Toyota Camry, un peu plus de saveur

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2008

Depuis plusieurs années, la Camry demeure l'un des véhicules phares chez Toyota, s'inscrivant dans un créneau hautement compétitif, celui des berlines intermédiaires. On lui reconnaît sa qualité d'assemblage, sa bonne valeur de revente et son excellente fiabilité, même si Toyota commence à goûter à la médecine des grands au chapitre des campagnes de rappel. Remodelée l'an dernier, la Camry conserve ses nombreuses qualités, tout en offrant un style plus emballant et un peu plus d'inspiration derrière le volant.

Vous avez certainement lu par le passé nombre de critiques de la part des chroniqueurs en ce qui a trait aux lignes plutôt anonymes de la voiture et à son comportement un peu monotone. Je dois l'avouer, j'étais de cet avis jusqu'à ce que je prenne le volant de cette nouvelle génération. C’est un fait, Toyota a su corriger le tir en dotant la Camry de lignes diablement plus inspirantes, qui pour une fois, passent moins sous silence. On n'est tout de même pas passé d'un extrême à l'autre, mais la Camry a maintenant beaucoup moins à envier, au chapitre du style, à une Honda Accord ou une Mazda6.

On apprécie sa nouvelle grille avant, ses phares retravaillés et son style plus fluide. C'est principalement ses ailes évasées et plus larges qui donnent à la Camry un peu plus de muscles et de sportivité. Si la version de base possède un peu moins d'attraits, certaines versions en revanche revêtent encore plus de caractère en raison de l'ajout de jupes latérales, d'un béquet arrière et de jantes de dimension plus grande. La Camry s'éloigne ainsi peu à peu de son côté « pépère ».

Deux motorisations

Si la Camry est offerte en quelques versions répondant au goût et surtout au budget de plusieurs, on note deux motorisations distinctes, trois si on tient compte de la Camry hybride. On retrouve à la base un moteur quatre cylindres de 2,4 litres développant 158 chevaux. Ce n'est certes pas le plus puissant de sa catégorie, mais il se compare bien à la majeure partie des quatre cylindres de ses rivales, tout en ayant une consommation d'essence réduite et un prix d'achat plus abordable. Voilà le nerf de la guerre, car si plusieurs reconnaissent à la Camry toutes ses qualités, son prix d'achat généralement supérieur à plusieurs rivales aura tôt fait d'en décourager plusieurs. Bien souvent, le budget prime !

Pour ceux favorisent un peu plus les performances, un V6 de 268 chevaux est aussi offert. Grâce à cette motorisation, cette voiture devient l'une des plus puissantes de sa catégorie. On aime la fougue de ce moteur et ses reprises énergiques. Pour ce qui est de la Camry hybride, on la reconnaît par ses badges apposés sur la carrosserie et annonçant ses intentions de voiture plus verte. Utilisant à la base la même technologie que la Toyota Prius, la Camry hybride reçoit un groupe motopropulseur qui comprend un moteur à essence quatre cylindres de 2,4 litres de 187 chevaux combiné a un moteur électrique de 105 kilowatts. Voilà qui procure à cette Camry des performances dignes du modèle à moteur V6, mais avec une consommation de loin inférieure. J'ai obtenu une consommation moyenne de 6,5 L/100 km, pas mal pour une voiture de ce type. Et pour ceux qui se pose la question, eh non, il n'est pas nécessaire de brancher la voiture ! La recharge se fait par le moteur à essence ou par le moteur électrique lui-même lorsqu'on décélère ou quand on freine. Voici un bel exemple de récupération d'énergie. Outre sa motorisation unique, la Camry hybride est aussi celle qui reçoit la plus longue liste d'équipements de série. Tous les modèles héritent cependant d'une bonne liste d'équipements assurant la sécurité des passagers à bord.

Confort et soucis de qualité

À l'intérieur, on remarque un souci de qualité omniprésent ainsi que l'attention portée aux détails. Fidèle à l'ingénierie japonaise, chaque élément et contrôle a été soigneusement pensé afin de faciliter leur compréhension et leur utilisation. Malgré une présentation un peu sobre, l'habitacle transmet bien un sentiment de qualité, élément fort apprécié des propriétaires. Les nombreux ajustements du siège et du volant nous permettent de trouver rapidement une bonne position de conduite. Les sièges s'avèrent confortables, et ce, même en conduite prolongée. 

Sur la route, la Camry présente un comportement plus dynamique que les modèles de générations précédentes. On obtient un peu plus de sensation au volant, ce qui corrige plusieurs reproches faits par le passé. Malgré tout, on note toujours une suspension favorisant le confort de roulement, au détriment du comportement, et une direction invariablement un peu trop surasistée. Cependant, ce comportement continuera de plaire à une certaine clientèle, tous les goûts étant dans la nature. Tous ne se réjouissent pas du comportement hautement sportif d'une Mazda6, à titre d'exemple. Quant à la version hybride, la puissance combinée des deux moteurs procure à la voiture des performances équivalentes à un V6. Le couple généreux typique aux moteurs électriques permet des reprises énergiques et de bons temps d'accélération.

Il faut le reconnaître, hormis une facture un peu plus salée, la Camry s'avère un choix drôlement intéressant, singulièrement en raison de sa nouvelle robe plus inspirante et de ses dynamiques un peu plus emballantes. Il reste certes encore quelques améliorations ici et là à apporter, mais les déceptions sont rares chez les propriétaires de Camry.

Feu vert
Style amélioré, bon choix de moteurs,
version hybride, habitacle soigné,
plusieurs équipements de sécurité

Feu rouge

Prix plus élevé, conduite toujours aseptisée,
version de base peu équipée,
style trop près de Lexus

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Commentaires