Toyota Corolla, « Fiablement » vôtre

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2007

Ne cherchez pas ce terme dans le dictionnaire, il n’y est pas ! D’ailleurs, s’il existait, ce serait un adverbe. Pourtant, il décrit à merveille ce qu’est la Corolla et par la même occasion ce qu’elle n’est pas. Succès de vente de tous les temps, voiture familiale par excellence, la Corolla se vend surtout pour sa grande fiabilité. À preuve, les multiples pyramides d’or du CAA qu’elle a cumulées au fil des années.

Mais qui dit CAA, dit généralement ennui en fait d’automobile. Ce club automobile, c’est connu, a tendance à privilégier la fiabilité au-dessus de tout. Et les voitures les plus fiables ne sont pas forcément les plus excitantes sur le marché. Ajoutons au passage qu’il est normal que ce club automobile soit entiché des voitures qui démarrent toujours et qui ne tombent jamais en panne, cela donne du répit à son service routier d’urgence ! Loin de moi l’idée de ridiculiser cette philosophie de la conception automobile alors que le côté pratique, la sécurité et la fiabilité ont préséance. Pour les automobilistes devant respecter un budget serré et qui ne veulent pas être hantés par tous les ennuis d’une voiture à la mécanique fragile, ce genre d’auto est une bénédiction.

Cela signifie que le modèle est évolutif. Ici, pas de refonte spectaculaire, pas de dérogation au stylisme conservateur qui préside à la conception de leur silhouette. Les gens souhaitent une valeur sûre sur le plan de la mécanique et une voiture qui conservera sa valeur de revente en raison d’un stylisme qui se prolonge d’un modèle à l’autre. Il y a deux ans, la Corolla a été l’objet d’une révision mécanique et d’un rafraîchissement esthétique. Mais il fallait avoir l’œil exercé pour voir la différence entre l’ancien et le nouveau. Par contre, ces multiples petites touches et retouches permettraient à cette berline de toujours être dans le coup malgré une concurrence plus vive et plus grande.

Bonne ou mauvaise nouvelle

Avant de passer aux éléments positifs de cette auto, mieux vaut annoncer la mauvaise nouvelle. Si vous rêvez de piloter une Corolla sportive en optant pour la version XRS et son moteur de 170 chevaux, mieux vaut changer d’avis. La raison en est bien simple, ce modèle est abandonné en 2007. Et c’est aussi une bonne nouvelle puisque la XRS était attrayante en théorie seulement. Il suffisait de conduire cette Corolla musclée pour en être terriblement déçu. Il est vrai que sa suspension sport et ses pneus de 16 pouces permettaient de rouler plus rapidement sur un tracé sinueux. De plus, le roulis était moins prononcé en raison d’une suspension abaissée et raffermie. Et il est certain que les  170 chevaux de cette berline donnaient l’occasion de boucler le 0-100 km/h en 7,5 secondes.

Il faut ajouter que le différentiel était doté d’un rapport plus agressif, la boîte manuelle avait six rapports et les éléments de caisse étaient plus sportifs. Bref, on avait fait ses devoirs chez Toyota. À une exception près cependant. Le moteur de 1,8 litre était archi pointu et sa bande de puissance très restreinte. Il fallait toujours que le régime moteur soit supérieur à 4 500 tr/min. Ce qui n’est pas facile à réaliser quand l’embrayage est délicat et le guidage du levier de vitesse imprécis. Bref, une horreur qui a été également éliminée de la famille Matrix d’autant plus que cette version était vendue à fort prix. L’arrivée de la Mazda 3 Speed a peut-être incité la direction de Toyota d’éliminer l’embarrassante XRS avant de se faire « passer au cash » par cette concurrente.

Les choses sérieuses

Somme toute, le seul choix logique est de commander un modèle CE, LE ou Sport livré avec le robuste moteur 1,8 litre de 126 chevaux dont le rendement est correct et dont la fiabilité permet de dormir en paix pendant des années. Et la même remarque s’applique à la boîte automatique à quatre rapports ou la manuelle à cinq vitesses. Ces éléments mécaniques ont été raffinés et fiabilisés au fil des années. Ils sont donc en mesure d’assurer des performances adéquates, de bonnes reprises et une consommation de carburant qui permet à la Corolla de figurer sur la liste des petites voitures économiques.

Il ne faut pas conclure pour autant que les seules qualités de cette Toyota se limitent à sa fiabilité et sa durabilité. La silhouette est sobre sans être rétro tandis que l’habitacle est spacieux à défaut de nous exciter par le design de son tableau de bord. Un peu plus d’originalité ne serait pas de trop. Par contre, la qualité de l’assemblage est impeccable, les sièges confortables et l’insonorisation dans la bonne moyenne. Le comportement routier permet de rouler sans stress en toutes circonstances et le moteur, bien que de petite cylindrée, est en mesure de maintenir des moyennes respectables sans trop consommer de carburant. Le prix à payer est un régime moteur un peu plus élevé que la moyenne. Ce qui ne semble pas affecter pour autant la longévité de la mécanique. Voiture sans faiblesse réelle mais également sans charisme, la Corolla est un choix sensé pour les personnes considérant les qualités de raison dans une automobile et qui sont prêts à se priver d’un peu plus d’agrément de conduite.

feu vert

Comportement routier neutre
Finition impeccable
Bonne valeur de revente
Habitabilité
Moteur durable

feu rouge

Moteur rugueux
Silhouette anonyme
Agrément de conduite mitigé
Roulis en virage

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires