Volkswagen Tiguan 2020 : moins trippant mais plus populaire

Points forts
  • Habitacle et coffre spacieux
  • Belle qualité de construction et de finition
  • Roulement confortable
  • Troisième banquette optionnelle
Points faibles
  • Moteur bruyant et rugueux
  • Fonctionnement saccadé de la transmission
  • Conduite insipide
Évaluation complète

Avec le Tiguan, Volkswagen a opéré un changement de taille, c’est le cas de le dire.

Au lieu d’un véhicule très compact le faisant ressembler à une grosse Golf, le modèle actuel est devenu un VUS plus imposant. L’objectif ? Délaisser le format précédent pour mieux s’adapter au marché américain. Ce qui laisse aussi de la place pour le futur Taos, qui fera son arrivée prochainement.

Pour un comptable, c’est une réussite : les ventes se portent à merveille, et il ne s’est jamais autant écoulé de Tiguan chez nous. L’année passée, on dénombre un peu plus de 6 000 véhicules immatriculés au Québec et un peu moins de 20 000 au Canada.

Photo: Julien Amado

Plus grand et plus logeable

Plus long, plus large et ayant un empattement sensiblement allongé (19 centimètres!), le Tiguan actuel est nettement plus logeable que le précédent. Cela se voit à l’avant où le dégagement pour la tête et les jambes est très bon, ainsi qu’à l’arrière. L’espace pour la tête est plus mesuré qu’à l’avant, mais demeure adéquat pour les jambes.

Le volume du coffre s’élève à 1 065 litres, ce qui en fait un des modèles les plus logeables de la catégorie comme le Toyota RAV4 ou le Honda CR-V. Une fois la banquette arrière rabattue, l’espace disponible monte à 2 081 litres. Le format carré est pratique, et il est même possible de ranger le cache-bagages dans un espace dédié (voir galerie photo).

C’est suffisamment rare pour être souligné : le Tiguan propose une troisième banquette optionnelle (760 $). Notre modèle d’essai en était d’ailleurs équipé. Un ajout intéressant si vous avez besoin de places supplémentaires à l’occasion. Mais n’oubliez pas que l’espace est très restreint dans cette configuration, laquelle doit être réservée à de petits trajets. Le volume du coffre se réduit beaucoup lorsque la dernière rangée est utilisée. Donc pour conduire vos enfants et leurs amis à leur entraînement de hockey, le Tiguan risque d’être trop petit…

Photo: Julien Amado

Comme toujours chez Volkswagen, la qualité de construction est bonne. Tout est à sa place et on sent que la fabrication a été réalisée avec sérieux. Les matériaux employés sont également à la hauteur, notre modèle d’essai ajoutant une petite originalité avec les sièges assortis à la couleur extérieure.

Le système multimédia fonctionne globalement bien et la définition de l’écran est bonne. L’ergonomie - fidèle aux autres véhicules Volkswagen - demeure soignée, avec des commandes bien placées.

Photo: Julien Amado

Transmission boiteuse et moteur rugueux

Maintenant que l’on a lancé des fleurs au Tiguan, place aux tomates! Et ça débute dès le démarrage du moteur. À froid, ses claquements désagréables feraient presque penser à un diesel. C’est un peu mieux une fois chaud au ralenti, néanmoins les claquements se poursuivent en roulant, et ce, peu importe la température du moteur.

En plus de ce bruit franchement désagréable s’ajoutent des performances timides. Alors que le précédent Tiguan libérait 200 chevaux, le moteur 2 litres turbo actuel n’en affiche que 184 sur sa fiche technique. Cela dit, le couple plus important (221 lb-pi contre 207 pour l’ancien modèle) aurait très bien pu améliorer la disponibilité du moteur aux régimes usuels.

Il n’en est rien. Pas vraiment friand des hauts régimes, le moteur s’essouffle rapidement sans jamais avoir fait preuve de brio. Les performances sont suffisantes dans l’absolu, mais manquent d’éclat. Offrir un moteur moins puissant et moins plaisant que le précédent, il fallait le faire!

Pour ne rien arranger, la transmission automatique à huit rapports passe son temps à hésiter au moment de changer de rapport, exige que l’on accélère presque à fond pour descendre des rapports convenablement et vous gratifie d’à-coups désagréables, en particulier à basse vitesse.

Et lorsque le système d’arrêt-démarrage est activé, les coups donnés par la boîte de vitesses empirent! Si vous roulez très souvent en ville ou dans la congestion, essayez le véhicule avant d’arrêter votre choix, c’est vraiment agaçant.

Photo: Julien Amado

Durant notre semaine d’essai, la consommation affichée au tableau de bord s’élevait à 9,1 L/100 km. Après avoir calculé la quantité de carburant réellement consommée, nous avons noté 9,8 L/100 km. Une valeur qui se situe dans la moyenne haute de la catégorie.

Du côté de la tenue de route, oubliez le plaisir d’une conduite « à l’européenne ». Le Tiguan vous emmènera du point A au point B sans difficulté, sans plus. La direction n’est pas imprécise, mais sa légèreté est déroutante pour un produit Volkswagen. En montant dans une Golf juste après cet essai, nous avons pu mesurer l’écart d’agrément qui existe entre les deux véhicules sur ce point.

Un peu pataud au moment de changer de direction, le Tiguan fait honorablement son travail le reste du temps et se distingue surtout par son roulement confortable. Par contre, si vous possédez encore l’ancien modèle et que vous appréciez sa conduite, vous risquez de ne pas y trouver votre compte.

Photo: Julien Amado

Combien ça coûte?

Le Tiguan débute à 31 821 $ en version Trendline, qui est déjà correctement équipée. Cela correspond à des mensualités de 410 $ en location (48 mois) et à 530 $ avec un financement de 60 mois.

Avec des taux avantageux de 1,49% et 0% respectivement, on est très loin des taux pratiqués par Toyota sur le RAV4 qui s’élèvent à 4,99 en location et 3,99% au financement!

Notre modèle d’essai, un Tiguan IQ.Drive, intègre des éléments recherchés par les acheteurs comme le toit ouvrant panoramique, mais aussi des équipements de sécurité active, ainsi que la troisième banquette évoquée plus haut. Au cumul, on arrive à un total de 37 721 $, ce qui correspond à 500 $ en location (48 mois) et 660 $ au financement (60 mois).

Photo: Julien Amado

Grâce à des taux intéressants, son prix de revient se rapproche de ses concurrents les plus sérieux, comme la Subaru Forester, qui réclame des mensualités similaires.

Finalement, le principal problème du Tiguan, c’est qu’il ne se démarque pas dans sa catégorie. Les meilleurs joueurs du marché proposent une conduite plus inspirée, des performances équivalentes ou supérieures, une consommation plus basse et un espace intérieur au moins aussi bon. Le Tiguan sort tout de même du lot grâce à sa troisième banquette disponible en option.

Est-ce suffisant pour faire la différence? Pas vraiment…

En vidéo: notre essai souvenir du Volkswagen Tiguan 2008

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisVolkswagen Passat 2020 : le temps de passer à autre chose
On le sait, les berlines intermédiaires comme la Volkswagen Passat ne sont plus le véhicule de choix pour les familles comme elles l’ont déjà été, ces dernières préférant très majoritairement les VUS de nos jours. Certaines ont été éliminées ou sont en voie de l’être, alors que d’autres s’accrochent en …
Pleins feux surVolkswagen Golf R MK8 : encore plus de puissance
Après avoir dévoilé la nouvelle génération de sa Golf et de sa variante GTI , Volkswagen s’apprête à lever le voile sur la nouvelle Golf R. En attendant le grand dévoilement prévu pour le 4 novembre, Volkswagen a publié une image pour nous donner un petit avant-goût. Le constructeur assure …
EssaisVolkswagen Jetta GLI 2020 VS Volkswagen Jetta GLX VR6 1998
Contrairement à certains de mes collègues, je ne me contente pas de voguer d’une voiture de presse à une autre. Étant un véritable passionné de l’automobile, j’en possède quelques-unes qui sont… tout sauf neuves. La fin de semaine venue, il est franchement rafraîchissant de se balader à leur volant après …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires