Chrysler Concorde, élégance grand format

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2003

Chrysler Concorde / Intrepid, élégance grand format Les grosses berlines américaines qui dominaient le marché à la belle époque des années 50 et 60 ne sont plus qu'un vague souvenir. Deux des trois grands constructeurs de la ville de l'automobile ont même abandonné les modèles à châssis autonome. Mais tandis que Ford et General Motors ne semblent pas vouloir se décider quant à l'avenir de leurs grosses intermédiaires, Chrysler a tenté d'en faire des véhicules carrément de notre époque.

Les Concorde et Intrepid respectent toujours les dimensions de jadis, mais leur silhouette est futuriste. À tel point que leurs concurrentes ressemblent à des antiquités. En désaccord avec cette affirmation ? Alors stationnez une Concorde à côté d'une Chevrolet Impala ou d'une Mercury Grand Marquis. Vous ne pourrez qu'être d'accord avec nous.

En plus de ses allures de voiture-concept, la Concorde se veut le modèle de grand luxe de la marque. À ce titre, elle héritait l'an dernier de la partie frontale, des appliques de bas de caisse et de quelques autres artifices visuels de la LHS, mise à la retraite. Cet exercice de maquillage avait pour but de la départager de l'Intrepid qui cible une clientèle plus jeune, moins intéressée par ces fioritures.

La Concorde se décline en trois modèles. Le Limited est le plus luxueux. Son équipement complet de même que son moteur V6 3,5 litres de 250 chevaux sont alléchants sur papier. Dans les faits, c'est une tout autre affaire. Les 250 chevaux sont appréciés, mais l'équilibre général de la voiture n'est pas au rendez-vous. Par exemple, les sièges ont une assise trop large et trop molle de même qu'un support latéral très marginal. Il faut donc se cramponner au volant dans les courbes, d'autant plus que la suspension souple est la cause d'un roulis prononcé en virage.

Le modèle le plus économique est le LX équipé d'un moteur V6 de 2,7 litres produisant 200 chevaux. Cela peut sembler beaucoup, mais c'est à peine suffisant pour une voiture de ce gabarit. L'équipement est correct sans plus et tant qu'à plonger dans le catalogue des options et des accessoires pour l'améliorer, mieux vaut opter d'emblée pour le LXi, le modèle le mieux équilibré des trois. Son moteur 3,5 litres concède 18 chevaux à celui du Limited, mais la différence est à peine notable en termes de temps d'accélération et de reprises. Et le fait de cocher le groupe d'accessoires Touring vous place au volant d'une voiture équipée de jantes de 17 pouces, de pneus Michelin MXV4 Plus et d'une direction à assistance variable. Enfin, ce groupe d'accessoires comprend également un système de traction asservie à basse vitesse qui s'est révélé fort efficace dans la neige. Son fonctionnement est à peine perceptible et permet de poursuivre sa route sans problème. Il est l'un des meilleurs que nous ayons essayés dans une voiture de ce prix.

Une Intrepid à vocation différente

Au Canada, il est plus difficile de différencier les Intrepid et Concorde puisque les deux s'affichent comme des modèles de marque Chrysler. Chez nos voisins du Sud, l'Intrepid est un produit Dodge généralement vendu chez un concessionnaire exclusif de cette marque. Cette précision apportée, il faut également ajouter que la mise en marché de cette division dans notre pays est quasiment limitée aux fourgonnettes et aux camionnettes alors que c'est surtout une image de voiture sport qui est véhiculée aux États-Unis.

Malgré ces différences de vocation, la répartition des modèles est sensiblement la même, à quelques pièces d'équipement près. L'Intrepid la plus économique est la SE avec le même moteur V6 de 2,7 litres de 200 chevaux que la Concorde LX. L'habitacle est assez dépouillé tandis que l'insonorisation est l'un des points à améliorer dans ce modèle. Les bruits de la route s'infiltrent par les puits de roues et deviennent assourdissants sur une route en béton. Empruntez un chemin en gravier et le bruit dans l'habitacle est presque insoutenable. Des freins ABS de série seraient également appréciés.

Sur une note plus positive, la tenue de route est prévisible et efficace. Le conducteur sera aussi agréablement surpris par l'agilité de cette voiture dont le gabarit est pourtant hors normes de nos jours. L'ES est la version de milieu de gamme. Bien qu'équipée d'un V6 3,5 litres de 234 chevaux, elle ne représente pas le meilleur compromis. Dans le délicat exercice visant à harmoniser prix, performances et équipement, ce modèle est quelque peu perdant. Mieux vaut investir quelques dollars de plus et choisir la R/T avec sa suspension plus ferme, ses freins à disque aux 4 roues, son moteur de 244 chevaux et ses pneus Michelin Pilot MXM4 de 17 pouces.

Contrairement à la Concorde Limited qui joue les grandes dames de la route avec ses airs de bourgeoise, l'Intrepid R/T possède une allure plus sportive avec des jantes au dessin agressif, une calandre monochrome et un minuscule déflecteur arrière intégré à la forme du couvercle du coffre. En dépit de ce plumage, elle se démarque à peine d'une Concorde LXi en ce qui concerne la tenue de route et les performances. Sur la grand-route, elle est même handicapée comparée à celle-ci par une suspension plus sèche soulignant les irrégularités de la chaussée et une insonorisation moins efficace.

Par contre, poussez davantage dans les courbes et vous êtes alors en mesure de profiter de cette suspension aux réglages plus fermes, d'une direction un peu moins floue au centre et de l'adhérence des pneus Michelin Pilot. C'est même impressionnant. Surtout si l'on tient compte du fait que les dimensions de cette Intrepid la rendent plus apte à jouer les taxis que les voitures sport.

Concorde ou Intrepid ? Elles ne sont pas parfaites, mais si vous avez besoin d'une berline d'une habitabilité supérieure à la moyenne et se défendant assez bien en termes de tenue de route, elles ne sont pas à dédaigner. Laquelle choisir ? C'est une affaire de goût. La première est plus bourgeoise, la seconde s'accommode mieux d'une conduite plus agressive.

Partager sur Facebook
Commentaires