Mitsubishi Outlander 2008, un p'tit quatre avec çà ?

L'an dernier dans le cadre du Guide de l'auto 2008 nous avons organisé un match comparatif mettant aux prises les véhicules utilitaires sport compacts disponibles sur le marché. À la surprise de plusieurs c'est le Mitsubishi Outlander qui a remporté la palme. Devançant des modèles bien établis qui n'ont pu imposer leur loi sur ce nouveau venu tout récemment lancé sur notre marché. Il est vrai que le modèle essayé était fort équipé avec ses sièges en cuir, son rouage intégral, sa transmission automatique à six rapports, son système audio plus que puissant et une troisième rangée de sièges. Il faut toutefois préciser que cette victoire ne s'explique pas par son équipement complet puisque plusieurs autres candidats en lice avaient une liste d'options tout aussi complète. Et puisque cet essai a eu lieu l'an dernier, ce véhicule était propulsé par l'unique moteur disponible à l'époque : un V6 de 3,0 litres produisant 220 chevaux.

Cette année, la gamme Outlander propose une version plus économique équipée d'un moteur à quatre cylindres de 2.4 litres produisant 168 chevaux et 167 livres pied de couple. Reste à savoir si ce déficit de 42 chevaux par rapport à notre modèle victorieux de l'an dernier a des conséquences vraiment très négatives sur le Outlander.
Notre version essayée était un modèle ES 4WD équipée du moteur quatre cylindres également doté de l'option son et le soleil comprenant un toit ouvrant à commande électrique et un système audio Rockford – FosGate de 650 watts. Par contre, pas de sièges en cuir et pas de troisième rangée de sièges. Malgré tout nous avons été satisfait par ce modèle bien que je me serais passé du toit ouvrant que je n'utilise jamais.

Du solide

Dès qu'on ferme la portière, on a la sensation de prendre place à bord d'un véhicule soldé et robuste. Et ce n'est pas seulement la caisse qui donne cette impression, mais également le tableau de bord qui est réalisé dans un plastique d'une dureté remarquable. De plus, cette planche de bord comporte de nombreuses pièces, ce qui va à contresens de la tendance actuelle des tableaux de bord monopièce. Heureusement la finition est bonne et ses multiples morceaux sont bien agencés l'un par rapport à l'autre. Ce qui confirme également le sérieux de la finition et de l'assemblage. Il faut également souligner la présentation passablement élégante avec des appliques de couleur aluminium qui viennent relever quelque peu cette mer de plastique noir. Soulignons au passage la présence d’un vide poche placé sous l'accoudoir central qui est de bonne capacité.

Les sièges avant sont confortables, offrent un bon support latéral et sont fabriqués de tissus qui semblent résistants et imperméables aux tâches.. Les places arrière ne sont pas mauvaises non plus mais l’inclinaison du dossier me semble trop verticale. Mais c'était avant que je découvre que ce dossier était réglable. Celui-ci est de type 6040 et se replie pour donner place à une immense soute à bagages compte tenu des dimensions de ce véhicule. Détail intéressant, on y accède par un hayon don à la partie inférieure se rabat faisant office de marchepied, une exclusivité propre au Outlander.

Pas pire ! Pas pire !

Reste à savoir si le ramage est à la hauteur du plumage de cette japonaise a tout faire. Il faut avouer que j'ai été agréablement surpris de cette combinaison du   moteur quatre cylindres et de la transmission à rapports continuellement variable. Les performances ne sont pas étourdissantes, mais un temps de 11 secondes pour atteindre les 100 km heure n'est pas mauvais pour la catégorie. De plus, contrairement à plusieurs transmissions similaires, celle du Outlander seul comporte comme une transmission automatique régulière. De plus, un programme fort intelligent permet de simuler les passages des rapports. D'ailleurs plusieurs personnes qui ont pris place à bord ne pouvaient voir la différence avec une transmission régulière.

Sur la route, la première chose qui frappe, c'est le ronronnement du rouage a intégral, une caractérisent ces que je n'avais pas remarqué sur le modèle à moteur six cylindres. Nous avions remarqué la même chose sur la génération précédente. Mais on s'y habitue rapidement et ce n'est pas agaçant pour autant.
Sur la route, le véhicule offre un comportement routier sans surprise et dans la bonne moyenne de la catégorie. Et si jamais les conditions routières se détériorent aussi vous avaient envie de faire un peu de honte un gros bouton placé sur la console au plancher permet de penser en mode intégral ou encore de verrouiller la distribution du couple avant et arrière de façon égale.

En résumé, le Outlander  à moteur quatre cylindres est une option intéressante pour une personne qui veut épargner à l'achat est également au chapitre de la consommation de carburant puisque nous avons enregistré une moyenne inférieure à 10 litres aux 100 km. Certains conducteurs impatients auront de la difficulté à s'adapter, mais pour la grande majorité des automobilistes cette combinaison est suffisante.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Matchs comparatifsMatch comparatif VUS compacts, 11 à la douzaine
Les VUS compacts sont les véhicules les plus hot de l’heure. Pardons, je reformule ma phrase avant de recevoir les reproches d’Hélène, notre correctrice d’épreuves attitrée. Je disais donc, ces véhicules sont ceux qui suscitent le plus d’intérêt auprès des acheteurs. Cette catégorie était déjà en effervescence il y a …
Commentaires