Infiniti FX, le VUS athlétique

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2010

Il y a de ces véhicules qui innovent et qui semblent marquer leur segment. Dans le cas du FX, le constructeur Infiniti a littéralement lancé une toute nouvelle mode, plusieurs années avant son temps. À une époque où les VUS s'apparentaient à des boîtes carrées ou à des familiales hautes sur pattes, Infiniti est arrivé en 2003 avec un type de véhicule innovateur, les VUS sportifs. Il aura fallu plusieurs années avant que la concurrence réplique, et aujourd'hui, plusieurs de ces modèles trouvent rapidement preneur.

C'est le cas notamment du BMW X6, modèle qui, tout comme le FX, met l'emphase sur les performances et le style, plutôt que sur les capacités hors route et les fonctionnalités. Alors que 2009 nous aura apporté une seconde génération du VUS, la gamme FX propose très peu de changements pour 2010, si ce n'est qu'une légère révision des options.

Puissant ou surpuissant ?

Le FX conserve donc ses attributs d'origines. Bien entendu, il ne présente pas que des lignes sportives, et se comporte également telle une berline sport. Le tout débute par une plate-forme ultra rigide alors que sous le capot, loge dans le cas du FX50 un puissant V8 de 5,0 litres développant 390 chevaux. Voilà qui permet au bolide de franchir le 0-100 km/h en environ 6,0 secondes, chose peu commune pour un VUS. En fait, seuls quelques concurrents incluant le Porsche Cayenne peuvent se vanter de chiffres aussi éloquents. Parlant de chiffres, il faudra composer avec une consommation toute aussi impressionnante, même si ce V8 affiche une diminution à ce chapitre par rapport à celui de l'ancienne génération...

Pour ceux qui soudainement croient que la modération a bon goût, le FX35 propose de son côté un peu plus de retenue avec son moteur V6 de 303 chevaux, pour un couple de 262 lb-pi. Jumelé à une boîte automatique à sept rapports, la seule qui existe, ce moteur adopte un comportement plus qu'acceptable. Chose étonnante, on se serait attendu à l'arrivée du V6 de 3,7 litres, puisque celui-ci équipe le FX en Europe. Ce n'est probablement que partie remise, le temps que le constructeur écoule ses moteurs de 3,5 litres. Il faut avouer que ce nouveau V6 pourrait apporter une toute nouvelle dimension au véhicule.

Certes le FX35 n'a pas la prestance de son grand frère à moteur V8, ce dernier devant se contenter de roues de 18 pouces, alors que le FX50 est juché sur des jantes de 21 pouces, rien de moins. Du reste, le FX dégage une certaine sportivité et rares sont les VUS qui font tourner les têtes, mais le FX réussit cet exploit, grâce entre autres à ses lignes audacieuses, imitant les roadsters classiques. Ce trait de caractère est apporté par son long capot et son habitacle reculé. Pour reprendre l'expression, on a l'impression d'être assis sur l'essieu arrière. Ajoutez une ligne de toit plongeante et des prises d'air latérales et vous n’obtenez rien de moins qu'un véhicule prêt à bondir. En fait, le constructeur nous présente le FX tel un guépard.

Quelques sacrifices

Malheureusement, le style et les attributs du FX apportent quelques compromis, principalement à l'intérieur. La ligne du toit basse diminue les dégagements, surtout à l'arrière, alors que les zones vitrées réduites et la ceinture de caisse élevée amenuisent la visibilité, créant un effet étouffant. Du reste, on remarque rapidement l'affiliation avec les autres modèles du constructeur, spécialement en ce qui concerne la partie centrale du tableau de bord. La disposition des commandes — comme un clavier de piano — a été introduite dans la dernière génération de véhicules M et fait maintenant partie de pratiquement tous les modèles du constructeur.

Bien entendu, le FX peut être littéralement bourré de gadgets. Outre les accessoires traditionnels tels des sièges chauffants, un climatiseur bizone et un système de navigation, vous aurez un système d'avertissement de collision, un système d'avertissement de changement de voie, et autres. En fait, c'est probablement trop. On a l'impression d'être au volant d'une navette ! C’est simple, chaque fois que l'on monte à bord, on passe quelques minutes à désactiver tout ce qui nous tombe sur les nerfs : bips, témoins lumineux, etc.

La conduite du FX s'apparente beaucoup plus à celle d'une berline qu’à celle d'un VUS. On aime sa direction précise, sa suspension ferme, un peu trop pour certains, ainsi que la puissance de son duo de moteurs. Son rouage intégral, de série au Canada, lui procure un bon aplomb en toute condition et le rend très pratique en hiver. Il faudra cependant vous attendre à une facture salée lorsque viendra le temps de l'équiper de pneus d'hiver, surtout dans le cas du FX50.

Pour ceux qui apprécient le mariage entre une voiture sport et un VUS, tout en ne laissant pas de côté le style, voilà un VUS qui mérite d'être considéré. Néanmoins, tout ça n’est pas gratuit…

Feu vert

Lignes sportives
Bon choix de moteurs
Comportement dynamique
Finition sans failles

Feu rouge

Consommation élevée
Visibilité réduite
Trop de technologie

Partager sur Facebook
Commentaires