4 acheteurs sur 10 prêts à payer plus cher pour ne pas attendre

Les consommateurs au Canada comme aux États-Unis paient le prix pour les inventaires plus limités de véhicules neufs et d’occasion provoqués par une demande accrue dans la foulée de la pandémie ainsi qu’une pénurie mondiale de semi-conducteurs qui interrompt de nombreuses usines de production.

La majorité sont conscients de la situation et, apparemment, près de la moitié sont prêts à payer plus cher pour ne pas attendre.

Selon une étude réalisée à la fin avril par Kelley Blue Book, quatre acheteurs sur dix accepteraient une hausse de 12% par rapport au prix de détail suggéré par le fabricant (PDSF) pour prendre possession de leur nouveau véhicule rapidement.

Considérant que le prix moyen d’un véhicule neuf au Canada à l’heure actuelle dépasse légèrement les 40 000 $, ça représente un déboursé supplémentaire d’environ 5 000 $.

Presque autant d’acheteurs (37%) sont davantage enclins à repousser l’acquisition à un moment où les choses seront revenues à la normale. Les autres sont indécis.

Par ailleurs, les données indiquent que 87% des gens sont au courant qu’une pénurie de semi-conducteurs frappe l’industrie automobile et 73% s’attendent à voir des prix plus élevés par conséquent. Près du quart (23%) seulement disent envisager de se tourner vers les véhicules usagés.

Selon certains analystes du marché, la pénurie de semi-conducteurs aura des répercussions jusqu’en 2022 et même au-delà, donc attendez-vous à d’autres retards dans les usines. La firme de conseil américaine AlixPartners évalue à 110 milliards $US (133 milliards $ canadiens) les revenus perdus par les constructeurs automobiles, résultat de 3,9 millions de véhicules non fabriqués ou retardés.

En vidéo : Les prix des voitures atteignent un sommet

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ConcessionnairesPénurie de véhicules : les concessionnaires canadiens sont inquiets
Les répercussions de la pandémie de COVID-19 et de la pénurie mondiale de semi-conducteurs sur la production de véhicules neufs se font sentir chez l’ensemble des concessionnaires à travers le pays. Selon un sondage effectué en avril auprès de 535 membres de la Corporation des associations de détaillants d’automobiles (CADA), …
ActualitéPuces électroniques : vers une pénurie de voitures au Québec?
Les puces électroniques sont partout dans notre société en 2021 et donc, par le fait même, elles sont très convoitées. Que ce soit dans un téléviseur, un véhicule et même dans des ampoules LED. Par contre, l’offre ne répond pas à la demande présentement, ce qui entraîne de nombreuses conséquences …
BaladoBalado : une pénurie qui perdure pour les pièces automobiles
Au fil des derniers mois, les commerçants de pièces d’automobiles, comme une panoplie d’autres secteurs d’activité, ont dû se réinventer pour négocier avec les conséquences de la pandémie. Si l’approvisionnement était plus périlleux, la gestion de personnel est également devenue un enjeu important. Notons aussi que l’instauration d’un système de …
Actualité« Votre véhicule usagé vaut plus cher que l’année passée! »
En plus de devoir composer avec une rareté de pièces électroniques, les constructeurs automobiles ont de grandes difficultés à s’approvisionner en pièces de toutes sortes en raison de la pandémie de COVID-19. Résultat: non seulement les délais pour obtenir un véhicule neuf sont plus longs, les prix sont plus élevés, …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires