Honda Insight - Un autre échec commercial?

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2020

69 005. Le nombre de Honda Civic vendues en 2018 au Canada. Et pour l’Insight qui en dérive… à peine 227 unités durant la même période. OK, d’accord, la voiture est arrivée en cours d’année, ce qui signifie que sur 365 jours, on aurait pu en vendre un peu plus. Mais, le souhaite-t-on vraiment? Voilà effectivement la question que l’on peut se poser en observant les efforts mis en place pour sa commercialisation. Pas de dévoilement officiel, pas de promotion, de publicité, et aucun incitatif à l’achat…

L’Insight est pourtant loin d’être vilaine et possède plusieurs cordes à son arc. Pour le découvrir, l’équipe de Guide de l’auto a effectué un essai sur plus de 400 kilomètres en comparaison avec une Civic Touring.

Utilisant la structure de la Civic, cette hybride se distingue tout de même par une carrosserie qui lui est propre. Elle arbore d’ailleurs une ligne plus sobre qui, sans faire l’unanimité, aura certainement l’avantage de mieux passer l’épreuve du temps. Un tantinet plus longue que sa proche cousine, l’Insight est également plus lourde de quelques dizaines de kilos. À bord, les distinctions sont frappantes. D’entrée de jeu, l’Insight possède une instrumentation numérique qui bien sûr incite à une conduite plus écoénergétique. Or, la finition un tantinet plus noble ainsi qu’une console centrale plus pratique en raison de l’absence d’un réel levier de vitesses, viennent aussi contribuer à une note plus positive. Puis, il y a le volant, emprunté à l’Accord, plus joli.

Ça, une Insight?

On peut comprendre pourquoi la précédente Insight n’a pas connu beaucoup de succès. Bruyante, inconfortable et plus compacte que la Civic, on la percevait comme une sous-Prius proposant une technologie moins convaincante. Cette fois, les choses sont différentes. D’abord parce que la voiture propose des dimensions plus intéressantes, mais aussi parce que la technologie n’est plus en marge de ce qu’offre la concurrence. Sur le plan technique, un quatre cylindres de 1,5 litre jumelé à un moteur électrique parvient à livrer une puissance maximale de 151 chevaux. Une puissance moindre que celle de la Civic Touring à moteur turbo, mais quasi équivalente à celle des Civic à moteur 2,0 litres.

En comparant l’Insight à la Civic Touring, on constate que la voiture est moins nerveuse et que l’effet d’élasticité de la boîte automatique à variation continue est plus agaçant. La conduite n’est pas non plus aussi dynamique, notamment en raison des réglages de suspension et des pneumatiques. En revanche, l’Insight est mieux insonorisée et un tantinet plus confortable. Un point agaçant? Le régulateur de vitesse intelligent ultra-intrusif et qui vous freine à tout bout de champ, sans raison, tout comme avec la Civic. À revoir.

Une réelle économie?

En de parfaites conditions, vous réussirez à obtenir une moyenne de consommation de 4,6 – 4,7 litres aux 100 km. Pas mal. Or, lors de notre test, l’Insight combinait conduite urbaine, autoroute et routes secondaires, avec comme résultat une moyenne de 5,0 litres aux 100 km. De son côté, la Civic Touring a consommé 6,1 litres aux 100 km pour le même trajet. En ne roulant qu’en ville, l’écart pourrait être de 2 litres aux 100 km. Mais en effectuant majoritairement des trajets sur l’autoroute, ce dernier deviendrait symbolique.

Essentiellement, il faut donc conclure que le saut de la Civic à l’Insight ne doit pas être fait que pour l’économie de carburant. Avec le litre d’essence à 1,30 $ - 1,40 $, il vous faudra rouler pendant neuf ou dix ans à raison de 25 000 km par an pour rentabiliser les quelque 3 600 $ (+taxes) supplémentaires, nécessaires à son achat.

La bonne nouvelle, c’est que l’Insight devient de plus en plus logique lorsque l’on se projette dans le futur. Parce qu’en considérant une hausse du prix de l’essence, et en sachant également que sa motorisation sera sans doute plus fiable que le moteur turbocompressé de la Civic, on peut anticiper une rentabilisation plus rapide. Puis, on peut aussi se rabattre sur les éléments de luxe retrouvés à bord ainsi que sur la distinction de sa ligne. Parce qu’il n’y a rien de moins original que de rouler en Civic.

Malheureusement, la liste des facteurs qui nous portent vers l’Insight est assombrie par un manque flagrant de volonté de la part de Honda, à la vendre. Ou encore pire, à la louer. Parce que même si le prix est plus élevé d’environ 3 600 $ par rapport à la Civic Touring, le coût d’acquisition total en considérant le taux de financement peut ainsi passer à environ 8 000 $. Alors…toujours intéressé? Peut-être que oui, si vous envisagez de la payer comptant. Or, à ce moment, je vous dirais de vous retrousser les manches pour chercher et en trouver une, car plusieurs concessionnaires n’osent pas en garder en stock. Comme quoi, même une bonne voiture peut constituer un échec commercial.

Feu vert

  • Confort et aménagement
  • Rendement efficace
  • Ligne plus sobre que la Civic
  • Fiabilité garantie

Feu rouge

  • Désintérêt total du constructeur à en vendre
  • Effet d’élasticité de la boîte automatique agaçant
  • Régulateur de vitesse… pas très intelligent
  • Pas aussi frugale qu’une Prius

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires