Toyota C-HR 2022 : l’achat qu’on regrette le plus?

Points forts
  • Design unique (si ça vous plaît)
  • Bel aplomb sur la route
  • Réputation de Toyota
Points faibles
  • CVT insupportable
  • Prix trop élevé
  • Visibilité restreinte
  • Nombreux compromis à faire
Évaluation complète

Plus tôt cette année, le site américain Consumer Reports a sondé ses nombreux membres afin de mesurer leur degré de satisfaction à l’égard de leur véhicule, puis dressé un top 10 des modèles les moins appréciés. Au sommet de ce palmarès peu enviable, il y avait le Toyota C-HR : à peine 29% des propriétaires le choisiraient à nouveau lors d’un futur achat.

Sans être surpris, nous avons voulu passer une semaine à son volant pour lui donner une nouvelle chance de se faire valoir. Le résultat n’a pas été concluant.

Trois versions dispendieuses

Le C-HR est le plus petit utilitaire de Toyota, évoluant dans la catégorie des multisegments urbains où la plupart des concurrents n’offrent pas l’option d’un rouage intégral. Pensons au Hyundai Venue, au Nissan Kicks et au Kia Soul. Ces trois-là dominent le classement des VUS les moins chers sur le marché en 2022… alors que le C-HR n’apparaît même pas dans le top 10!

Photo: Guillaume Rivard

Le prix de la version de base LE, dépourvue de roues en alliage, de rétroviseurs électriques et de sièges chauffants, s’élève à 26 754 $ incluant les frais de transport et de préparation. Nous avons testé une version XLE Premium à 29 294 $ (celle qui se distingue par son toit noir contrastant), mais il reste au-dessus la Limited avec sièges en cuir à réglages électriques pour 31 894 $. Même en ces temps d’inflation, c’est exagéré de payer de telles sommes pour ce que l’on obtient en retour.

Au fait, tous les C-HR sont munis de phares à DEL, d’un écran tactile de huit pouces, de la climatisation automatique à deux zones ainsi que de la suite d’aides à la conduite Toyota Safety Sense 2.0, qui comprend notamment le régulateur de vitesse adaptatif, le système précollision avec détection des piétons et l’aide au maintien dans la voie. La surveillance des angles morts et l’alerte de circulation transversale arrière sont réservées aux versions supérieures.

Photo: Guillaume Rivard

Payer le prix d’un design éclaté

Avec le Toyota C-HR, il faut aussi payer le prix de son design. Ceux qui se laissent séduire par la silhouette radicale et les touches colorées à l’intérieur n’accordent visiblement pas une grande importance à des considérations pratiques comme la visibilité, le confort, l’espace aux places arrière et le volume de chargement.

Oui, les roues de 18 pouces au menu sont jolies et l’aileron prononcé donne au C-HR un air sportif, mais prenez par exemple l’emplacement des poignées arrière : une belle preuve que ce véhicule s’adresse aux célibataires et aux couples plus qu’aux jeunes familles. En outre, les sièges sont fermes et trouver une position de conduite optimale n’est pas simple. Côté rangement, c’est assez limité, tant dans les portières qu’au niveau de la console, et le coffre à gants est difficile d’accès.

Pour le conducteur, la prise en main du volant pourrait être meilleure et chaque coup d’œil par-dessus l’épaule pour vérifier les angles morts détourne beaucoup trop l’attention de la route. L’écran central est bien intégré dans le décor et à une bonne distance pour permettre une utilisation conviviale, mais le système multimédia est loin d’être une force du C-HR. Mieux vaut compter sur Android Auto et Apple CarPlay.

Photo: Guillaume Rivard

Quant à la banquette, Toyota ose parler de trois places, mais oubliez celle du milieu, purement symbolique. Et si les sièges avant sont le moindrement reculés, le dégagement pour les jambes devient aussi restreint que pour la tête. Vos amis ne la trouveront pas drôle.

Le coffre? Tout juste suffisant pour les emplettes de la semaine, il est passablement moins volumineux que celui de la Corolla Hatchback (541 L vs 660 L). Enlever le cache-bagages ne change pas grand-chose étant donné l’angle très incliné de la lunette arrière et on n’obtient que 1 031 L en rabattant les dossiers. Pas besoin de vous dire qu’il est facile de dénicher des utilitaires sous-compacts capables d’en prendre plus.

Photo: Guillaume Rivard

Affreuse CVT

Qu’en est-il de l’expérience de conduite? Encore là, il faut vraiment adorer le design du C-HR pour endurer le comportement du moteur à quatre cylindres de 2 L! Miné par une transmission à variation continue insupportable dès que l’on insiste sur l’accélérateur, il génère davantage de bruit que d’accélération, à l’instar du Soul.

Dommage, car la puissance et le couple s’avèrent adéquats pour la catégorie – ses 144 chevaux et ses 139 lb-pi se comparent au cube coréen et dépassent amplement le Kicks et le Venue. En revanche, on pourrait s’attendre à une consommation d’essence plus basse : 8,2 L/100 km officiellement, 8 L/100 km dans notre cas.

Enfin, le C-HR démontre un bel aplomb dans les virages grâce à son centre de gravité plutôt bas. Sa suspension, qui combine des jambes McPherson à l’avant avec des bras multiples à l’arrière au lieu d’une poutre de torsion comme plusieurs rivaux, procure également une douceur de roulement appréciable. Le bruit du vent et de la route, d’autre part, est quand même très raisonnable.

Photo: Guillaume Rivard

Verdict

Audacieux à ses débuts en 2018, le Toyota C-HR ne passe plus vraiment le test en 2022. Il est tout simplement trop cher et trop peu pratique par rapport à la concurrence directe. Même en restant chez Toyota, vous serez bien mieux servi par une Corolla Hatchback ou le nouveau Corolla Cross, dont le prix de départ n’est plus élevé que de 500 $ et qui propose en option quatre roues motrices.

En tant que véhicule dont les gens regrettent le plus l’achat selon le sondage de Consumer Reports, le C-HR prouve qu’il n’y a pas que le style qui compte. Il serait temps pour Toyota de passer à autre chose…

En vidéo: Meilleurs achats du Guide de l'auto - catégorie des multisegments urbains

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ActualitéLes petits VUS, source d’une grande insatisfaction
Toyota peut se féliciter d’avoir récemment ajouté le Corolla Cross à sa gamme de véhicules, car son petit C-HR est le véhicule neuf dont les gens regrettent le plus l’achat. C’est ce qu’on découvre dans le dernier palmarès des modèles les moins appréciés de Consumer Reports . Le site américain …
Questions des lecteursLa Toyota Corolla Cross remplace-t-elle le C-HR?
J’ai vu votre reportage concernant la nouvelle Toyota Corolla Cross , qui sera bientôt vendue au Québec. Je considérais acheter un C-HR , mais je me demande maintenant si c’est une bonne idée. Qu’en pensez-vous? -------------- Bonjour Denis, La Corolla Cross s’ajoutera effectivement à la gamme de véhicules de Toyota …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires