Volvo XC60 2010, un gabarit intéressant

Points forts
  • Style réussi
  • Version T6 impressionnante
  • Sièges confortables
  • Éléments de sécurité nombreux
Points faibles
  • Motorisations gourmandes
  • Aides à la conduite nombreuses
  • Options coûteuses
Évaluation complète

Pour la plupart des constructeurs, il ne fait maintenant plus aucun doute qu'un modèle multisegment doit faire partie de la gamme des produits. Autrefois populaires, les fourgonnettes, familiales et VUS ont maintenant été déclassés par les sous-compactes, les hatchback et les multisegments. Il n'en fallait pas plus pour convaincre Volvo d'entrer dans la danse.

Et c'est un XC60 très stylisé qui a été présenté l’an dernier. Avec une forme qui s'apparente à un petit VUS, le nouveau Volvo s'efforce plutôt de donner l'impression d'une familiale gonflée aux hormones. Le XC60 est offert en trois versions mais c'est la T6 qui retient évidemment l'attention avec sa motorisation plus puissante et sa présentation résolument plus sportive et plus agressive. Deux nouvelles versions d’entrée de gamme se joignent à la famille.

City Safety

J'avais bien hâte de prendre le volant de cette nouvelle mouture. Non pas pour évaluer les traditionnels sujets comme la tenue de route, la consommation ou la qualité de fabrication mais bien pour faire l'essai du nouveau système City Safety qui permet d'éviter les collisions. Grâce à un capteur laser infrarouge, la technologie détermine si vous vous approchez trop rapidement du véhicule qui vous précède. Si le conducteur ne réagit pas à temps, le système actionne automatiquement les freins afin de ralentir le véhicule, soit pour éviter la collision, si la différence de vitesse entre les deux véhicules est inférieure à 14,5 km/h, soit pour atténuer l'impact, si la différence de vitesse est comprise entre 14,5 et 29 km/h. L’essai est convainquant!

Encore de la techno

Évidemment, la réputation de solidité et de sécurité chez Volvo ne fait plus aucun doute. Prendre place à bord d'un véhicule du constructeur s'avère une assurance en soi. Outre le système City Safety, Volvo propose également un détecteur d'angle mort très intéressant mais qui se montre un peu trop intrusif, surtout par temps pluvieux. Fonctionnant à l'aide de capteurs sous les rétroviseurs, la moindre goutte d'eau fait « détraquer » le système et le témoin lumineux orangé s'active alors. Néanmoins, le système permettra surement d'éviter bien des accidents. Parmi les autres gadgets électroniques, on note un régulateur de vitesse adaptatif, un système d'avertissement de changement de voie, des sonars de stationnement avant et arrière ainsi qu'une caméra de recul.

La fermeté

Les véhicules offert chez Volvo sont confortables mais ont tendance à offrir une tenue de route ferme. Le XC60 n’y fait pas exception, surtout en version T6 qui propose un comportement plus incisif avec ses suspensions rigides et ses pneus à profil bas. Les deux nouveaux modèles de base sont plus doux et civilisés. La tenue de route s’avère sans reproche. La conduite est fluide et agréable en situation urbaine. La suspension accomplie bien son travail et permet de niveler le pavé brillamment en plus de limiter le roulis et le tangage. La direction offre une résistance parfaite et la manipulation du volant donne une rassurante sensation de solidité et de sécurité au conducteur. L'incroyable solidité du châssis permet également de filtrer admirablement bien les bruits provenant de l'environnement extérieur et une excellente insonorisation vient compléter le tout.

Un habitacle sobre

La présentation intérieure n'est pas des plus colorées. On s'est assuré d'offrir un environnement épuré et sobre, exempt de toutes fioritures. L'effet est apaisant et l'inspiration suédoise se fait naturellement sentir. La console centrale présente un artifice de contrôles, parfois trop petits, et son utilisation demande un certain apprentissage. Les sièges sont évidemment très confortables, ce qui ne veut pas dire qu'ils sont moelleux pour autant. Les supports latéraux mériteraient un peu plus de volume afin de se sentir bien enveloppé. La visibilité est excellente grâce à une généreuse surface vitrée. L'habitacle présente un bon volume pour les passagers, autant à l'avant qu'à l'arrière mais ceux prenant place à l'arrière remarqueront surement une ouverture de portière un peu étroite aux pieds. L'espace cargo est extrêmement généreux et permet d'y engouffrer pratiquement n'importe quel objet, d’autant plus que la banquette arrière est rabattable en trois sections.

Des prestations à la baisse

Avec la venue de la motorisation de 3,2 litres, le XC60 a vu ses prestations dynamiques s'appauvrir quelque peu. La version de l'an dernier nous avait habituée à une conduite puissante et sportive à souhait avec la présence du 3,0 litres turbo qui équipait la version T6, toujours disponible cette année. Mais dans un marché fortement compétitif, Volvo a choisi d'offrir deux nouvelles livrées, plus abordables et moins gourmandes, de son multisegment vedette. On a donc droit à une version équipée de la motorisation à 3,2 litres, qu’il est possible de combiner à la traction ou à au rouage intégral. Malgré son statut « d’entrée de gamme », les performances sont très surprenantes et honorables puisque ce XC60 répond admirablement bien aux sollicitations du conducteur. La perte de quelques chevaux n'est donc pas une aberration puisque l'ensemble du véhicule livre un résultat bien équilibré et homogène.

L'arrivée de ces nouvelles versions du XC60 tombe à pic. Le véhicule propose une silhouette agréable et dynamique. Ce genre de véhicule a manifestement sa place sur le marché. Avec une réputation de sécurité qui ne fait plus aucun doute et des technologies de pointe qui aident à la conduite, le XC60 s'avère le véhicule idéal pour nos rudes hivers québécois. Faites cependant attention aux options qui font rapidement grimper la facture, pouvant même atteindre facilement les 60 000$.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisVolvo XC60 2009, bonne voiture, beaucoup de gadgets !
Ce n’est pas un secret, les ventes de Volvo ne sont pas au beau fixe et la chute dans les classements des modèles les plus vendus s’est amorcée bien avant la récession économique qui a frappé l’industrie automobile en 2008. Pour être juste, il est important de souligner que le …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires