BMW X6 2015: Beau comme un camion

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2015

Même si le X6 a connu une carrière chancelante, le Sports Activity Coupe – tel que BMW aime l'appeler – est maintenant engagé sur la voie de la rentabilité. La preuve que les ventes vont bien : plus de 250 000 unités ont été vendues à travers le monde depuis son introduction en 2008. Encore plus surprenant est de savoir que des rivaux se dresseront bientôt sur son chemin. D'une part, Mercedes-Benz a confirmé vouloir s'immiscer dans ce segment spécialisé en dévoilant au dernier Salon de Pékin un concept dont le style s'inspire du X6, soit le Concept Coupe SUV; d'autre part, Porsche a laissé sous-entendre qu'un modèle coupé pourrait être extrapolé à partir du prochain Cayenne attendu pour 2017. Quant à Audi, une rumeur court voulant qu'un éventuel Q8 puisse venir s'intercaler entre le Q7 et le futur Q9. Comme quoi, les VUS extravertis ont la cote!

Dès son introduction en 2008, le X6 a été la cible de nombreuses critiques. Les uns lui reprochaient son manque de polyvalence, les autres le rabrouaient pour son plaisir suave à ingurgiter du carburant. En créant le X6, il faut comprendre que les stylistes et les ingénieurs de BMW s'étaient fait un cadeau à eux-mêmes. Tout l'aspect pratique d'un VUS avait été écarté au profit d'un design inédit et d'un comportement routier s'apparentant à celui d'une voiture sport. Les caprices des concepteurs avaient même dicté l'installation d'une banquette arrière avec sièges individuels pour deux personnes. Cet excès de style a finalement été corrigé et le X6 compte maintenant de série trois ceintures de sécurité à l'arrière – alors que les deux sièges demeurent optionnels.

Une ligne plus sculptée

Pour ne pas s'en laisser imposer par la concurrence qui se pointe à l'horizon, BMW apporte plusieurs modifications au X6 en 2015. Toutefois, redessiner et raviver l'intérêt pour un véhicule aussi atypique n'est pas une sinécure. Dans un premier temps, le X6 adopte la partie avant du récent X5, laquelle a été redessinée l'an dernier. Ainsi, la calandre est surplombée par des naseaux plus imposants qui sont reliés à de larges phares bixénon de série. En option, des phares adaptatifs aux DEL sont proposés. De profil, les lignes de la carrosserie sont plus accentuées et les contours plus tranchants. En vue arrière, l'aménagement du hayon, du pare-chocs et des feux aux DEL est mieux réussi que précédemment et fait paraître le X6 plus athlétique.

À l'intérieur, le tableau de bord a été concocté dans la tradition bavaroise avec une console centrale orientée vers le conducteur. Outre le combiné habituel regroupant les cadrans et jauges de l'instrumentation, le système de commande iDrive de série inclut un écran plat de 10,2 po. En option, le système de navigation comprend la commande iDrive Touch à pavé tactile et une chaîne audio haut de gamme Bang & Olufsen à 16 haut-parleurs qui délivrent une puissance totale de 1 200 W.

Les sièges peuvent être habillés de cuir/alcantara alors que les places arrière sont chauffantes, en option. En alternative à la climatisation bizone de série, l'acheteur peut choisir une climatisation à 4 zones permettant à chaque occupant de régler la température.

Sous le capot
Tradition oblige chez BMW, la version d'entrée de gamme xDrive35 est propulsée par un six cylindres en ligne. Pourvu d'un turbocompresseur et de l'injection directe, ce 3,0 litres délivre 300 chevaux – une puissance amplement suffisante. Pour des performances plus étincelantes la version xDrive50i dispose de la dernière livrée du V8 biturbo de 4,4 litres, lequel développe 445 chevaux – une augmentation de 40 chevaux par rapport à l'an dernier. Bénéficiant de l'injection directe, de la distribution Valvetronic et du système Double Vanos, la consommation du V8 devrait diminuer d'environ 20 %.

Les deux moteurs sont couplés à une boîte semi-automatique à 8 rapports. Le levier de vitesses reste implanté dans la console centrale et son maniement demeure aussi alambiqué. Mais, on s'habitue après un certain temps. Il est possible également de changer les vitesses à l'aide de palettes au volant. Pour un départ canon, la transmission est équipée d'une fonction automatisée (Launch Control) qui optimise la motricité aux 4 roues. Habituellement réservé aux voitures de haute performance, ce dispositif sert davantage à épater les amis qu'à autre chose!

Quant à la version ultime M, elle n'est pas encore sur les rangs. Toutefois, la puissance présumée de son V8 biturbo de 4,4 litres devrait frôler les 600 chevaux. Du côté du diesel, il serait surprenant que le X6 vendu en Amérique du Nord soit offert avec une telle motorisation – du moins au début. Cependant, il ne faut jamais dire, fontaine, je ne boirai de ton eau puisque trois versions à moteur turbodiesel (xDrive30d, xDrive40d et xDrive50d) sont proposées ailleurs dans le monde. Chez nous, on peut toujours espérer...

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ActualitéUn autre VUS BMW à Paris, le X2 Concept
Le monde avait-il besoin d’un autre VUS BMW ? Drôle de question, n’est-ce pas ? Mais pensez-y! On a déjà le BMW X1, un espèce de multisegment miniature, le BMW X3, un VUS « compact », et le X5, un VUS à cheval entre l’intermédiaire et le pleine grandeur. N’oublions …
Commentaires