Audi A5/S5, de la grande élégance

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2010

Lancée en 2008, la gamme des coupés A5 et S5 s’est enrichie en 2009 d’une paire de cabriolets à toit souple qui viennent compléter l’offre du constructeur allemand dans ce créneau tout en remplaçant l’ancienne A4 Cabriolet qui ne figure plus au catalogue. En fait, dès le lancement des coupés A5 et S5, il était clair que les jours de la version décapotable de l’A4 étaient comptés.

Alors que la plupart des compétiteurs se sont tournés vers un toit rigide rétractable pour leurs cabriolets, Audi a choisi d’ignorer cette tendance en préférant un toit souple traditionnel. Plus rapide d’ouverture et de fermeture, ce dernier ne devait pas trop empiéter sur l’espace de chargement, et surtout ne pas alourdir la voiture.

Ainsi, il est possible d’ouvrir ou de fermer le toit souple en 15 secondes, même lorsque la voiture est en mouvement, pourvu que la vitesse ne dépasse pas les 50 kilomètres/heure. Le volume de chargement compte 340 litres avec le toit retiré, soit environ une centaine de litres de plus que les rivales équipées d’un toit rigide rétractable.

Une motorisation turbo pour la S5 Cabrio

Les amateurs de performances seront peut-être déçus d’apprendre que la version cabriolet de la S5 ne fait pas appel au V8 de 4,2 litres que l’on retrouve sous le capot de la S5 Coupé, mais qu’elle hérite plutôt du V6 de 3,0 litres suralimenté par compresseur qui anime la berline A6. Fort de ses 333 chevaux, ce V6 suralimenté n’est pas à la traîne puisqu’il ne concède qu’une vingtaine de chevaux au V8, mais il ne partage malheureusement pas la sonorité très évocatrice du V8, l’échappement du V6 étant beaucoup plus discret.

Sur les routes de campagne, il est très facile de conduire la S5 Cabriolet de façon sportive, grâce à son châssis très rigide, son rouage intégral de série, la plage de puissance élargie du moteur suralimenté et surtout la superbe boîte à double embrayage qui compte sept rapports.

La voiture semble toujours bien connectée à la route, particulièrement si le système Audi Drive Select est en mode « dynamique », ce qui assure une réponse plus immédiate à l’accélérateur et réduit le temps de passage au rapport supérieur, en plus de raffermir les amortisseurs et la direction, et d’agir sur le différentiel sport proposé en option qui transfère alors plus de couple à la roue arrière extérieure en virage. Avec ces calibrations, la S5 Cabriolet peut devenir très enjouée en conduite sportive tout en adoptant une attitude plus relaxante lorsque conducteur et passagers veulent simplement admirer le paysage.

Côté style, la S5 Cabrio se démarque par l’adoption d’ouvertures plus grandes pour les entrées d’air à l’avant, de même que par ses quatre tuyaux d’échappement, des étriers de frein peints en noir avec logos S5 et des rétroviseurs extérieurs de couleur aluminium. L’A5 Cabrio fait appel au moteur V6 de 3,2 litres et 265 chevaux jumelé à la boîte automatique TipTronic et au rouage intégral Quattro. Comparativement à la S5, la conduite d’une A5 Cabrio est beaucoup plus décontractée, toujours solide et compétente, mais l’A5 n’est vraiment pas aussi à l’aise en conduite sportive.

Les principaux changements pour 2010

La gamme des coupés A5 s’enrichit cette année d’un nouveau modèle animé par le moteur 4 cylindres de 2,0 litres turbocompressé qui provient de l’A4 et qui est jumelé à la boîte manuelle à six vitesses ou à la boîte automatique TipTronic proposée en option. L’A5 Coupé à moteur V6 n’est plus disponible avec la boîte manuelle et n’est offerte qu’avec la TipTronic, alors que le Coupé S5 continue de faire appel au V8 de 4,2 litres.

Par ailleurs, les modèles 2010 reçoivent une version améliorée du système de télématique MMI (Multi Media Interface) avec disque dur, ce qui permet au système de navigation d’afficher une topographie 3D ou encore la perspective « vol d’oiseau ». De plus, les A5 et S5 reçoivent maintenant des feux arrière de type DEL de série.

Il est clair que les amateurs de performances seront tentés par les modèles S5 Coupé et S5 Cabrio qui offrent un potentiel de performance relevé d’un cran par rapport aux modèles A5. Cependant, il faut reconnaître que BMW oppose une concurrence sérieuse avec les coupé et cabriolet M3 qui sont beaucoup plus performants mais qui demeurent de simples propulsions, ce qui vient compliquer leur usage en hiver.

En effet, même avec les progrès de l’électronique, il peut s’avérer problématique de contrôler une cavalerie de 400 chevaux qui n’est liée au bitume que par deux roues arrière. C’est là que Audi se démarque en dotant ses modèles du rouage intégral Quattro, ce qui autorise une conduite stable, peu importe les conditions de climat, et qui permet aux amateurs de performances d’apprécier leur voiture en toutes saisons.

Feu vert

Ligne très élégante
Rouage intégral performant
Performances relevées (S5)
Très bon comportement routier
Qualité d’assemblage

Feu rouge
Consommation élevée (S5)
Visibilité vers l’arrière
Prix élevés
Coût des options

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires