Un danger public avec son VTT sur le toit de la voiture

Par Maxime Deland

Pourquoi acheter une remorque quand on peut mettre notre véhicule tout-terrain (VTT) sur le toit de notre petite voiture? 

Un homme de 29 ans de l’Outaouais a appris à ses dépens qu’il vaudrait mieux pour lui d’investir dans l’achat d’une remorque.

Tôt mercredi matin, les policiers de la Sécurité publique de la MRC des Collines-de-l’Outaouais ont eu toute une surprise en voyant une petite Mazda3 passer devant eux avec... un VTT attaché sur le toit.

Les policiers ont vite fait d’intercepter le conducteur, qui venait de s’engager sur l’autoroute 50, en direction de Gatineau.

Selon les autorités, l’automobiliste arrivait de Val-des-Bois et comptait se rendre jusqu’à Gatineau avec sa cargaison (très) hors norme, soit un périple d’une soixantaine de kilomètres.

«Malheureusement pour le conducteur, celui-ci avait un permis de conduire suspendu pour de nombreuses amendes impayées, et ce, sans parler de la méthode peu orthodoxe et inhabituelle de transporter un véhicule tout-terrain», a indiqué le sergent Martin Fournel, porte-parole du corps policier.

En effet, le passionné de VTT avait attaché son bolide sur le toit de la voiture à l’aide d’une seule et unique courroie.

Selon les autorités, le poids du VTT était si important que tous les amortisseurs de la voiture étaient «écrasés», rendant la conduite quasi impossible.

Le véhicule, qui n’appartenait pas au conducteur, a tout de même été saisi pour une période de 30 jours. Un constat d’infraction de 494 $ lui sera également remis pour avoir conduit un véhicule avec un permis suspendu.

Le propriétaire de la voiture recevra lui aussi une contravention de 494 $ pour avoir laissé sa voiture à quelqu’un n’ayant pas de permis de conduire valide.

D’autres constats pourraient éventuellement être émis dans ce dossier, notamment pour avoir arrimé le VTT de façon négligente.

En vidéo: les véhicules les plus volés au Québec en 2021

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ActualitéQuelles sont les routes les plus dangereuses au Québec?
Par Annabelle Blais et Philippe Langlois Malgré toutes les interventions policières, les échangeurs autoroutiers sont les endroits où les automobilistes courent le plus grand risque de collision, révèle une analyse inédite de quelque 435 000 accidents survenus au Québec entre 2014 et 2019. Le Bureau d'enquête du Journal de Montréal …
ActualitéDéconfinement : les comportements dangereux sont en hausse
Les automobilistes déconfinés regagnent leurs mauvaises habitudes. C’est du moins ce que révèle un nouveau sondage pancanadien mené au début de juin pour le compte du CAA. Malgré les avertissements de l’organisme , 59% des répondants disent avoir observé une hausse des comportements dangereux sur les routes ces dernières semaines …
JuridiqueConduite dangereuse : ce qu’il faut savoir
Cette semaine, je vous propose de traiter de l’article 327 du Code de la sécurité routière, qui est une action, ou une vitesse susceptible de mettre en péril la sécurité des gens ou des biens. L’amende minimale est de 1 000 $, et quatre points d’inaptitude. Le genre d’infraction qui …
ActualitéÉtude : les VUS sont moins dangereux pour les voitures
Les VUS d’aujourd’hui ne constituent plus une menace sérieuse pour la sécurité des conducteurs de plus petits véhicules, selon une nouvelle étude de l’Insurance Institute for Highway Safety (IIHS), l’organisme américain en charge des tests de collision. Cependant, en raison de leur importante différence de poids, les camionnettes posent toujours …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires