Volvo XC40 - Quand l’éclair se met de la partie

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2021

Si le logo d’Audi, de BMW ou de Mercedes-Benz charme une certaine clientèle, les gens n’ont pas envie d’avoir le même véhicule que le voisin. Et pour eux, Volvo arrive à la rescousse. Depuis 2018, la marque suédoise est présente dans le segment des VUS sous-compacts de luxe. Segment qui en était à ses balbutiements. En 2019, 611 Québécois ont jeté leur dévolu sur ce modèle, ce qui est passablement moins que pour le trio allemand.

Quand on monte à bord d’un véhicule portant l’écusson Volvo, on s’attend à un habitacle soigné et raffiné. Et c’est exactement ce que nous offre le XC40. Le bon goût est à l’honneur pour celui dont l’échelle de prix varie entre environ 40 et 48 000 $ en fonction de la version choisie. Les matériaux sont de qualité et rien ne retrousse. On aime et on est persuadé que ça vieillira bien.

Si vous penchez pour la version de base, la Momentum, vous aurez le choix entre deux configurations du moteur turbocompressé à quatre cylindres de 2 litres. Dans sa version T4, la puissance et le couple s’élèvent respectivement à 187 chevaux et 221 lb-pi. Pour un rendement supérieur, vous avez la version T5 qui génère 248 chevaux et 258 lb-pi. Cette seconde variante vient de série dans les versions R-Design et Inscription. Il faut reconnaître qu’elle procure davantage de plaisir, que le comportement est plus sportif et les accélérations plus franches. Dans un cas comme dans l’autre, on a droit à la boîte automatique étagée sur huit rapports ainsi qu’au système à quatre roues motrices. En revanche, mentionnons d’emblée que le levier de vitesses est contre-intuitif et qu’il requiert un minimum d’adaptation. Sur le plan de la conduite, le XC40 est, somme toute, très agréable à conduire. Sa direction est précise et malgré son format, le confort est au rendez-vous. Cependant, si le pilier C n’était pas aussi large, la visibilité n’en serait qu’améliorée.

Recharge

Si pour 2021 le XC40 est essentiellement le même que l’an dernier, on ne peut passer sous silence l’arrivée de la version Recharge P8 AWD. Ça, en français, ça veut dire qu’une déclinaison 100% électrique du XC40 que l’on aime déjà s’ajoute au catalogue. Pour un constructeur qui a sans doute connu plus de bas que de hauts dans les dernières décennies, on ne peut lui reprocher son implication dans l’électrification des véhicules. Avec sa version hybride rechargeable des S60, V60, S90, XC60 et XC90 sans parler de la nouvelle division innovante qu’est Polestar, force est d’admettre que Volvo ne regarde pas le train passer. Si ses rivaux ont d’abord proposé des VUS électriques de plus grand format, c’est le cas notamment de l’Audi e-tron et du Mercedes-Benz EQC, Volvo se lance dans l’univers électrique avec le plus compact de ses VUS. Au moment d’écrire ces lignes, on en sait encore assez peu à son sujet. En revanche, Volvo nous annonce que sa batterie, dont la capacité se chiffre à 78 kWh, permet une autonomie de 320 kilomètres. On nous dit également qu’une quarantaine de minutes suffit pour retrouver 80% de cette autonomie. En ce qui a trait à ses performances, on nous promet que sa puissance dépassant les 400 chevaux permettra d’atteindre 100 km/h en moins de 5 secondes.

On nous mentionne qu’il pourra remorquer jusqu’à 1 500 kilogrammes. Avec ce produit, Volvo fait rejointe le reste de l'industrie en garantissant la batterie pour une durée de huit ans ou 160 000 kilomètres. Pour le moment, son prix demeure inconnu pour notre marché. Ce faisant, on ignore s’il sera éligible aux subventions gouvernementales prévues pour l’achat de véhicules électriques. Notons qu’une version hybride rechargeable du XC40 existe ailleurs sur le globe, mais les gestionnaires pour le Canada ont plutôt décidé de miser l’entièreté de leurs billes sur la version électrique.

Tourne la page

Non, il n’est pas ici question du succès des Simard. Mais plutôt du système d’infodivertissement figurant au milieu de la planche de bord du Volvo. Étant donné qu’il y a assez peu de boutons physiques, la plupart des manipulations passent par l’écran tactile central de 9 pouces. On a beau naviguer d’un menu à l’autre de la même manière que l’on tourne une page sur une tablette électronique, toutes les commandes ne sont pas intuitives.

Si un téléphone à roulette est le plus récent appareil technologique que vous possédez, il se peut que vous en arrachiez pour simplement changer le poste de la radio ! D’ailleurs, notons que la radio AM ne fait plus partie de l’équipement offert chez Volvo pour la nouvelle année.

Feu vert

  • Ajout d’une version entièrement électrique
  • Habitacle soigné
  • Silhouette différente de la concurrence

Feu rouge

  • Fiabilité incertaine
  • Système d’infodivertissement distrayant

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires