. Au cours de cet essai, elle s’est comportée comme une véritable sportive, mais sa consommation moyenne a été de seulement 5,07 l/100 km. Essayez ça avec une Audi R8 ou une Porsche 911, pour voir...

Partager sur Facebook
Commentaires