Kia Telluride 2021 : le choix des voyageurs

Points forts
  • Beaucoup d’espace pour les occupants et les bagages
  • Conduite agréable
  • Roulement confortable
Points faibles
  • Consommation importante
  • Visibilité arrière limitée
  • Pas de sièges en tissu (version EX)
Évaluation complète

La recette du Kia Telluride est simple : 5 m de longueur, trois rangées de sièges offrant 7 ou 8 places, environ 300 chevaux sous le capot et une capacité de remorquage atteignant 2 268 kg (5 000 lb).

C’est la recette des utilitaires de taille moyenne, un créneau si important chez nos voisins étatsuniens, qu’ils en ont acheté plus d’un million en 2020. Au Canada, on parle d’un peu moins de 100 000 ventes durant la même période.

Ce créneau réunit une quinzaine de produits rivaux dont les plus populaires chez nous, l’an dernier, ont été le Ford Explorer, le Toyota Highlander et le Volkswagen Atlas, du moins si l’on exclut l’actuel Jeep Grand Cherokee. Car, dans cette catégorie, ce véhicule a décroché la deuxième place au palmarès des ventes, même s’il ne possède pas de troisième rangée de sièges. Pas encore, mais au printemps, cette situation changera avec l’arrivée du nouveau Grand Cherokee L.

L’activité commerciale intense liée à cette catégorie explique l’apparition du Kia Telluride. Jumeau du Hyundai Palisade, dont il partage la plate-forme et la motorisation, cet utilitaire a une silhouette ravissante qui lui donne une personnalité propre. Assemblé à l’usine Kia de West Point, en Géorgie, il a un châssis monocoque très rigide et un V6 de 3,8 L qui produit 291 ch et 262 lb-pi de couple. Un cycle Atkinson, l’injection directe, un dispositif d’arrêt-démarrage au ralenti et une boîte de vitesses automatique à 8 rapports permettent à ce V6 de limiter sa consommation moyenne à 11,3 L/100 km, selon ÉnerGuide (11,4 L dans le cas du véhicule dont nous avons fait l’essai).

Performances étonnantes

Bien qu’il pèse deux tonnes, ce mastodonte s’avère étonnamment performant. Il abat les 100 km/h en un peu plus de 7 secondes et ses reprises soutenues sont instantanées. Qui plus est, tout cela s’accomplit avec la souplesse exemplaire de sa boîte automatique; une boîte que l’on peut exploiter plus finement grâce au mode manuel (commandé uniquement par le levier de vitesses, sur la console). À cela s’ajoute un freinage puissant adapté à la horde de chevaux logée sous le capot.

Contrairement au Palisade, dont la version d’entrée de gamme vient avec seulement deux roues motrices (avant), toutes les versions du Telluride ont une transmission intégrale. C’est un choix logique de la part du constructeur, compte tenu du petit nombre de Telluride vendus au pays annuellement (un peu plus de 2 000 en 2020). Mais le conducteur n’aura pas à s’en plaindre, puisque ce système rend le véhicule plus pratique et plus efficace dans la neige, sous la pluie, sur un chemin de terre, etc.

Photo: Frédéric Mercier

Le calibrage judicieux de la suspension indépendante donne à ce véhicule un roulement doux, qui masque efficacement l’état de notre réseau routier. On apprécie également l’insonorisation très réussie dont on bénéficie dans l’immense habitacle. Après tout, cet utilitaire n’arbore pas un nom prestigieux comme Mercedes-Benz, Lexus ou Cadillac!

Le Telluride dispose d’un système de gestion de la motorisation offrant cinq modes : Smart, Eco, Sport, Confort et Snow (ou tout-terrain), ce dernier se subdivisant en trois sous-modes pour la neige, la boue et le sable. Ce système permet de mieux adapter le véhicule à diverses conditions d’utilisation en modifiant le paramétrage du moteur, de la boîte de vitesses et de la servodirection, mais aussi de la suspension arrière autonivelante réservée aux deux versions haut de gamme : la SX Limited et la nouvelle SX Limited Nocturne qui est intégralement noire (Nightsky au Canada anglais et Nightfall aux États-Unis).

Photo: Kia

Dotation attrayante

À ces deux Telluride richement équipés s’ajoutent la version EX d’entrée de gamme et la SX, un cran plus haut. Cela dit, il faut admettre que Kia n’a pas lésiné sur la dotation de série, qui se révèle satisfaisante. Elle comprend des sièges avant chauffants, un volant gainé de cuir inclinable, télescopique et chauffant, un siège à commande électrique à huit positions pour le conducteur, un climatiseur à trois zones et les systèmes Bluetooth, CarPlay d’Apple et Android Auto. Les versions EX et SX ont des roues en alliage de 18 po, alors que les SX Limited et SX Limited Nocturne sont parées de roues de 20 pouce. Plus seyantes, ces dernières seront toutefois beaucoup plus coûteuses à chausser de pneus d’hiver. Toutes les versions, enfin, ont des sièges habillés de cuir : du synthétique pour l’EX, du Nappa souple pour la SX Limited et du cuir ordinaire pour les deux autres.

Au centre d’un tableau de bord à l’allure classique, rehaussé de garnitures métalliques et de similibois, trône un écran tactile plus large qu’à l’accoutumée. Cet écran de 10,25 po s’intègre parfaitement à l’ensemble, sans s’imposer. Dans les trois versions SX, on trouve aussi un second écran, de 7 po, logé entre les deux cadrans logés derrière le volant. En plus d’afficher diverses informations utiles, on peut y voir, lorsque l’on enclenche un clignotant pour signaler un dépassement, les images de l’angle mort captées en temps réel par un système de caméras à 360 degrés. Pour la version EX, on doit se contenter d’un petit clignotant dans le miroir des rétroviseurs latéraux, mais, au moins, le conducteur de cette version de base a un système de détection d’obstacles dans les angles. Il dispose, par ailleurs, de l’essentiel des autres systèmes de sécurité et d’aide à la conduite offerts pour les autres Telluride.

Photo: Kia

Du coffre à revendre

L’intérieur des versions EX et SX a deux banquettes à dossiers 60/40 au centre et à l’arrière, d’où les huit places. Dans les SX Limited et SX Limited Nocturne, par contre, la banquette centrale est remplacée par deux sièges baquets. Mais, quelle que soit la version, on a le même coffre gargantuesque. Fort de ses 2 455 L, son volume utile s’apparente à celui d’un Chevrolet Tahoe (2 682 L). De plus, lorsque tous les sièges sont occupés, on a presque deux fois plus de volume utile que dans le coffre d’un Sorento 2021 (601 L contre 357), un véhicule qui n’est pourtant pas si petit.

Certains acheteurs pourraient d’ailleurs penser que le Sorento est un substitut du Telluride. Pour certains peut-être. Mais les chiffres parlent d’eux-mêmes. Le Sorento est plus court (4,8 m), le volume utile de son coffre plafonne à 2 139 L et sa capacité de remorquage à 1 588 kg (3 500 lb). De plus, les occupants des places centrales et arrière ont moins de dégagement au niveau des jambes et des hanches. En somme, le Telluride demeure le champion du confort et de la polyvalence!

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ActualitéLe Kia Telluride s’habille tout en noir pour 2021
Pour 2021, Kia propose une Édition Nocturne de son véhicule utilitaire sport intermédiaire à trois rangées, le Telluride . Cette version plus luxueuse de la gamme coûte seulement 1 000 $ de plus que le modèle SXL. Elle s’inscrit dans le courant de mode actuel, soit celui de noircir chacune …
guideauto.tvCombien coûte… le Kia Telluride 2020?
Le Kia Telluride a peut-être des origines coréennes, mais ne vous méprenez pas. Il s’agit d’un véhicule pensé et conçu pour les nord-américains. Fabriqué aux États-Unis, ce VUS est le plus gros véhicule jamais construit par Kia. Il est animé par un moteur V6 de 3,8 litres lui permettant une …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires