Porsche 718 Spyder 2020 : pour les puristes

Points forts
  • Moteur fabuleux
  • Excellente boîte manuelle
  • Dynamique de pointe
  • Sonorité affirmée
Points faibles
  • Mécanisme du toit peu convivial
  • Prix élevé
  • Tarif des options
  • 410 dollars pour AppleCarPlay. Vraiment?
Évaluation complète

C’est la plus belle de la gamme des 718. Elle est animée par un moteur flat-six atmosphérique de 4,0 litres, et elle dotée exclusivement d’une boîte manuelle à six rapports. Pas de doute possible, la Porsche 718 Spyder a été conçue pour les puristes et les véritables passionnés.

En fait, il est plus juste d’affirmer que les puristes sont bien servis, non pas par une 718, mais bien deux. La Cayman GT4 double l’offre de la marque dans ce créneau des sportives radicales au look plus affirmé.

Sur le plan mécanique, la Spyder et la GT4 sont pratiquement identiques. Seules les calibrations de la suspension active Porsche Active Suspension Management (PASM), font partie de la dotation de série, étant légèrement différentes sur ces deux variantes. L’essai de la 718 Spyder s’est déroulé en deux temps. D’abord sur la fabuleuse Angeles Crest Highway, une route secondaire très connue des motocyclistes et des propriétaires de voitures sport en Californie, et ensuite au Québec, soit deux environnements très différents.

Photo: Porsche Cars North America

Un look d’enfer

La Spyder est, de loin, la plus sexy des 718, avec ses doubles bossages sur le capot arrière. Elle est aussi plus aérodynamique qu’une Boxster conventionnelle, la 718 Spyder étant pourvue d’un diffuseur arrière, ainsi que d’un châssis surbaissé de 30 millimètres. À l’instar de la Boxster, la Spyder est elle aussi dotée d’un aileron mobile qui se déploie dès que la voiture atteint les 120 km/h, ou lorsque le conducteur le soulève à la pression d’un bouton.

Zone rouge à 8000 tours/minute

À première vue, on serait porté à croire que le flat-six atmosphérique de 4,0 litres de la 718 Spyder est une version moins performante du moteur animant la 911 GT3, surtout lorsqu’un vendeur de la marque l’affirme en erreur, mais il n’en est rien. En fait, le moteur de la 718 Spyder est plutôt une version du moteur de la plus récente 911 Carrera, mais dépourvu de turbocompresseurs, et dont la cylindrée a été portée à 4,0 litres. La puissance est de 414 chevaux et le couple est chiffré à 309 livres-pied.

Photo: Porsche Cars North America

Sur les routes montagneuses de la Californie, c’est un réel plaisir d’exploiter ce moteur fabuleux dont la zone rouge est établie à 8000 tours/minute, et dont le couple maximal est livré entre 5000 et 6800 tours.

Cela signifie qu’il faut cravacher ce moteur à six cylindres à plat pour en extraire toute la quintessence, ce qui est particulièrement agréable avec l’exquise boîte manuelle qui équipe la Spyder. La course du levier de vitesse est à la fois courte et précise, la pédale d’embrayage a juste ce qu’il faut de fermeté, et le positionnement du pédalier facilite le talon-pointe.

Pour ceux qui ne maîtrisent pas cette technique élémentaire de la conduite de performance, Porsche a prévu le coup en ajoutant un bouton activant automatiquement un système qui assure la montée en régime du moteur lors du rétrogradage afin d’éviter la compression, mais c’est de la triche. Il vaut mieux vous payer un vrai cours de pilotage pour apprendre et maîtriser cet aspect essentiel de la conduite sportive pour profiter pleinement de la 718 Spyder ou de toute autre sportive à boîte manuelle. Fin de la parenthèse…

Malgré le fait que la 718 Spyder soit animée par un moteur de 4,0 litres, elle n’est pas tout à fait aussi rapide que la Boxster GTS à moteur quatre cylindres turbocompressé de 365 chevaux, jumelé avec la boîte à double-embrayage. Cependant, les sensations ressenties au volant de la Spyder sont beaucoup plus viscérales, surtout lorsque le tachymètre affiche entre 6000 et 8000 tours.

Le charme de la Spyder, c’est beaucoup ça. On regrette toutefois que l’étagement des rapports de la boîte soit aussi long. Comme il est possible d’atteindre 140 km/h en deuxième vitesse, on a l’impression que l’étagement des rapports a été établi en fonction de la conduite sur les autobahns allemandes et, comme la boîte n’offre que six vitesses, il fallait que ceux-ci soient relativement longs. Une boîte avec un étagement plus serré aurait sans doute mieux convenu pour la conduite chez nous où les vitesses sur autoroutes sont moins élevées.

Photo: Porsche Cars North America

Un châssis d’une grande précision

La conduite de la 718 Spyder est presque télépathique dans la mesure où plusieurs éléments de suspension sont empruntés à la 911 GT3 et qu’elle est équipée de série d’un différentiel vectoriel qui permet de faire pivoter facilement la voiture en virages.

Aussi, la 718 Spyder roule sur des jantes en alliage de 20 pouces chaussées de pneus de performance très performants, ce qui ajoute à la dynamique en courbes, et sa direction est un modèle de précision et de ressenti. En bout de ligne, la conduite d’une 718 Spyder est plus typée, plus précise avec un roulement plus ferme que celui d’une Boxster conventionnelle.

Photo: Porsche Cars North America

Pleuvra? Pleuvra pas?

Retirer ou replacer le toit souple d’une Boxster conventionnelle est désarmant de simplicité. Il suffit d’appuyer sur la commande pour déclencher un véritable ballet mécanique, lequel peut se produire même lorsque la voiture est en mouvement, pourvu que la vitesse ne dépasse pas les 50 km/h.

C’est tout le contraire de la 718 Spyder, qui exige que la voiture soit à l’arrêt, et que le conducteur quitte l’habitacle pour faire toute une série de manipulations. Vous l’avez compris, c’est nettement moins convivial et, lorsque la météo est incertaine, on hésite parfois à retirer le toit de peur d’être surpris par une averse aussi soudaine qu’intense. Aussi, lorsqu’on se retrouve dans un bouchon à côté d’un poids lourd dans le tunnel Louis-Hyppolite-Lafontaine, il est facile de s’isoler du bruit et de la pollution en commandant la fermeture du toit d’une Boxster. Au volant de la 718 Spyder découverte, il faut prendre son mal en patience…

Avec un prix de départ de 110 500 $, la 718 Spyder fait payer cher son look de star et, comme avec toutes les Porsche, la très longue liste d’options a tôt fait de soulager votre portefeuille d’une coquette somme additionnelle. À titre d’exemple, la facture de notre modèle d’essai était de 131 235 $. Cela comprend des frais de 410 $ juste pour avoir la connectivité Apple CarPlay, ce qui nous semble d’un ridicule consommé quand on pense que cette connectivité est offerte sans frais par des marques généralistes comme Hyundai. Pas fort…

Plus affûtée, plus volontaire et plus sonore, la 718 Spyder aimante les regards partout où elle roule et procure des sensations plus viscérales qu’une simple Boxster. Il faut cependant composer avec un mécanisme d’ouverture et de fermeture du toit qui n’a rien de convivial. C’est le prix à payer pour une expérience de conduite hors du commun à toit découvert…

En vidéo: sur la route avec la Porsche Taycan 4S 2020

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Premiers contactsPorsche 718 Spyder et Cayman GT4 2020 : les joueurs étoiles
KNOCK HILL, Écosse – Pour tout dire, il n'y a pas de meilleures voitures sport, dollar pour dollar et catégorie pour catégorie, que la décapotable Boxster et le coupé Cayman à moteur central de Porsche. Point final. En tenue de route, surtout, ces deux-là sont les références incontestées depuis l’apparition …
ActualitéPorsche fracasse un record sur le Nürburgring
Quelques semaines avant le dévoilement de sa nouvelle Panamera , Porsche fracasse avec elle un record au Nürburgring Nordschleife. En effet, la prestigieuse berline a enregistré un chrono de 7:29:81 minutes sur le circuit qui s’étire sur une distance de 20,832 kilomètres le 24 juillet dernier. Lars Kem, pilote d’essai …
Nouveaux modèlesLa nouvelle Porsche Panamera 2021 lève encore la barre
Deux semaines après avoir battu un record sur le circuit du Nürburgring en Allemagne, la nouvelle Porsche Panamera 2021 se dévoile officiellement dans toute sa splendeur. Tant les amateurs de performance que les conducteurs plus écolos y trouveront leur compte. Voici pourquoi… Place à la Turbo S! En remaniant en …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires