Le Guide de l'Auto – Tout sur l'automobile depuis 48 ans

Kia Soul 2010, la boîte à surprise

  • Imprimer
  • RSS

Lorsque le Kia Soul est apparu chez les concessionnaires canadiens au printemps dernier, l’engouement du public a été immédiat. Au même moment, Nissan débarquait avec son drôle de cube, déjà bien connu puisqu’il faisait fureur depuis plusieurs années au Japon. Des deux, le cube vole la vedette. Pourtant, c’est le Soul qu’on voit le plus sur nos routes! En 2009, il s’est vendu au Canada 8500 Soul et… 2416 cube.

Lors d’un match comparatif tenu l’été dernier dans le cadre du Guide de l’auto 2010, le Soul avait terminé derrière le Honda Element mais devant son grand rival le cube. En fait, le Soul n’a rien fait d’extraordinaire mais comme il ne fait rien de mal non plus, il gagne des points… et des coeurs.

Du style!
Si le Soul s’est si rapidement fait connaître, c’est grâce à ses lignes cubiques. Les designers ont su créer des formes différentes, « funkées » mais fonctionnelles. Même s’il est à peu près certain que le propriétaire d’un Buick Century ne trouvera jamais un Kia Soul beau, la majorité des gens rencontrés lors de notre essai l’été dernier ont semblé l’apprécier. Les phares avant très stylisés, les vitres latérales s’étrécissant vers l’arrière tout en se teintant et les barres sur le toit rehaussant l’effet de hauteur ajoutent au style général du véhicule.

Dans l’habitacle aussi c’est réussi. Certes, si quelqu’un n’a pas aimé la carrosserie, il y a de fortes chances que le tableau de bord ne l’attire pas! Mais on peut dire que les designers de Kia ont réussi à offrir un habitacle se mariant bien à l’extérieur, avec ses grandes surfaces plastifiées reprenant sur certaines versions les teintes de la carrosserie, des commandes bien placées, de bons espaces de rangement (tellement nécessaires en cette ère de téléphone cellulaire, iPod, paquet de gommes, etc) et des sièges au recouvrement particulier.

Il est indéniable que le Soul s’adresse à un public de jeune. Si non, comment expliquer l’option du jeu de lumière dans les haut-parleurs situés dans les portières avant? Pour être bien franc, je ne débourserais pas cinq sous pour ça. Après avoir fait clignoter, puis suivre le « beat » de la musique à cette lumière quelques secondes, j’avais hâte de passer à autre chose. Si, au moins, le système audio avait été de première qualité. Remarquez qu’il n’est pas mauvais, loin de là. C’est juste que pour un jeune aux oreilles formées pour l’écoute de musique boum-boum à fort volume, ce système risque d’être décevant.

Un habitacle accueillant
Par contre, le petit vieux que je suis a bien apprécié la position de conduite, même si le volant ne s’ajuste pas en profondeur. Les divers boutons et commandes du tableau de bord se manipulent aisément et si un écran avait pu indiquer la moyenne de consommation d’essence, c’aurait été encore mieux! Habituellement, mon douillet corps n’apprécie pas les sièges des constructeurs coréens mais ceux de la Soul lui ont semblé plus confortables que les autres. À l’arrière, cependant, c’est une autre histoire et leur dureté n’a absolument pas été appréciée. Au moins, l’espace pour la tête et les jambes est amplement suffisant. Le coffre est grand et il peut le devenir bien davantage lorsque les dossiers du siège arrière sont abaissés, formant ainsi un fond plat. Sous le plancher, on retrouve un très pratique bac de rangement.

Rien d’extraordinaire, rien de mal
Notre Soul d’essai (attention à la prononciation : il faut dire « notre Soul d’essai » et non « notre saoûle à l’essai ») était un modèle 4u  (for you, en anglais) qui vient s’insérer entre les 1,6L et 2u et les 4uRetro, 4uBolide et 4uSX. Vous aurez compris que seule la version très de base 1,6L offre le moteur 1,6 litre. Cette version n’est offerte que pour pouvoir annoncer un modèle sous les 16 000$. La plupart des gens se tourneront plutôt vers les variantes équipées du moteur 2,0 litres, autrement plus intéressantes. Ce moteur, qui n’est pas des plus récents soit dit en passant, développe 142 chevaux, soit 20 de plus que le 1,6 litre et 137 livres-pied de couple (+22 par rapport au 1,6). Les accélérations ne plairont pas aux amateurs de sport extrême mais les autres devraient tolérer les 10,7 secondes requises pour passer de 0 à 100 km/h. Durant notre semaine d’essai, nous avons maintenu une moyenne de 8,6 litres/ 100 km, ce qui s’avère un tantinet élevé pour la catégorie. 8,0 nous aurait paru plus correct. Pour tout dire, 1,0 litre/100 km aurait été parfait pour mon portefeuille…

Peut-être que si la boîte automatique avait compté cinq rapports plutôt que quatre, la consommation aurait été un peu meilleure. Mais, surtout, elle aurait permis au moteur de « tourner » moins vite à une vitesse de croisière, réduisant ainsi le niveau sonore dans l’habitacle. À 100 km/h, par exemple, le 2,0 litres « tournait » à 2 500 tours/minute (3 000 à 120 km/h), ce qui nous semble trop élevé. Alors que la voiture venait tout juste de stopper après un slalom bien tassé et que le moteur était encore en marche, nous avons ressenti un coup dans la transmission. Un peu comme ce que nous avions déjà expérimenté sur une Nissan GT-R. Sauf que cette dernière est hyper puissante et qu’il s’agit d’un rouage intégral… (Malgré son nom de 4u, le Kia Soul est une traction) Sans doute que ce comportement sur la Soul n’est pas dommageable mais si j’en avais été le propriétaire, je me serais précipité chez le concessionnaire! Je n’ai entendu personne d’autre se plaindre de coup dans la transmission, alors il s’agissait peut-être simplement d’un événement isolé.

Autrement, le comportement du Soul est dynamique et la tenue de route plutôt relevée. Certes, la caisse penche un peu en virage serré mais ce n’est jamais dramatique. La direction est précise, quoique très dure au centre lors d’un changement brusque de direction. Les sièges pourraient retenir un peu mieux en virage, par contre. La suspension avant, de type McPherson, réagit très bien aux coups bas de notre réseau routier mais celle d’en arrière, à poutre déformante, fait quelquefois preuve d’instabilité sur mauvaise route. Ces suspensions sont davantage calibrées pour la tenue de route et je les ai souvent trouvées trop sèches.

Le Soul est un joli véhicule, original, bien équipé (sauf la version 1,6), pratique et aux prix étudiés. Son style est juste assez « spécial » pour être apprécier par une majorité de gens tout en ne se démodant pas trop rapidement. Ce dernier point est important puisque la valeur de revente des produits Kia est habituellement basse. Un style qui demeure à la page aide à conserver la valeur de revente à des niveaux plus acceptables. Pour terminer, la garantie de Kia de 5 ans / 100 000 km n’est pas à dédaigner.

Consulter la galerie de photos

Fiche d'évaluation

Modèle à l'essai Kia Soul 2010
Version à l'essai 2.0 4u
Fourchette de prix 15 795 à 25 045 $
Prix du modèle à l'essai 23 445 $
Garantie de base 5 ans / 100 000 km
Garantie du groupe motopropulseur 5 ans / 100 000 km
Consomamtion (ville/autoroute/observée) 8.5 / 6.6 / 8.6 l/100km
Options n.d.
Concurrents Chevrolet HHR Chrysler PT Cruiser Honda Element Nissan cube Toyota Matrix
Points forts
  • Lignes au goût du jour
  • Habitacle polyvalent
  • Comportement routier correct
  • Bien équipé
  • Garantie intéressante
Points faibles
  • Suspensions sèches
  • Consommation un peu élevée
  • Performances un peu justes (2,0 litres)
  • Performances très justes (1,6 litre)
  • Valeur de revente à confirmer

Fiche d'appréciation

Consommation 3.5/5
Valeur subjective 4.0/5
Esthétique 4.0/5
Confort 3.5/5
Performances 3.5/5
Appréciation générale 4.0/5
Envoyer à un ami

Commentaires