BMW X7 - Le luxe, format XL

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2021

Présagé par le concept iPerformance, dévoilé au Salon de l’auto de Francfort en 2017, le modèle de série du X7 s’est pointé au Salon de Los Angeles seulement un an plus tard. Avec des VUS comme le X7, le Mercedes-Benz GLS, le Cadillac Escalade et le Lincoln Navigator, les marques de luxe redéfinissent les codes de l’opulence, que ce soit des VUS de grand gabarit ou des berlines de luxe. La richissime clientèle migre vers les VUS, que ce soit en Amérique du Nord, en Chine, au Moyen-Orient ou ailleurs, et les constructeurs doivent suivre pour tirer profit de cette tendance. Le X7 en est un très bon exemple.

Comme tous les concurrents de ce créneau, le VUS sept passagers de BMW affiche un gabarit hors normes, avec une longueur dépassant 5 mètres, un empattement faisant plus de 3 mètres et un poids supérieur à 2,5 tonnes métriques, dans le cas du modèle X7 M50i. À l’intention de ceux qui voudront y fixer une boîte sur le toit, prière de prévoir un escabeau pour l’opération puisque la galerie de toit culmine à 1 mètre 80 d’altitude ! L’élément le plus frappant est sans contredit l’immense calandre, et on remarque au passage que l’écusson de la marque est surdimensionné sur ce modèle. Ce logo de plus grande taille a été créé pour satisfaire les attentes de la clientèle chinoise, et BMW a même choisi de l’utiliser par la suite sur sa berline de Série 7 pour la même raison…

Une Série 7 surélevée

Voilà en quelques mots l’impression que l’on ressent en montant à bord du X7, le décor étant très similaire avec un niveau de finition exemplaire. On remarque immédiatement le sélecteur de vitesses en cristal, ainsi que la sellerie en cuir Merino avec surpiqûres des sièges. Ces derniers sont chauffants, ventilés et dotés d’une fonction de massage avec la sélection de l’ensemble de luxe proposé en option qui comprend également un toit panoramique et un parfumeur d’habitacle. La console centrale est occupée par un large écran tactile en couleurs de 12,3 pouces servant d’interface avec un système multimédia très évolué, mais de facture plus classique que ceux de Mercedes-Benz et Audi. On apprécie au passage que plusieurs touches figurant sur la console centrale puissent être programmées pour servir de raccourci vers certaines fonctionnalités et que la connectivité Apple CarPlay se fasse sans fil.

Les sièges avant sont d’un confort exceptionnel, en raison d’un ajustement complet, les dossiers étant inclinables sur deux pans, ce qui permet d’incliner la base tout en redressant la partie supérieure au niveau des épaules. Tout simplement génial. Le confort accordé aux passagers de la deuxième rangée est aussi très bon grâce à un large dégagement pour les jambes. Même la troisième rangée fournit assez d’espace, quoique le GLS de Mercedes-Benz en accorde un peu plus, autant à la seconde qu’à la troisième rangée.

Deux moteurs sont au programme, le plus puissant des deux étant le V8 biturbo de 4,4 litres qui équipe aussi les Série 7 et 8. Fort de plus de 500 chevaux, ce moteur n’a aucun mal à mouvoir le X7 comme en fait foi un chrono de 4,7 secondes pour le 0-100 km/h. Le comportement routier du X7 étant paramétrable, il est possible de prioriser le confort ou la dynamique selon l’humeur du moment, et le freinage est très performant, malgré la masse du véhicule. À vitesse d’autoroute, la vie à bord est particulièrement sereine, le X7 étant remarquablement bien insonorisé, tout comme une berline de très grand luxe.

Pas de version hybride au programme

En ce qui a trait à la consommation, notre moyenne observée au volant d’un X7 M50i a été de 15,5 L/100 km, une cote conséquente avec un véhicule de ce gabarit. Curieusement, bien que le X7 soit élaboré à partir de la plate-forme CLAR, laquelle permet d’adopter une motorisation hybride rechargeable déjà offerte sur la Série 7 ainsi que sur le VUS X5, BMW ne l'offre pas dans le X7. C’est dommage, car la présence du moteur six cylindres en ligne secondé par un moteur électrique alimenté par batterie lithium-ion permettrait à la fois de bonifier la consommation, et d’augmenter le niveau d’acceptabilité sociale de ce mastodonte par la même occasion.

La concurrence directe du X7 se retrouve non seulement chez les marques rivales allemandes avec les Audi Q7 et Mercedes-Benz GLS, mais aussi chez les logos américains avec le Cadillac Escalade et le Lincoln Navigator, entre autres. Véritable véhicule de luxe, le X7 M50i commande un prix très élevé, soit 114 000 $ pour le modèle de base, et notre modèle d’essai comptait pour plus de 20 000 $ d’équipements proposés en option, affichant une facture de 134 700 $.

Selon certaines rumeurs, BMW s’apprêterait à lancer une variante de style coupé du X7, laquelle recevrait la désignation X8 M et pourrait être animée par une motorisation hybride dont la puissance serait chiffrée à près de 750 chevaux, ce qui en ferait le modèle le plus puissant de la gamme M. Histoire à suivre…

Feu vert

  • Excellent niveau de confort
  • Moteur V8 performant
  • Rouage intégral efficace
  • Qualité d’assemblage et de finition

Feu rouge

  • Prix élevé
  • Tarif des options
  • Consommation élevée
  • Pas de motorisation hybride rechargeable

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisBMW Alpina XB7 2021 : luxe et sport format XXL
Lorsque BMW a voulu décliner une variante plus performante de son X7 , pour rivaliser directement avec le Mercedes-AMG GLS 63 sur le marché nord-américain, la marque de Munich s’est tournée vers son partenaire de longue date Alpina. C’est ainsi qu’est né le rutilant XB7, qui ajoute à la fois …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires