BMW Série 3, une gamme élargie

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2008

Dès la sortie des puits du circuit Ascari en Espagne, la nouvelle M3 annonce la couleur alors que son V8 de 4,0 litres hurle littéralement en livrant sa pleine puissance à 8 300 tours/minute, seulement 100 tours en deçà de sa limite de révolutions. À ce régime élevé, le son du moteur est absolument enivrant et ne laisse planer aucun doute quant à la vraie nature de cette M3 de quatrième génération qui est aussi à l’aise sur un circuit que sur la route…

Depuis ses débuts en 1986, la M3 a toujours été l’une des voitures les plus convoitées par les amateurs de performances, et dire que la nouvelle M3 est l’une des voitures les plus attendues relève de l’euphémisme. La M3, c’est la voiture qui enflamme les passions, qui déchaîne l’enthousiasme, et qui fait la démonstration de l’expertise d’un groupe d’ingénieurs et de techniciens triés sur le volet dont la mission est de produire les plus performantes des BMW. Au premier coup d’œil, la nouvelle M3 peut beaucoup ressembler au coupé de Série 3, mais 80 % de ses pièces sont inédites et seuls les phares, les feux, le couvercle du coffre, les portières et le vitrage sont partagés. Le style sportif de la M3 est assuré par son capot surélevé, par les très grandes ouvertures pratiquées à l’avant pour garantie un refroidissement adéquat du moteur et des freins, et par ses échappements à quatre sorties. La M3 est également dotée d’un toit rigide en fibre de carbone renforcée en plastique, tout comme le coupé M6, afin de réduire le poids de la voiture et d’abaisser son centre de gravité, dont l’allure est particulièrement frappante. Toutefois, l’acheteur qui n’a pas compris la vraie nature de la bête pourra commettre l’impardonnable erreur de commander en option un toit ouvrant en acier, et ainsi diminuer irrémédiablement l’attrait de sa voiture.

Haute technologie

Pour la première fois de son histoire, la M3 est animée par un V8 dérivé du V10 qui propulse les M5 et M6 et dont le bloc-moteur provient de la même fonderie que celle qui produit les V8 de l’équipe de Formule Un BMW-Sauber. Les concepteurs de ce nouveau moteur sont particulièrement fiers : il est plus léger de 15 kilos que le six cylindres en ligne de la génération précédente de la M3, et sa consommation a été réduite de 8 % alors que la puissance a progressé de 17%. Tous ces gains ont été obtenus en grande partie par l’optimisation des composantes et par le fait que le bloc-moteur est en aluminium, alors que le carter est produit d’un alliage d’aluminium et de silicone. La liste des avancées technologiques proposées par la nouvelle M3 ne se limite pas au moteur, puisque l’embrayage comporte deux et non pas un disques, et que seulement une pièce des suspensions de la génération antérieure de la M3 reprend du service dans la nouvelle voiture.

Ainsi, la nouvelle M3 reçoit de nouvelles suspensions presque entièrement en aluminium et dont le calibrage est le résultat de plus de 18,000 kilomètres d’essais sur la boucle nord du circuit de Nurburgring (Nordschleife). Par ailleurs, le conducteur peut choisir entre trois niveaux de fermeté au moyen du système EDC (Electronic Damper Control) qui sera optionnel dans le groupe Sport, tout comme le système MDrive qui permet d’interagir avec la rapidité de la réponse du moteur à l’accélérateur ainsi que la rapidité de la direction assistée Servotronic. En cochant ces options, l’acheteur disposera d’une voiture qui lui permettra une plus grande flexibilité quant à sa configuration selon l’inspiration du moment, de même qu’une enveloppe de performance élargie. Sur le circuit Ascari, la M3 a fait la superbe démonstration de son potentiel en faisant preuve d’un équilibre parfait et d’une personnalité enjouée, la voiture n’ayant jamais  rechigné même lors de glissades prolongées en sortie de virage, glissades rendues possibles par la désactivation complète du système DSC (Dynamic Stability Control) et par son différentiel qui permet de livrer jusqu’à 100 % de la puissance à la roue extérieure.

Coupé-cabriolet à toit rigide

Par ailleurs, des rumeurs courent voulant que BMW puisse éventuellement proposer une version berline de la M3, ainsi qu’un cabriolet à toit rigide rétractable, cette technologie ayant été récemment adoptée par le cabriolet de Série 3 qui représente l’autre récente addition à la gamme de la Série 3. Le ballet mécanique qui permet de replier le toit rigide rétractable dans le coffre ne dure que 23 secondes, soit 7 de mieux que le toit semblable de la récente Volvo C70. Et même si le modèle cabriolet est plus lourd que la berline ou le coupé de Série 3 d’environ 150 kilos, le comportement routier demeure très sportif puisque la voiture peut atteindre les 100 kilomètres/heure en moins de six secondes avec un son de moteur très enlevant, même s’il s’agit d’un turbocompressé. La tenue de route est exceptionnelle parce que la voiture elle-même est parfaitement équilibrée, 50 % de son poids étant réparti sur le train avant et 50 % sur le train arrière. La direction est très précise, les freins performants, bref on y retrouve tout ce qu’il faut pour séduire les conducteurs qui priorisent l’agrément de conduite. Les seuls points faibles de cette voiture sont le prix élevé, le coût des options et le volume du coffre très limité lorsque le toit est replié.

Feu vert
Moteurs performants (335i et M3),
châssis rigide, direction précise,
agrément de conduite assuré

Feu rouge

Prix élevés,
coût des options,
qualité des plastiques intérieur

Partager sur Facebook
Commentaires