Ford Explorer 2011, nouvelle génération pas piquée des vers

Si certains croient que le créneau des VUS est en baisse ou en perte de vitesse, ces gens sont dans l’erreur. Ce type de véhicule demeure toujours aussi populaire et représente dans bien des cas les vaches à lait de plusieurs constructeurs. Il faut toutefois avouer que les VUS sont en pleine mutation depuis quelques années, passant de modèles purs et durs, à des véhicules beaucoup plus civilisés ou urbains. Les conducteurs ne semblent pas prêts à laisser tomber leur utilitaire sport, mais ils désirent un véhicule plus agréable à conduire, plus civilisé et surtout, plus économique en carburant.

Le Ford Explorer 2011, que plusieurs croyaient en voie d’extinction en raison de la baisse des ventes ces dernières années, nous revient en force pour 2011 et il s’inscrit parfaitement dans cette nouvelle tendance. Fort de sa bonne renommée, l’Explorer demeure un produit d’importance chez Ford et d’ailleurs, il sera vendu dans 90 pays, rien de moins, Mais quelle est sa position dans le dédale des VUS de Ford ? Le tout débute avec le plus abordable, l’Escape, suivi du Edge, le multisegment civilisé, du Flex, l’inqualifiable  et de l’Expédition, le gros VUS à saveur plus classique. Dans le cas du Explorer, il se positionne très près du Edge dans sa nouvelle mouture, mais il se distingue principalement par sa capacité à accueillir sept passagers. Il conserve également certaines caractéristiques typique des utilitaires sport plus classiques, notamment une meilleure capacité de remorquage et une l’efficacité de son rouage intégral.

Une nouvelle plate-forme

Destiné à rivaliser avec des véhicules tels le Jeep Grand Cherokee, le Dodge Durango, le Honda Pilot et le Toyota 4Runner, le Ford Explorer 2011 rejoint les rangs des VUS plus urbains puisque le constructeur à troqué son châssis autonome pour la plateforme monocoque utilisée notamment sur le Flex. Voilà qui permet de réduire passablement le poids du véhicule et d’améliorer son comportement routier, alors que la réduction de  sa capacité hors-route plus extrême  ne manquera certainement pas à beaucoup de conducteurs. Sous le capot, l’Explorer disposera initialement de l’unique moteur disponible, soir un V6 de 3,5 litres produisant 290 chevaux et un couple de 255 lb-pi, le tout associé de série à une boîte automatique à six rapports, la seule proposée. Un moteur quatre cylindres de 2,0 litres Ecoboost, donc turbocompressé, joindra les rangs un peu plus tard en 2011.

Il faut avouer que les designers ont fait du beau boulot alors que la silhouette est élégante. Voilà un pas de géant par rapport avec l’ancienne génération, le tout est beaucoup plus moderne et stylisé. On reconnait plusieurs traits de famille, notamment la calandre  avant avec sa grille similaire à celle du Edge. L’autre similarité avec l’Edge touche le style trapu du véhicule, élément principalement apporté par sa ceinture de caisse très élevée et ses zones vitrées réduites. Sa ligne de toit plongeante ajoute une touche moderne et cet élément le démarque du Flex qui adopte un style beaucoup plus carré. Bref, tout demeure une question de goûts, mais le nouvel Explorer est certainement l’un des plus réussis dans son segment au chapitre du style face à la concurrence, surtout nipponne.

L’intérieur est également plus moderne que précédemment. L’instrumentation représente très bien ce que l’on s’imaginait des véhicules du futur avec des écrans multifonction situés de chaque côté de l’odomètre, seul élément un peu plus classique. Ces écrans affichent une multitude d’informations pouvant être sélectionnées par le conducteur alors que le jeu des couleurs et l’efficacité de l’interface s’avèrent très réussis. Bref, le tout est moderne et très fonctionnel. Même constat pour ce qui est de la partie centrale de la console dont le style est très dynamique. Un panneau tactile vous permet de sélectionner divers éléments, tout comme le large écran, également tactile, situé juste au dessus. Par ailleurs, la version de base en est dépourvue. Du reste, l’habitacle dégage une impression d’habitabilité tandis que les passagers avant bénéficient de beaucoup d’espace. Seuls les sièges manquent légèrement de support latéral.

À l’arrière, les passagers peuvent prendre leurs aises  tandis que la troisième banquette, de série dans toutes les versions, permettra d’accommoder beaucoup mieux des enfants que des adultes. Fait à noter, Ford introduit une première à bord de l’Explorer, soit une ceinture de sécurité munie d’un coussin gonflable, élément permettant de mieux répartir la pression sur le corps lors d’un accident.

Au volant   

Offrant une puissance équivalente au moteur V6 Penta star qui équipe le Dodge Durango et le Jeep Grand Cherokee, le V6 3,5 litres de 290 chevaux procure à l’Explorer une motorisation adéquate la plupart du temps. Le véhicule est loin d’être sous motorisé, mais disons qu’il ne s’avère pas non plus une bombe surtout lorsque plus fortement chargé. Ce moteur n’est pas le plus moderne non plus. Toutefois, il procure à l’Explorer des chiffres de consommation plus que raisonnables. Cette motorisation dote l’Explorer d’une capacité de remorquage de 5 000 lb, ce qui est moins que le Dodge Durango, mais Ford à équipé le véhicule d’éléments fort appréciables lors du remorquage, soit une caméra de recul qui peut faire un zoom sur l’attache, ainsi qu’une commande des freins électriques pour la remorque, le tout emprunté au F-150.

Profitant d’une suspension entièrement révisée, l’Explorer 2011 affiche un bel aplomb sur la route. Nous avons été surpris de sa tenue de route, très dynamique pour un véhicule de ce gabarit qui d’ailleurs est plus long et large que l’ancien modèle, élément qui l’avantage. En virage, le roulis est minime, tandis que le  transfert de poids au freinage est bien dosé. Toutefois, sa direction électrique s’avère un peu floue à basse vitesse.

Un rouage intégral intuitif

Si 99% des conducteurs n’ont que faire des capacités hors-route d’un VUS, ces derniers apprécient cependant un véhicule capable de s’adapter à diverses conditions de route. On a troqué le système 4x4 par un rouage intégral mieux adapté au besoins et surtout plus intuitif. Inspiré du système que l’on retrouve depuis plusieurs années à bord des Land Rover, l’Explorer bénéficie d’une commande rotative qui vous permet de sélectionner différents modes en fonction des conditions. Les modes « sand », « snow », et « mud » disposent de réglages distincts apportant une réaction appropriée de la part du rouage intégral et du système de contrôle de la traction.

Quant au futur moteur quatre cylindres Ecoboost, il est difficile de lui prédire un grand succès. Certes il permettra au constructeur d’annoncer des chiffres de consommation très éloquents, mais on perd les principaux avantages d’un VUS puisque ce moteur limitera fortement les capacités de remorquage et de plus, il ne pourra être jumelé au rouage intégral. On obtient donc un VUS sept passagers, à traction et probablement anémique lorsque  fortement chargé. Voilà une philosophie à l’opposée de celle de Chrysler qui, outre son V6, continue de proposer un V8 plus puissant pour répondre à certains besoins précis comme une plus grande capacité de remorquage. Toutefois, Ford pourrait aisément répondre en rendant disponible son V6 de 3,5 litres Ecoboost suralimenté, moteur qui se prêterait très bien à cette application.

Du reste, l’Explorer 2011 représente une belle évolution et il possède les toutes dernières technologies en termes de connectivité et de multimédia. Un véritable véhicule du futur !

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Premiers contactsFord Explorer 2011, à l'image de notre époque
De nos jours, les véhicules sont tellement sophistiqués et performants qu'il est difficile de tout dire dans un seul article. Mon collègue Sylvain Raymond vous a présenté un aperçu général du nouveau Ford Explorer 2011 . Pour ma part, comme j'ai eu l'opportunité de faire l'essai de ce même véhicule …
Premiers contactsFord Explorer 2011, plus connu que le pape!
Il y a à peine quelques jours, Ford du Canada emmenait quelques journalistes dans la superbe région de Charlevoix pour une virée hivernale au volant du nouveau Ford Explorer. Lors de la présentation précédant notre frisquet périple, les gens de Ford mentionnaient que le nom « Explorer » était connu …
Commentaires