Jeep Commander, toujours au poste…

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2010

En pleine restructuration, comme GM, le constructeur Chrysler a pris la sage décision de se débarrasser d’un grand nombre de modèles, devenus de véritables boulets financiers. Toutefois, contrairement à GM qui a choisi de délaisser complètement pour 2010 le marché de la fourgonnette et du VUS intermédiaire, Chrysler persiste. En fait, on a éliminé cette année les modèles Durango et Aspen de la gamme, mais on conserve curieusement le moins populaire des Jeep, soit le Commander.

Ainsi, le Commander garde non seulement le titre du plus gros VUS de la gamme Jeep, mais s’accapare aussi celui du plus gros VUS du constructeur. Certes, il est bien loin de se mesurer aux Yukon et Expedition offerts chez la concurrence américaine, mais il demeure un tantinet plus gros et plus spacieux que le Grand Cherokee, appelé à être prochainement renouvelé.

Franchement, je m’interroge encore sur la décision de Chrysler de conserver ce modèle en production. Non seulement le Commander remplit difficilement sa mission qui consiste à rejoindre des acheteurs souhaitant bénéficier de trois rangées de sièges, mais il frise le fiasco commercial tant ses ventes sont marginales. Ajoutez à cela le fait qu’il soit antiécologique, et vous réalisez qu’il s’agit d’un véhicule franchement problématique pour un constructeur qui tente plus que jamais de prouver sa pertinence.

Parfaitement imparfait

Même si le Commander n’a jamais connu le succès escompté et même si on peut le critiquer à plusieurs égards, il est tout de même loin d’être désagréable. Bien sûr, il faut apprécier son style très américain, qui n’est pas sans rappeler celui du légendaire Grand Wagoneer. Et il faut aussi prendre conscience que seuls de très jeunes enfants peuvent utiliser la banquette de troisième rangée qui, lorsqu’en place, réduit au minimum l’espace cargo. Bref, ne changez pas votre Grand Caravan pour le Commander, si votre priorité demeure l’habitabilité.

Cela dit, avec deux ou trois enfants, ce véhicule est plus qu’adéquat. Et il serait mensonger d’affirmer que l’espace, sauf derrière, est restreint. En fait, les places avant sont non seulement spacieuses, mais proposent un confort et une position uniques qui plaisent à coup sûr. La cabine très angulaire et le pare-brise peu incliné procurent en effet une impression d’espace optimisé qui, du coup, se veut rassurante. Au centre, la banquette est un peu moins confortable, mais elle demeure convenable pour trois, surtout en considérant l’espace offert.

La présentation intérieure se marie à merveille avec les lignes du véhicule. La planche de bord angulaire, les nombreux appliqués de chrome et de similibois ainsi que le long éventail de porte-verres et de rangements font de ce Jeep un véhicule sans complexe, qui n’a pas son pareil. Ce n’est certes pas le moyen de transport le plus tendance et le plus dernier cri en matière de gadgets et d’équipements, mais il offre néanmoins une très longue liste d’accessoires, tous appréciables.

L’HEMI l’emporte!

Toujours au poste ne signifie pas pour autant que le Commander nous revient avec une gamme aussi élaborée. En fait, Chrysler a choisi de réduire le choix des modèles offerts, en ne proposant désormais qu’une seule mécanique. Fini le V6 et adieu le V8 de 4,7 litres qu’on avait pourtant optimisé. Pour 2010, il ne reste que le plus puissant et gourmand des moteurs, soit l’infatigable V8 HEMI de 5,7 litres, fort de ses 357 chevaux.

Et franchement, même si cette mécanique va à l’encontre du tournant vert que prennent les constructeurs, force est d’admettre qu’il s’agit de la mieux appropriée au véhicule et à la clientèle visée. Très puissant, le V8 HEMI fait du Commander un véhicule plus agréable à conduire. Il se marie à merveille avec la boîte automatique et compose également très bien avec le système Quadra-Drive II, à commande électronique. Il permet aussi d’offrir une excellente capacité de remorquage, d’ailleurs supérieure à celle de ses rivaux.

Le Commander est un véhicule confortable et étonnamment agréable à conduire. Sa direction manque de précision, le train arrière sautille par moments et il est clair que la faible inclinaison du pare-brise augmente la présence de bruits éoliens. Sauf que tous ces éléments font curieusement partie de son charme et constituent son caractère de vrai camion. Il faut dire que le Commander demeure un véhicule maniable et moins imposant qu’il ne le semble, ce qui rend sa conduite plus intéressante.

En fait, il n’en tient qu’à vous de savoir si ce véhicule initialement raté, mais tout de même très agréable, vous plaît et convient à vos besoins. Si vous répondez par l’affirmative, sachez que le prix de détail est passablement élevé et que sa dépréciation est très forte. Un modèle d’occasion récent ou un démonstrateur serait peut-être la solution, à moins que votre concessionnaire vous offre un rabais en or…Mais il faut toujours se souvenir que les rabais qui vous sont offerts lors de la vente parce que le modèle est peu en demande seront déduits d’autant lorsque viendra le temps de revendre votre aubaine. Pour réaliser une aubaine sur un véhicule de prix soldé, il faut le conserver jusqu’à ce qu’il rende l’âme.

Feu vert

Style unique
Moteur HEMI très puissant
Maniabilité étonnante
Bonnes capacités hors route et de remorquage
Habitacle invitant (sauf derrière)

Feu rouge

Banquette arrière quasi inutilisable
Consommation gargantuesque
Dépréciation affolante
Instabilité du train arrière
Écologiquement désastreux

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires