Dodge Caliber 2011: Un potentiel mal exploité

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2011

Il serait difficile d’accuser la compagnie Chrysler de manquer d’originalité. Nous nous souvenons tous de l’Autobeaucoup qui a connu tellement de popularité qu’elle a incité les autres constructeurs à produire des fourgonnettes à traction avant. Au fil des années, la direction de la compagnie a tenté de réaliser d’autres coups d’éclat semblables qui lui auraient permis de s’imposer dans un nouveau créneau.

La plus récente tentative à ce jour est celle du Dodge Journey, un multisegment qui devait révolutionner le marché. Le public a tardé à réagir ce qui n’empêcha pas ce modèle de connaître une popularité réconfortante pour ce constructeur. Mais une couple d’années auparavant, on avait également tenté un autre coup fumant avec la Caliber. Une fois de plus, on avait essayé de transformer du tout au tout la catégorie des voitures compactes avec un modèle cinq portes qui s’octroyait certains attributs d’un VUS tout en conservant les qualités propresaux compactes.

Originale ? C’est certain!

Quand on veut faire éclater une catégorie avec un nouveau modèle, il ne faut pas avoir peur d’innover. Cette fois-ci, c’est au chapitre de la silhouette puisque ce modèle ressemble à un mélange de fourgonnette, de familiale et de VUS. De plus, la fenestration se rétrécissant vers l’arrière, les passages de roue en relief prononcé ainsi qu’une imposante applique en bas de caisse lui procurent une allure unique. Et on en a rajouté avec la traditionnelle grille de calandre Dodge qui ne fait pas dans la dentelle. Il ne faut pas oublier non plus qu’offrir un seul modèle à hayon est également un pari audacieux puisque le marché américain semble avoir ce type de carrosserie en horreur.

Cette silhouette est une affaire de goût, mais force est d’admettre qu’on n’a pas reculé lorsqu’est venu le temps de prendre des décisions risquées. Dans l’habitacle, on a voulu faire des économies sur la qualité des matériaux et de la finition. Heureusement, l’an dernier, on a révisé tant bien que mal ce tableau de bord qui a été tant critiqué, autant par les clients que par les chroniqueurs spécialisés. Si vous n’êtes pas difficiles, cette planche de bord vous conviendra. Il faut avouer que les trois cadrans indicateurs sont d’une certaine élégance et de consultation aisée. Même chose pour la console centrale qui est d’une simplicité qui sera appréciée par certains et décriée par d’autres. Et même si les matériaux ne sont pas toujours ce qu’il y a de mieux, d’importants progrès ont été réalisés.

En dépit de ses lignes qui nous laissent présager un habitacle plutôt spacieux, l’habitabilité est moyenne, surtout en arrière. Mais ce qui est intéressant, c’est la multitude d’espaces de rangement, notamment une boîte à gants qui est superposée d’un autre espace permettant d’y remiser des breuvages. Il est possible d’y diriger un courant d’air frais afin d’obtenir une boisson légèrement rafraîchie. Il y a également ce plafonnier détachable qui se transforme en lampe de poche ! De plus, il est doté d’une batterie qui se recharge lorsque le véhicule roule.

Exécution ! Exécution !

Jusqu’à présent, ce Dodge vendu à prix très compétitif ne s’en tire pas trop mal. Là où ça se gâte, c’est surtout au chapitre du comportement routier et de l’équilibre général. L’an dernier, on a fait le grand ménage dans les groupes propulseurs de sorte qu’un seul moteur est maintenant disponible, soit un quatre cylindres 2,0 litres de 158 chevaux. Pour la petite histoire, on avait auparavant le choix entre un moteur 1,8 litre ou encore un 2,4 litres, ce dernier étant toujours commercialisé aux États-Unis. Par contre, deux transmissions sont au choix. En équipement de base, une transmission manuelle à cinq rapports équipe la Caliber. La transmission CVT est optionnelle.

Et c’est avec cette dernière que les ennuis débutent. Cela ne signifie pas que la fiabilité soit déficiente, mais cette transmission à rapports continuellement variables émet une sonorité vraiment désagréable du moteur. Certaines personnes ont l’impression de conduire un rasoir électrique, s’il faut se fier à leurs dires et le son du moteur est irritant à la longue. Quant à la transmission manuelle, elle ne transforme pas cette Dodge en voiture de sport. C’est plutôt basique comme boîte.

La tenue de route n’est pas mauvaise, mais elle n’est pas extraordinaire non plus. Comme vous pouvez le constater, cette automobile ne fait rien de très mal, mais elle ne fait rien de spectaculaire non plus !. On conduit un moyen de transport qui nous transmet peu d’éléments positifs tant en fait d’agrément de conduite que de performances sur la route ou encore de tenue de route. En plus, l’insonorisation est nettement perfectible : une promenade sur une route de gravillons est accompagnée d’un tintamarre dans l’habitacle.

Si vous voulez une voiture compacte cinq portes, la Caliber a des qualités qui méritent d’être soulignées, notamment un coût d’achat très intéressant et une bonne économie de carburant. Aussi, l’habitacle est très pratique est passablement confortable. Pour plusieurs, ce sera suffisant.

Feu vert

Consommation de carburant
économique
Habitacle pratique
Prix compétitif
Multiples gadgets ingénieux
 
Feu rouge
Boîte CVT
Finition sommaire
Tenue de route sommaire
Insonorisation perfectible

 

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires