Land Rover Range Rover Velar - Le quatrième élément

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2020

Quatrième élément de la gamme Range Rover, le Velar se positionne entre le Range Rover Evoque et le Range Rover Sport ainsi que le Range Rover classique. L’appellation Velar évoque le mot latin velum, qui signifie voile ou rideau, et c’est cette inscription qui avait été apposée sur les prototypes et véhicules de préproduction ayant précédé le modèle de série du Range Rover vers la fin des années soixante.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le Velar a une gueule d’enfer avec son design d’avant-garde qui intègre la notion de réductionnisme selon ses concepteurs. Avec ses proportions très équilibrées et sa ceinture de caisse qui s’élève de l’avant vers l’arrière, le Velar évoque aussi un certain dynamisme qui se trouve rehaussé par les jantes en alliage de 22 pouces proposées sur les versions haut de gamme.

Pas de doute, le style est très réussi, avec ce métissage des codes classiques de la marque, tels que le toit flottant et le capot de type clamshell, et les éléments plus modernes, comme les poignées de portière affleurantes, les phares amincis de type DEL et le look en 3D des feux arrière. Le design contemporain du Velar se double d’une grande efficacité aérodynamique, chiffrée par un coefficient de traînée de 0,32, soit le meilleur score jamais obtenu par un véhicule de la marque.

Un sanctuaire sur roues

Le design de l’habitacle est très épuré, presque d’inspiration scandinave, les commandes et interrupteurs étant réduits à leur plus simple expression. En lieu et place d’une console centrale sertie d’une série de touches, le Velar propose plutôt un agencement de deux écrans tactiles de dix pouces qui affichent leurs touches à l’approche de la main. Toutefois, un bon apprentissage est nécessaire pour déterminer la sélection des menus et sous-menus par lesquels on peut accéder aux diverses fonctionnalités. Comme alternative au cuir, le Velar peut se parer d’une sellerie en matière textile, développée conjointement avec l’équipementier Kvadrat, ce qui représente une première pour ce créneau.

Héritage de la marque oblige, le Velar dispose d’excellentes aptitudes pour la conduite hors route grâce à des dispositifs électroniques avancés comme le Terrain Response qui permet d’optimiser les réglages du véhicule selon le type de sol sur lequel il roule, ou encore le Hill Descent Control qui, comme son nom l’indique, contrôle automatiquement la vitesse du véhicule lors de la descente d’une côte prononcée. Aussi, le Velar peut traverser un cours d’eau d’une profondeur de 65 centimètres sans problème. Parions toutefois que la majorité des acheteurs ne tenteront jamais ce type de manœuvre, et que le terrain le plus accidenté parcouru par un Velar sera probablement un chemin de gravier bien dégagé pour atteindre un chalet.

Selon les variantes, le Velar peut être animé par un bloc quatre cylindres à essence turbocompressé ou un V6 suralimenté par compresseur qui permet au véhicule d’atteindre 100 km/h en environ six secondes. Pour 2020, Land Rover produira également en série limitée une déclinaison du Velar répondant au nom très ronflant de SVAutobiography Dynamic Edition, laquelle est animée par le V8 de 5,0 litres suralimenté par compresseur, partagé avec le Jaguar F-PACE SVR et le Range Rover SVAutobiography Dynamic.

Les VUS de la marque n’ont jamais été reconnus pour leur dynamique, et le Velar ne fait pas exception à cette règle. Si vous êtes à la recherche d’un VUS de luxe qui singe le comportement routier d’une sportive, rendez-vous plutôt chez Porsche. Cela étant dit, le confort du Velar demeure souverain en presque toutes circonstances, ce qui en fait un véhicule bien adapté pour faire de longs trajets, la quiétude régnant à bord n’étant troublée que par le bruit de vent généré par les rétroviseurs latéraux.

Mise en garde

On se répète chaque année, mais la fiabilité des véhicules Land Rover laisse encore et toujours à désirer, ce qui est plus que regrettable pour une marque de luxe qui possède un héritage aussi riche. Dans la plus récente étude J.D. Power mesurant la fiabilité des véhicules après trois années d’usage, Land Rover se classe à l’avant-dernier rang, ne devançant que Fiat qui est bonne dernière… En quelques mots, on est aujourd’hui très loin de la robustesse des Defender au volant desquels plusieurs aventuriers ont découvert les coins les plus reculés de notre planète, et c’est vraiment dommage.

Feu vert

  • Look superbe
  • Design épuré de l’habitacle
  • Aptitudes en conduite hors route
  • Confort souverain

Feu rouge

  • Fiabilité atroce
  • Prix élevés
  • Tarif des options

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires