Land Rover Defender 2021 : sauver l'année 2020

Points forts
  • Look réussi
  • Moteur 6 cylindres performant
  • Capacités hors route de pointe
  • Confortable et civilisé sur l'asphalte
Points faibles
  • Dispendieux
  • Fiabilité à prouver
  • On peut se perdre avec tous les réglages
  • Pneus décevants sur presque toutes les versions
Évaluation complète

L’année 2020 s’annonçait superbe!

Dans l’industrie automobile, de nombreuses nouveautés devaient arriver sur le marché au cours des derniers mois, et parmi celles-ci, il y avait évidemment le Land Rover Defender.

C’était le retour tant attendu de cette icone britannique, qui devait venir passer un bon coup de plumeau dans le segment des VUS hors route, qui, avouons-le, offrent une conduite plutôt archaïque.

En avril, je devais d’ailleurs me rendre au lancement du véhicule, en Angleterre. Trois jours dans la campagne anglaise, à le mettre à l’épreuve dans la boue et dans les champs verdoyants. Ça, c’était avant la COVID-19, qui allait évidemment forcer l’annulation de ce périple.

Cela dit, malgré tout ce qui s’est passé, malgré les fermetures, les confinements, les compromis à faire, nous sommes toujours là, et le Defender a réussi à se frayer un chemin jusqu’ici, par une belle journée de décembre.

Dès le premier regard, un produit qui impressionne

À bien des égards, le Land Rover Defender impressionne. D’abord, il est beaucoup plus gros qu’il en a l’air. Ses formes carrées sont un peu plus adoucies que celles de son prédécesseur, sans pour autant lui enlever l’aura de robustesse qui vient avec son nom.

Puis, on entre dans l’habitacle, où c’est encore plus convaincant. Le Defender offre ce que l’on pourrait appeler une présentation « militaire chic ». Tout - en passant par les panneaux de portes, la disposition des instruments, les nombreux écrans, le plastique épais et texturé du coffre, la surface des sièges, etc. - donne l’impression d’un produit unique.

Le Defender est disponible en deux versions, soit 2 portes ou 4 portes, baptisées respectivement 90 ou 110. Puis, s’ajoutent de nombreux groupes d’options, allant de la version de base avec un quatre cylindres turbocompressé de 2 litres de 296 chevaux, jusqu’à la version X, conçue pour les sentiers les plus difficiles, gros pneus et technologies hors route additionnelles inclus!

Notre modèle d’essai était un modèle haut de gamme à quatre portes, muni de toutes les technologies de sécurité que l’on peut imaginer et de quelques accessoires, comme une boîte extérieure étanche et un tuba qui permet une entrée d’air au moteur même quand s’aventure dans l’eau.

Photo: Marc-André Gauthier

Sous le capot, on y retrouve un moteur 6 cylindres en ligne à la fois suralimenté et turbocompressé, bon pour 395 chevaux et 406 livres-pied de couple. Combiné à une boîte automatique dernier cri, ce moteur réalise le 0-100 km/h en moins de 7 secondes. Land Rover annonce 6,1 secondes, mais gardez en tête qu’il s’agit vraiment d’un temps que l’on peut obtenir lorsque les conditions sont idéales!

Même s’il n’a pas toutes les technologies hors route de la version X, notre modèle d’essai était tout de même équipé des différentiels intelligents à l’avant et à l’arrière, et d’une suspension pneumatique ajustable.

Alors, ça dit quoi ?

Photo: Marc-André Gauthier

L’année est sauvée!

Le Defender vient, en quelque sorte, sauver l’année 2020! Du moins, en ce qui concerne l’automobile.

Il prouve qu’il est possible de moderniser un classique inchangé depuis des dizaines d’années,et ce sans décevoir tout le monde. Ce VUS est une réussite sur toute la ligne!

Aussitôt sorti des sentiers, même avec des pneus quatre saisons plutôt ordinaires, on sent le véhicule travailler avec intelligence lorsque l’adhérence est aléatoire. On peut, via le système d’infodivertissement, choisir un type de terrain, et le VUS adapte la conduite en fonction de notre choix.

Photo: Marc-André Gauthier

Tout travaille comme par magie, au point où on perd un peu la sensation de faire du hors route. On ne sent pas la mécanique travailler tant les ordinateurs sont compétents. Mais on peut faire des réglages soi-même pour une expérience plus traditionnelle. 

Et qu’en est-il sur la route? A-t-on l’impression de conduire une brouette ornée d’un peu de cuir comme les Jeep Wrangler et Toyota 4Runner? Pas du tout!

Quand on roule sur du pavé, on est dans un véhicule raffiné, confortable, performant, qui peut facilement passer pour un Range Rover au chapitre de la conduite. C’est franchement épatant ce que sont arrivés à faire les ingénieurs de la marque anglaise.

Photo: Marc-André Gauthier

Le Defender est un excellent véhicule, que l’on peut aisément recommander à ceux qui veulent un VUS de luxe, même à ceux qui ne veulent pas nécessairement faire du hors route, tant il est confortable au quotidien.

 S’il y a donc une chose positive à retenir de l’année 2020, c’est que le Land Rover Defender est de retour sur nos routes, et c’est toute une réussite! Reste à voir si sa fiabilité sera meilleure que ce à quoi Land Rover nous a habitués…

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisLand Rover Defender : était-ce vraiment mieux avant?
Land Rover Defender 110 2021: défendre son héritage La disparition du Land Rover Defender en sol nord-américain à la fin des années 90 est attribuable à plusieurs facteurs. Son manque critique de sacs gonflables, entre autres problématiques au chapitre de la sécurité, était l’un des éléments à l’origine de la …
EssaisExclusif Land Rover Defender : le roi de la montagne est de retour
Le mythique Land Rover Defender est de retour sur la scène automobile. Et contrairement à l’ancienne génération, on y a finalement droit au Canada! Si vous ne connaissez pas le Defender, sachez qu’il représente ni plus ni moins l’âme de la marque britannique. En fait, il n’y aurait pas de …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires