Le Guide de l'auto – Tout sur l'automobile depuis 51 ans

Conseils pour la conduite sur routes glacées

  • Imprimer

La météo nous joue souvent des tours durant l’hiver, avec de grandes variations de température, de la neige et de la pluie verglaçante. Toutefois, la vie continue et peu importe les conditions de la route, on doit se rendre au travail.

D’abord et avant tout, la prévention et la prudence sont les facteurs les plus importants lors de la conduite sur routes glacées. Même si les voitures d’aujourd’hui sont munies d’une foule de dispositifs d’aides à la conduite sécuritaire, ils ne peuvent remplacer notre bon jugement.

Bien se préparer
Avant même de sortir de notre entrée, il faut s’assurer que notre voiture soit bien déneigée et déglacée, afin de profiter de la meilleure visibilité qui soit. Une trousse de secours, une pelle et des vêtements plus chauds dans le coffre sont à conseiller, si jamais on est victimes d’une sortie de route.

Ralentir
Une vitesse moins élevée réduit évidemment les distances de freinage, mais nous permet aussi d’avoir le temps de réagir si une perte d’adhérence survient, ou si une autre voiture effectue une manœuvre inattendue. Vaut mieux arriver quelques minutes en retard à notre destination plutôt que de ne pas arriver du tout.

Anticiper les réactions des autres conducteurs
La prudence sur la route, c’est aussi de prévoir que les autres motoristes autour de nous risquent d’effectuer des manœuvres brusques. En laissant beaucoup de dégagement entre nous et les autres véhicules sur la route, on s’offre une meilleure chance de ralentir ou de modifier notre trajectoire en toute sécurité.

Éviter les distractions
Conduire sur des routes glissantes demande une attention particulièrement grande. Évidemment, ce n’est pas le temps de parler au téléphone ou d’engager des conversations avec les autres passagers à bord. Surtout, éviter de texter et baisser le volume de la radio pour mieux entendre les bruits de la route qui pourraient nous indiquer une possible perte d’adhérence ou un dérapage.

Rester calme
Notre conduite sera plus sûre si l’on évite de paniquer au volant. Si jamais on sent que notre voiture perd de l’adhérence, il faut relâcher l’accélérateur et guider la voiture avec des gestes fluides et contrôlés. Regardez dans la direction où vous voulez allez, et non celle que vous voulez éviter. Si la voiture glisse légèrement, éviter d’appuyer sur les freins, ce qui déstabilisera notre trajectoire.

Si l’on roulait trop vite et que le véhicule se met à déraper plus rapidement, on peut appuyer sur les freins en appliquant une pression constante, alors que le système antiblocage et le programme de stabilité électronique tenteront de corriger notre trajectoire. Encore une fois, il faut éviter les mouvements brusques.

Flaques d’eau
Lors des tempêtes de pluie verglaçante, il est possible que des flaques d’eau se forment sur la chaussée. Si c’est le cas, lâchez l’accélérateur, gardez le volant bien droit et n’appuyez pas sur les freins. Encore une fois, le fait de rouler moins vite dans de telles conditions permet de garder un meilleur contrôle de notre voiture.

Glace noire
Ce qui est traître avec la glace noire, c’est qu’elle ne reluit pas comme de la glace ordinaire. On a l’impression que la chaussée est sèche, mais en réalité, elle est recouverte d’une très mince couche de glace, assez pour faire perdre l’adhérence à notre voiture. On la retrouve surtout sur les routes surélevées (ponts, viaducs), ombragées ou peu achalandées. Toutes les techniques mentionnées précédemment s’appliquent lorsqu’on roule sur de la glace noire.

L’inévitable
Si jamais l’inévitable se produit et notre voiture dérape hors de contrôle, si possible, il faut tenter de sortir de la trajectoire des autres motoristes pour éviter une collision. Que l’on soit immobilisé sur le bord de la route, pris dans un banc de neige ou au milieu d’un carambolage, l’endroit le plus sécuritaire demeure habituellement l’habitacle de notre voiture, puisqu’elle est construite avec une cage de sécurité pour nous protéger en cas d’impact.

Un véhicule prêt pour les conditions hivernales
Évidemment, une transmission intégrale peut grandement aider à la conduite hivernale, puisque ces systèmes modernes détectent les pertes d’adhérence en une fraction de seconde et distribuent la puissance du moteur aux roues qui profitent de la meilleure adhérence. Le Guide de l’auto a récemment répertorié les voitures les plus abordables au Canada munies d’une transmission intégrale, et la plupart des camions et VUS proposent un rouage intégral en option ou de série.

Il faut aussi choisir un bon pneu d’hiver, adapté aux conditions climatiques de chez nous. Le Guide de l’auto a également publié plusieurs reportages sur les meilleurs pneus d’hiver de la saison.

Envoyer à un ami
FacebookPartager sur Facebook

Commentaires