Hyundai Tucson/Kia Sportage, vieillir en beauté

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2008

Vous ne le croirez pas, mais ces deux véhicules qui semblent encore tout chauds entament en 2008 leur quatrième année d’existence. C’est donc dire à quel point les concepteurs de Hyundai ont réussi leur pari, en introduisant un VUS encore plus petit que le Santa Fe ! Offrant à prix défiant toute concurrence un véhicule compact, polyvalent et joliment tourné, il était clair que le succès cognait à la porte. Aujourd’hui, quelques price buster (Jeep Compass/Patriot) viennent ralentir son élan, mais force est d’admettre que ce duo est toujours dans le coup. Au fait, je m’exprime en citant le Tucson, mais la même chose s’applique au Kia Sportage. Car malgré la croyance, ces deux véhicules sont, à une carrosserie près, totalement identiques. Il n’en tient donc qu’à vous de savoir si vous préférez le style plus sage et sympathique du Sportage ou celui plus musclé du Tucson.

Chose certaine, que vous optiez pour l’un ou l’autre, vous en obtiendrez beaucoup pour votre argent. De la petite version de base à deux roues motrices et boîte manuelle jusqu’au modèle tout équipé, avec moteur V6, traction intégrale, boîte automatique et sellerie de cuir, le prix est toujours compétitif. À preuve, un modèle tout garni coûte environ 30 000 $, soit le prix du modèle d’entrée de gamme à rouage intégral chez Honda ou Toyota. Toutefois, il faut  guetter le récent Santa Fe qui lui aussi, s’avère compétitif. Mais nous y reviendrons.

Question de goût, je vous dirais que la présentation intérieure du Sportage me plaît davantage. Ne serait-ce que pour les teintes utilisées et la configuration de la console centrale, on a l’impression d’être à bord d’un véhicule plus cossu. Mais il n’en demeure pas moins que l’aménagement général, l’équipement et les commandes sont identiques. Dans les deux cas, on obtient donc plus d’espace qu’il n’en faut pour accueillir quatre adultes et leurs bagages. Le conducteur profite d’une bonne position de conduite, d’un aménagement ergonomique et d’un siège très confortable. Selon la version choisie, il est possible de se gâter avec des sièges chauffants à l’avant, ce qui s’avère, vous vous en douterez, très agréable par temps froid.

Modularité 101

Bien assemblé et offrant une qualité de finition étonnante, l’habitacle brille par sa grande modularité. Non seulement on peut ajuster l’inclinaison des dossiers de la banquette arrière, mais on peut les rabattre pour obtenir un plancher de chargement entièrement plat. Mieux encore, on peut aussi rabattre à plat le dossier du siège du passager avant, de façon à charger des objets très longs.

Côté équipement, les modèles de base reçoivent, pour environ 21 000 $, des glaces, des rétroviseurs et le verrouillage électriques, un radio CD/MP3, des jantes de 16 pouces ainsi qu’une foule de petits détails qui nous permettent d’affirmer que le prix est très alléchant. Chez Hyundai comme chez Kia, les versions offertes sont aussi nombreuses qu’intéressantes, ce qui vous permettra de choisir l’équipement qui vous convient, à prix concurrentiel. Sachez cependant que le prix de transport/préparation est très élevé (1 495 $), et qu’il faut toujours le considérer en faisant vos calculs !

Avantage 4 cylindres

Personnellement, je vous dirais que les versions à moteur quatre cylindres me semblent plus intéressantes. Bien sûr, la puissance n’est pas très impressionnante, mais le rendement demeure honnête, tout comme la consommation qui se situera autour de 10 litres aux 100 kilomètres. Il est également possible de choisir avec ce moteur une version à deux ou quatre roues motrices. Toutefois, sachez que seule la boîte manuelle est offerte avec le rouage intégral, permettant ainsi de mieux exploiter la puissance du moteur.

En optant pour le V6, qui n’est vendu qu’avec l’automatique, on se rapproche dangereusement du prix d’un Hyundai Santa Fe à équipement équivalent. Par exemple, un Tucson GL V6 à deux roues motrices et un Santa Fe doté d’un équipement et d’une configuration mécanique similaire n’ont qu’un écart de prix de seulement 900 $. Et pour une version à rouage intégrale, le Santa Fe est environ plus cher de 1 500 $, mais reçoit un moteur 3,3 litres nettement plus convaincant. Peut-être préférerez vous le Tucson/Sportage pour ses dimensions, mais vous en obtiendrez encore plus pour votre argent avec un Santa Fe qu’avec un Tucson V6.

Sur la route, le Tucson adopte un comportement identique à celui d’une Elantra. Et c’est normal, puisque ces deux véhicules partagent la même plate-forme et les mêmes composantes mécaniques. La sensibilité aux vents latéraux est un brin supérieure, les performances sont évidemment moins relevées en raison du poids et le roulis est plus important mais sinon, c’est très semblable. Le véhicule est donc bien équilibré de manière à offrir une belle maniabilité et un excellent confort. Il faut aussi mentionner que ce duo de VUS arrive de série avec beaucoup de caractéristiques de sécurité, tels l’antiblocage des freins, l’antipatinage, le contrôle électronique de stabilité, les six sacs gonflables et les appuie-têtes actifs à l’avant.

Bref, le géant coréen fidèle à sa réputation propose avec les Tucson et Sportage la formule du beaucoup pour peu. Il ne s’agit évidemment pas du véhicule le plus raffiné, mais l’équipement généreux, le comportement sain, le confort étonnant et le côté pratique évident de ce duo nous permettent de comprendre pourquoi tant d’acheteurs se le sont procuré.

Feu vert
Rapport équipement/prix imbattable
Qualité générale surprenante
Style accrocheur
Confort étonnant
Grand choix de versions

Feu rouge

Le Santa Fe est aussi un concurrent (voir texte)
Performances moyennes (4 cylindres)
Prix de transport/préparation élevé

Partager sur Facebook
Commentaires