Jaguar E-PACE - Des kilos en trop

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2020

La mode est aux VUS et Jaguar se doit de la suivre avec le F-PACE et le E-PACE dont le gabarit est plus contenu, mais qui fait preuve d’un certain embonpoint, affectant de ce fait la dynamique, les performances et, surtout, la consommation de carburant. Pour un VUS à vocation sportive qui, selon la marque anglaise, puise son ADN chez la F-TYPE, c’est très dommage.

Le E-PACE partage sa plate-forme, et certains équipements, avec le Range Rover Evoque, mais la comparaison s’arrête là puisque le VUS compact de Jaguar se singularise grâce à un look nettement plus typé. On remarque immédiatement les grandes entrées d’air pratiquées dans le bouclier avant ainsi que les épaulements, sans parler de la ligne de toit prolongée par un déflecteur; tous des éléments soulignant la sportivité de ce modèle qui évoque un peu le style du Stelvio d’Alfa Romeo. Mentionnons également que la variante R-Dynamic est encore plus expressive à ce chapitre avec ses jantes en alliage de 20 ou 21 pouces, qui ne sont vraiment pas à conseiller pour nos routes en hiver ou au printemps.

Un cockpit inspiration F-TYPE

Avec son levier de vitesses et sa poignée de maintien qui ceinture la console centrale côté passager, le E-PACE singe la F-TYPE côté look, mais on est déçu de constater que la qualité des matériaux utilisés dans l’habitacle laisse à désirer avec des plastiques peu flatteurs, et que la qualité de la finition intérieure n’est pas à la hauteur de la concurrence allemande. L’écran tactile en couleurs propose de nombreuses pages pour l’interaction avec les différents systèmes de la voiture, mais les touches sont lentes. De plus, la connectivité entre les applications d’un téléphone intelligent et la voiture exige l’achat de l’option Groupe téléphone intelligent, coûtant quelques centaines de dollars, et doit se faire au moyen de l’application maison InControl et non directement par Apple CarPlay ou Android Auto, ce qui serait pourtant nettement plus simple.

Aussi, il faut casquer des frais supplémentaires pour bénéficier de trois ports USB additionnels aux places arrière et pour avoir un volant chauffant et un pare-brise chauffant. Un examen approfondi de la dotation de série et des équipements qui ne sont livrables qu’en option n’aide donc pas la cause du E-PACE. Les places avant sont accueillantes, mais on ne peut pas en dire autant de celles de la deuxième rangée, où l’accès à bord est gêné par des portières exigües. Au moins, le volume de chargement est bon : une capacité de chargement de 685 litres avec tous les sièges en place et 1 492 litres avec les dossiers arrière rabattus.

Gabarit contenu, mais poids imposant

Toutes les variantes du E-PACE font appel à un moteur quatre cylindres turbocompressé de 2,0 litres qui développe 246 ou 296 chevaux selon la version. Il est clair que la version la plus performante de ce moteur assure une certaine fougue au E-PACE, mais comme toutes les variantes affichent plus de 1 800 kilos à la pesée, cela vient tempérer les ardeurs. Le poids très élevé constitue un point faible majeur pour ce félin qui n’est pas aussi véloce ou dynamique qu’on le souhaiterait.

Le match comparatif que nous avons réalisé l’an dernier opposant le E-PACE à sa concurrence directe a d’ailleurs cruellement mis en lumière son poids plus élevé par rapport à ses rivaux, et c’est l’une des raisons pour laquelle il s’est classé au cinquième rang sur sept véhicules. La consommation en est également affectée, mais heureusement, le volume du réservoir frise les 70 litres ce qui n’affecte pas trop l’autonomie sur un plein. On s’attendait cependant à mieux de la part d’un véhicule équipé d’une boîte automatique à neuf rapports.

Le comportement routier est bon dans l’ensemble. Le E-PACE se montre alerte en conduite plus dynamique avec une direction précise qui n’offre toutefois pas un très bon ressenti puisqu’elle est un peu trop légère. Par ailleurs, le diamètre de braquage est très grand ce qui vient parfois compliquer les manœuvres de stationnement ou de demi-tour. Le roulement s’avère ferme, mais généralement pas inconfortable. En conduite sportive, le E-PACE souffre une fois de plus de son poids élevé qui nous rappelle rapidement à l’ordre.

En fin de compte, le style est accrocheur et le E-PACE fait preuve d’une belle polyvalence. Dommage qu’il soit si lourd et que sa dotation de série ne soit pas plus étoffée. Difficile aussi d’occulter la fiabilité de la marque qui est inférieure à la moyenne de l’industrie...

Feu vert

  • Look réussi
  • Moteur performant (P300)
  • Bon comportement routier
  • Bonne polyvalence

Feu rouge

  • Poids très élevé
  • Consommation élevée
  • Plusieurs équipements en option
  • Qualité de finition intérieure et choix des matériaux

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires