Lexus IS 500 2022 : la renaissance du V8

Points forts
  • Moteur V8 fort agréable
  • Fiabilité à toute épreuve
  • Plaisir de conduire assuré
  • Exclusivité assurée aussi
Points faibles
  • Silhouette trop discrète par rapport à l’ancienne IS F
  • Transmission parfois un peu lente à réagir
  • Pavé tactile du système d’infodivertissement
Évaluation complète

De 2008 à 2014, Lexus a commercialisé une version particulièrement radicale de la IS, équipée d’un impressionnant moteur V8. Surprise, Lexus ramène un V8 sous le capot de la IS en 2022!

Alors que nous étions de passage en Arizona pour mettre à l’essai la nouvelle génération du NX, nous en avons profité pour prendre le volant de cette Lexus IS 500 2022. Voici ce que nous en avons pensé.

Un V8 exceptionnel

Le capot de la IS 500 renferme un V8 de 5,0 L ne développant rien de moins que 472 chevaux et 395 livres-pied. La IS étant une berline compacte, on se retrouve avec un fabuleux condensé de puissance entre les mains. Par le biais d’une transmission automatique à huit rapports, le tout est acheminé directement aux roues arrière. Voilà une recette gagnante pour du plaisir au volant!

Photo: Lexus

Il est difficile de ne pas céder à la tentation d’engager le mode Sport +, histoire de débrider quelque peu la bête. Bien sûr, on sent que l’équilibre des masses n’est pas optimal en raison du poids élevé du V8 que l’on retrouve à l’avant, mais il est tout de même intéressant de constater que la bagnole tient généralement bien la route et que l’arrière-train ne décroche pas à tout bout de champ.

En plus de livrer des performances dignes de ce nom, ce V8 émet une douce mélodie grâce à ses quatre embouts d’échappement. On apprécie autant le ronronnement à bas régime que le rugissement à haut régime. La IS 500 comblera – presque! – tous vos sens.

Notons au passage que le moteur V8 est exclusif à cette version dans l’alignement de la Lexus IS. Les autres déclinaisons ont droit à un moteur à quatre cylindres de 2,0 L ou à un V6 de 3,5 L.

Photo: Lexus

À bord

Lexus se démarque rarement par l’extravagance. Or, on apprécie que le constructeur fasse preuve d’audace lorsque vient le temps d’élaborer l’habitacle. Certes, il n’est pas des plus modernes et vous devrez composer avec un damné pavé tactile pour contrôler le système de divertissement, mais le mariage du rouge et du noir vivifiait l’habitacle du modèle mis à l’essai. La position de conduite est confortable et le dégagement pour la tête est suffisant, ce qui n’est ironiquement pas le cas avec la berline intermédiaire qu’est la ES.

Photo: Germain Goyer

Une diffusion limitée

À une époque au cours de laquelle tout ce qui est vert brille tel un lingot d’or, la IS 500 débarque carrément de nulle part. Conscient qu’il est minuit moins une pour proposer une voiture aussi traditionnelle dans son approche, Lexus ne remplira pas les cours des concessionnaires avec cette automobile. En fait, dans le cas de la version de lancement, seules 500 unités seront assemblées. Du lot, 50 exemplaires seront acheminés au Canada. Cette version de lancement se distingue notamment par ses jantes BBS de 19 pouces noir mat plus légères ainsi que par une série d’emblèmes. Elle sera vendue à partir de 77 650 $.

Photo: Lexus

Quant à la version régulière, elle affiche un prix d’entrée de 72 900 $. À notre avis, il s’agit d’une offre agressive de la part du constructeur japonais, bien qu’il ne soit pas des plus évidents d’identifier clairement la concurrence.

Quand on se penche du côté allemand, on note que la Mercedes-Benz C 43 4Matic (V6 biturbo de 3,0 L de 385 ch) est étiquetée à partir de 71 600 $. Chez Audi et BMW, on a droit aux S4 (V6 turbocompressé de 349 ch) pour 61 100 $ et M340i xDrive (six cylindres en ligne de 3,0 L turbocompressé de 369 ch) pour 65 852 $.

En résumé, la IS 500 rôde autour du trio allemand avec une offre intéressante, mais surtout différente, puisqu’aucune des trois autres ne propose de moteur V8. Notons aussi que la puissance des véhicules allemands est considérablement moindre. En revanche, leurs transmissions sont plus évoluées et plus rapides que celle de la IS 500. De ce fait, l’écart de puissance est moins marquant.

Photo: Lexus

Mentionnons également que les trois autos germaniques sont dotées d’un système à quatre roues motrices alors que la IS 500 est à propulsion uniquement.

Quoiqu’il en soit, on ne peut qu’applaudir l’audace de Lexus de tenter sa chance avec une voiture aussi brutale. Profitons-en pendant que c’est encore possible, parce que ce genre de voiture ne survivra pas éternellement.

En vidéo: nos impressions de la Lexus IS 2021

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Premiers contactsLexus NX 2022 : quatre moteurs pour mieux vous servir
Bien que le Lexus NX soit le deuxième produit le plus populaire au sein de la marque de luxe japonaise, il a du mal à se distinguer dans le créneau des véhicules utilitaires compacts de luxe. Pour 2022, Lexus s’est retroussé les manches afin de remédier à la situation. Le …
ActualitéLe Lexus GX nous rappelle qu’il existe avec du nouveau pour 2022
Le Lexus GX n’est vraiment pas le premier nom qui nous vient en tête lorsqu’il est question de VUS intermédiaires de luxe. D’ailleurs, on vous pardonne si vous aviez oublié qu’il existe. Cela dit, la compagnie lui a apporté quelques changements pour l’année-modèle 2022, que vous pourrez voir chez les …
EssaisLexus LC 500 2021: les chevaux au vent
En janvier 2016, Lexus a dévoilé la version de production de la LC 500, qui était en quelque sorte l’héritière spirituelle de la défunte SC430 . Quelques mois plus tard, une déclinaison à moteur hybride allait également voir le jour. Malgré un succès mitigé, on a poussé l’audace jusqu’à présenter …
ActualitéUne rarissime Lexus LFA avec seulement 116 km est à vendre
Produite à seulement 500 unités sur une période de deux ans, la Lexus LFA est aujourd’hui une pièce de collection rarissime. L’un des exemplaires est actuellement à vendre sur le site d’encan en ligne Bring a Trailer . Il s’agit de l’une des cinq fabriquées en jaune perle (Pearl Yellow) …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires