Hyundai Nexo : les coûts démesurés de l’hydrogène

Points forts
  • Grande autonomie
  • Bon confort de roulement
  • Un véhicule électrique spacieux et polyvalent
Points faibles
  • Infrastructure de remplissage quasi inexistante
  • Prix très élevé du véhicule et de l’hydrogène
  • VUS à traction seulement
Évaluation complète

L’hydrogène a-t-il réellement un avenir dans l’automobile? Certains constructeurs le pensent encore. Hyundai, par exemple, souhaite produire annuellement 500 000 véhicules avec pile à combustible à partir de 2030 – des voitures de tourisme, mais surtout des camions lourds destinés au transport de marchandises sur de longues distances.

La première génération de sa technologie à l’hydrogène alimentait le Tucson FCEV qui était offert en location dans certaines provinces canadiennes et certains États américains au milieu de la dernière décennie. La seconde se retrouve dans le Hyundai Nexo, que nous avons eu la chance d’essayer récemment.

« Chance » est le bon mot car, comme vous pouvez vous en rendre compte, ce véhicule est à peu près inexistant sur nos routes. Disons que le Nexo est à l’automobile ce que la licorne est au règne animal : une créature fantaisiste à laquelle beaucoup de gens veulent croire, mais qui n’a pas sa place dans notre monde. 

Dans les faits, neuf exemplaires ont été loués (l’achat n’est pas possible) au Canada en 2019 et quatre dans la première moitié de 2020. Pas plus. Et c’est grâce aux gouvernements qui osent explorer l’avenue des piles à combustible, le public n’étant pas prêt à s’embarquer dans une telle aventure.

En passant, 70 unités de la Toyota Mirai ont trouvé preneurs au pays l’an dernier (dont 50 au sein du gouvernement du Québec), mais seulement cinq dans les six premiers mois de 2020.

Nos journalistes Antoine Joubert et Germain Goyer ont discuté en long et en large de l’hydrogène lors d’une récente émission du Guide de l’auto sur QUB Radio en compagnie de Daniel Breton, PDG de Mobilité électrique Canada , et nous vous invitons fortement à écouter l’extrait :

Dans cet article, notre objectif est simplement de vous donner l’heure juste et des chiffres concrets pour un véhicule comme le Nexo en comparaison avec un équivalent à essence ou à batterie.

Notre essai s’est déroulé dans la région de Québec, où a été construite la première – et encore la seule – station publique de ravitaillement en hydrogène dans la province, soit sur le boulevard Wilfrid-Hamel (au coût de 5,2 millions $, rien de moins!). Ironiquement, même en nous trouvant sur place, l’écran central du véhicule affichait toujours « Aucune station d’hydrogène n’a été trouvée à portée ». Ça dit tout sur l’état de l’infrastructure!

Photo: Guillaume Rivard

Nexo vs Tucson vs Kona électrique

Le Hyundai Nexo est un VUS compact, mais dans un format un peu différent du Tucson actuel. Le coffre du premier s’agrandit de 838 à 1 600 litres en repliant la banquette arrière, alors que celui du second varie de 878 à 1 753 litres. Le reste de l’habitacle est assez spacieux.

Oubliez les quatre roues motrices, cependant. Malgré son statut de « véhicule utilitaire », le Nexo se contente d’un rouage à traction, à l’instar d’ailleurs du Kona électrique. Il libère une puissance de 120 kilowatts (161 chevaux) et un couple de 291 livres-pied, accélérant de 0 à 100 km/h en 9,2 secondes. Ça peut sembler intéressant sur papier, et en vérité la conduite est dynamique, toutefois sachez que le petit Kona à batterie, plus léger et plus puissant (150 kilowatts ou 201 chevaux avec un couple équivalent au Nexo), complète le même sprint en 7,6 secondes et procure de meilleures sensations.

Au niveau de l’autonomie, le Nexo permet de franchir officiellement 570 kilomètres. Après avoir rempli son réservoir à 98%, l’ordinateur nous donnait un estimation de 586 kilomètres. C’est beaucoup plus que les 415 kilomètres du Kona électrique, surtout en hiver car il n’a pas de grosse batterie qui perd de sa capacité à cause du froid. D’un autre côté, le plus frugal des Tucson peut rouler jusqu’à 680 kilomètres avec un plein d’essence.

Photo: Guillaume Rivard

Le plein, svp

Justement, parlons-en de faire le plein. Comme avec un VUS conventionnel, ravitailler le Hyundai Nexo ne prend que quelques minutes (pour le Kona électrique, il est possible de le recharger à 80% de sa batterie en 55 minutes via une borne rapide de 100 kilowatts). Dans notre cas, le réservoir de 156 litres était vide à 60% au terme de la semaine et il a fallu patienter quatre minutes. Le processus à la pompe est assez simple. Seul défaut : le fusil peut rester gelé sur le véhicule en raison de l’hydrogène pressurisé. Ça ne nous est pas arrivé en ce beau lundi de septembre, mais imaginez à -30 degrés en février!

Photo: Guillaume Rivard

Et combien ça coûte, l’hydrogène? Pas moins de 18,60 $/kg. Le Nexo que nous avons testé a consommé en moyenne 1,1 kg/100 km, autrement dit 20,50 $/100 km. Ouch! s’est écrié notre portefeuille. Pour la même distance avec un Tucson, on ne doit dépenser que la moitié environ (à 1,10 $/L d’essence). Avec le Kona électrique, c’est à peine plus de 2 $.

Dernier point : le prix du véhicule. Le Hyundai Nexo est disponible au Canada en une seule version tout équipée valant, tenez-vous bien, 73 000 $. Oui, les commodités sont nombreuses et sophistiquées, la finition intérieure est belle (hormis l’inélégant pavé de boutons sur la console) et le confort de roulement est digne des VUS de luxe, mais ces derniers n’ont quand même rien à lui envier.

Ajoutons que le Tucson 2021 est presque trois fois moins cher (à partir de 26 099 $) et que le Kona électrique 2021 revient à 31 999 $ une fois les incitatifs gouvernementaux appliqués. On comprend vite en montant à bord du Nexo que sa technologie complexe est ce qui gonfle dramatiquement son coût.

Photo: Guillaume Rivard

Verdict

En somme, le Nexo est une curieuse et amusante bébelle avec plusieurs attributs pour plaire et rendre la vie agréable, mais il n’est pas du tout une solution viable pour le grand public dans le contexte actuel – et il ne le sera sans doute jamais compte tenu des progrès de plus en plus rapides des véhicules électriques à batterie en termes d’autonomie et de recharge.   

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

BaladoBalado: quel est l’intérêt d’un véhicule à hydrogène au Québec?
Bien que l’avenir semble se dessiner pour être électrique, certains constructeurs automobiles continuer de miser sur l’hydrogène. C’est le cas notamment de Toyota avec la Mirai et de Hyundai avec le Nexo . Invité à l’émission Le Guide de l’auto sur QUB Radio animée par Antoine Joubert et Germain Goyer, …
Pile à combustible/hydrogèneQuébec continue d’investir dans l’hydrogène
Par Vincent Larin Même si aucun véhicule à l’hydrogène n’a été vendu aux consommateurs québécois jusqu’ici, le gouvernement Legault investira dans la construction d’une deuxième station de ravitaillement dans le corridor Montréal-Québec. Le gouvernement du Québec poursuit cette aventure, alors qu’il loue à grands frais et teste des véhicules à …
2020Hyundai Nexo - Jouer dans les deux camps
À la fin des années 80, les technologies télévisuelles Betamax et VHS s’affrontaient afin d’établir le prochain standard en matière de divertissement. Aujourd’hui, c’est l’industrie automobile qui s’efforce de concevoir le carburant de l’avenir. Dans un camp, on retrouve les voitures électriques avec leur pile au lithium. Dans l’autre, les …
2019Hyundai Nexo 2019: Le pari de l'hydrogène
Quatre ans après la commercialisation embryonnaire du Tucson Fuel Cell, Hyundai récidive avec le nouveau VUS Hyundai Nexo fonctionnant avec une pile à combustible alimentée par hydrogène. Ce VUS fera l’objet d’une production en petite série limitée à 3 000 exemplaires qui seront commercialisés dans certains marchés très ciblés, dont …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires