Mazda CX-7, fusion des genres

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2008

Le constructeur nippon Mazda a beau faire partie du portefeuille des marques de Ford, il n’en demeure pas moins que le manufacturier japonais maintient encore son indépendance par rapport au géant américain et continue de proposer des véhicules innovateurs qui viennent souvent chambouler l’ordre établi. La récente CX-7, qui a été lancée l’an dernier, se conforme à ce principe et présente la fusion des caractéristiques d’un véhicule sport utilitaire et l’allure athlétique, voire musclée, d’une authentique sportive.

La CX-7 évoque presque les sportives de Lamborghini ou encore un TGV avec son pare-brise — incliné à soixante-six degrés — qui est l’élément visuel le plus frappant de ce véhicule. À cela, on peut ajouter les ailes élargies, qui rappellent la sportive RX-8, de même que les très grandes ouvertures pratiquées à l’avant afin d’assurer un refroidissement adéquat du moteur turbocompressé. L’effet produit est celui d’une sportive surélevée qui ne manque pas de plaire à l’œil et qui marque un clivage avec l’approche retenue par plusieurs marques concurrentes qui choisissent plutôt d’adopter les lignes carrées plus classiques des sport utilitaires habituels pour la réalisation de leurs véhicules multisegments.

Lors de la conception de la CX-7, les ingénieurs ont d’abord privilégié l’espace accordé aux places avant, suivi de l’espace de chargement pour ensuite s’attarder aux places arrière qui ne sont donc pas aussi spacieuses que celles d’en avant. Le design très moderne de la planche de bord est en harmonie  avec le style évocateur de la carrosserie et l’assemblage est réalisé avec une belle qualité de finition. On apprécie particulièrement la disposition des trois cadrans cerclés d’une bande de couleur titane et l’allure du volant emprunté à la MX-5.

Motorisation évoluée

Alors que la plupart des véhicules multisegments sont animés par des V6, encore une fois Mazda joue la carte de l’originalité en adoptant un quatre cylindres turbo qui représente une version légèrement modifiée de celui qui anime la MazdaSpeed 6. Sous le capot de la CX-7, ce moteur développe 244 chevaux, soit 30 de moins que lorsqu’il est installé dans la MazdaSpeed 6, le turbocompresseur lui-même ayant été revu afin de réduire le temps de réponse à l’accélérateur et de permettre au moteur de livrer son couple maximal à un régime plus bas, soit à 2500 tours/minute. L’unique boîte disponible est une automatique à six rapports empruntée à la Mazda 6 à moteur V6 qui livre la puissance aux seules roues avant dans les cas des modèles à traction ou aux quatre roues dans le cas des modèles à traction intégrale. Précisons par ailleurs que le rouage intégral fait en sorte que la répartition du couple est de 100 pour cent à l’avant en conditions normales et que le système n’intervient que si l’ordinateur détecte le patinage des roues avant, auquel cas il peut envoyer jusqu’à 50 pour cent du couple aux roues arrière.

Agrément de conduite au rendez-vous

Au volant de la CX-7, on a carrément l’impression de disposer d’un V6 tellement la livrée de la puissance est linéaire et sans effort, grâce au turbo qui entre rapidement en action. En fait, seule la sonorité un peu plus rauque qui est caractéristique d’un moteur à quatre cylindres nous rappelle à l’ordre à ce chapitre. La tenue de route est impressionnante et avec sa direction très précise, la CX-7 inspire confiance. C’est un charme de la conduire sur une route sinueuse où l’on peut apprécier le caractère sportif qui fait maintenant partie du code génétique de la marque. Aussi, il est important de préciser que les aides électroniques au pilotage n’entrent en jeu que si la situation le demande vraiment, contrairement à certains autres véhicules qui ne permettent pas d’exploiter pleinement tout le potentiel de performance disponible en intervenant trop rapidement ou trop brusquement. Bref, la CX-7 permet de bien sentir la route et répond sans hésitation à toutes les actions du conducteur. Règle générale, lorsque la tenue de route est à ce point performante, on en paye le prix côté confort, mais ce n’est pas le cas avec la CX-7 qui offre un excellent compromis de ce côté. Parmi les bémols, notons la consommation élevée en conduite sportive et le fait que le moteur exige du carburant super dont le prix est évidemment plus prohibitif…

En terminant, la CX-7 représente un choix très intéressant pour l’acheteur qui a toujours conduit des sportives ou des berlines sport et qui doit maintenant opter pour un véhicule plus polyvalent. Le style est accrocheur et le comportement routier est à la hauteur des attentes créées par la carrosserie, c’est donc un autre pari gagné par Mazda.

Feu vert

Moteur performant, disponibilité de la traction intégrale,
boîte automatique à 6 rapports, silhouette moderne,
bon agrément de conduite

Feu rouge

Visibilité arrière moyenne, consommation élevée,
demande du carburant super,
écran difficile à lire

Partager sur Facebook
Commentaires