Honda Insight 2010, une silhouette familière

Points forts
  • Consommation anémique
  • Puissance adéquate
  • Habitacle généreux
  • Fiabilité assurée
  • Prix accessible
Points faibles
  • Puissance trop juste
  • Visibilité arrière réduite
  • Freinage intrusif
Évaluation complète

Honda frappe un grand coup avec l’arrivée de sa nouvelle hybride Insight. Jusqu'à tout récemment, la voiture hybride la plus connue de la planète s'appelait Prius et Toyota en était son constructeur. Pour remettre les pendules à l'heure et reprendre le terrain perdu, Honda se devait de réagir, et quoi de mieux que de proposer une voiture similaire à la Prius, mais plus abordable. Car, il ne faut pas se le cacher, l'Insight a effectivement des allures de Prius, il n'en fait aucun doute.

À s’y méprendre!

C'est à se demander si Honda s’est inspiré de Toyota dans l'élaboration de sa voiture verte. Si on place les voitures côte à côte, bien des gens ne sauraient différencier les deux modèles. Mais, à la défense des gens de Honda, l'Insight adopte plutôt une des formes les plus aérodynamiques qui soit, la balle de fusil. Le style de la voiture est tout de même bien réussi et si on le compare à celui de la précédente version de l'Insight, celle de 2001, il faut reconnaitre qu'il est beaucoup plus branché et attirant.

Hybride parallèle

L'Insight réussie toutes ses prouesses écologiques en combinant une motorisation à essence et un moteur électrique. Tout comme c'est le cas avec la Prius, mais à quelques différences près, l'Insight est configurée en mode parallèle, c'est à dire qu'elle utilise le moteur électrique «en combinaison» avec celui à essence afin de produire plus de puissance. Cette configuration ne permet pas à l'Insight de fonctionner en mode électrique exclusivement puisque le moteur à essence s'active dès que la voiture se met à rouler. Lors des arrêts cependant, l'Insight a l'avantage de voir son moteur à essence s'éteindre, ce qui permet de faire une bonne économie d'essence, à condition de rencontrer tous les paramètres nécessaires dont une température interne du moteur dans la normale et des batteries assez chargées. Ce qui implique donc peu de coupure du moteur durant la période hivernale.

ECON, pas AKON

Honda a doté l'Insight d'une fonction ECON (moins populaire que le chanteur AKON) qui permet de suivre et d'interpréter les habitudes du conducteur. Cette fonction, activée par la pression d'un gros bouton vert, permet d'encourager ou de réprimander le pilote au moyen de petits icônes d’arbres s’affichant au tableau de bord lorsque l'on coupe le moteur. Plus il y a d'arbres, plus votre conduite aura été écologique et économique. Outre ce petit détail fort amusant, la fonction ECON permet également de configurer différents paramètres de la voiture, notamment de diminuer la puissance et le couple du moteur en plus de réviser le travail de la transmission CVT pour la rendre plus économique. Une fois ce mode activé, le moteur à essence aura comme mandat de s'éteindre plus rapidement lors de l'immobilisation de la voiture et diminuera l'intensité de la climatisation et du chauffage afin d’économiser l’énergie des batteries.

Prendre le volant de l'Insight s'avère une expérience intéressante. On a l'impression d'embarquer dans une voiture futuriste et totalement intrigante. Mais en fait, elle n'est pas si différente des autres modèles de Honda. Le tableau de bord est un mélange de Civic et de Fit, ce qui veut dire de nombreux cadrans ronds sur plusieurs niveaux et affichant de nombreux reliefs. La planche de bord est très disparate et rappelle l'intérieur des Pontiac des années 80. L'espace cargo est très généreux et la possibilité d’abaisser les dossiers des sièges arrière afin d'augmenter l'aire de chargement est une option rare sur ce type de véhicule. L'emplacement du réservoir à essence sous la banquette arrière et le faible volume pris par les batteries permettent de doter l'Insight d'une grande capacité de chargement. Un bon travail a été fait pour camoufler l'ensemble de batteries.

Tout pour économiser

Mais c'est lorsque l'on démarre la voiture et que l'on avale les premiers kilomètres que l'Insight nous démontre tout son potentiel d'économie. Comme l'ensemble de la voiture a été optimisé afin de donner le maximum d'économie (ou le minimum de consommation), tous les éléments mécaniques de l'Insight contribuent aux résultats. La motorisation à essence n'est pas des plus puissantes, le freinage est intrusif mais regénérateur, le couple est maximal à bas régime, les pneus sont étroits et l'ordinateur de bord nous renseigne sur notre manière de conduire. D’ailleurs, la couleur de fond des cadrans affiche le bleu lorsque notre conduite est anti-écologique alors qu'elle est de couleur verte lorsque nous conduisons de façon réfléchie et calme.

Mais difficile de conduire en mauvais garçon lorsque la voiture ne nous donne que 98 chevaux. Les accélérations sont lentes et les reprises ne sont guère plus rapides. Il faut donc s'y prendre d'avance lors des dépassements et anticiper notre conduite afin de ne pas se sentir au dépourvu. Une fois ce constat fait, l'Insight nous impressionne par sa fluidité et sa facilité d'opération. Les manœuvres urbaines sont totalement agréables et agrémentées par l'assistance électrique de la direction. La visibilité est bonne sauf vers l'arrière où la présence de la vitre horizontale dans le hayon demande un peu d'ajustement. La suspension est ferme mais tout de même agréable sur autoroute. Les bruits de vents sont présents mais s'avèrent très bien filtrés par la forme de la carrosserie.

L'Insight n'est pas la voiture la plus technologiquement avancée sur le marché. Elle a cependant l'avantage de proposer une motorisation simple et peu coûteuse à produire, ce qui se traduit par un prix de vente excessivement alléchant, sous les 24 000$. Elle n'est pas une voiture sportive et n'aspire pas à le devenir alors si vous n'êtes pas en mesure de la conduire doucement et  calmement, elle n’est certainement pas adaptée à vos besoins.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisHonda Insight 2010, l’aubaine hybride par monts et par vaux
Le duel que se livrent Honda et Toyota sur le front des véhicules à propulsion hybride dure depuis déjà dix ans. Même si la désormais célèbre Prius fut lancée la première au Japon, c’est Honda qui a joué les pionnières en Amérique du Nord en lançant sa première Insight comme …
EssaisHonda Insight 2010, quand la raison se tait, le coeur crie...
Dans un monde de plus en plus politiquement correct où il faut être plus vert que son voisin, des voitures comme la Honda Insight ou la Toyota Prius sont pratiquement vénérées. D’ailleurs, de plus en plus de manufacturiers, et pas des moindres, se tournent vers l’hybridation de leurs véhicules sans …
Commentaires