Chevrolet Blazer/GMC Acadia - L’impact d’un nom

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2020

L’annonce d’un nouveau Blazer au sein de la gamme Chevrolet a certainement énervé les passionnés de hors route, mais lorsque le produit final s’est pointé sous une allure de véhicule multisegment, plusieurs puristes furent déçus, nous y compris.

Une fois que l’on a pris le volant de ce véhicule, nos préjugés se sont rapidement dissipés. Certes, ce Blazer n’a rien à voir avec les générations précédentes portant le même nom chez Chevrolet. Il se présente désormais comme VUS urbain, mais ça ne l’empêche pas d’être réussi pour autant.

La Camaro des VUS

Si vous trouvez que le Blazer ressemble étrangement à une Camaro soulevée, ce n’est pas une coïncidence. Chevrolet a vraiment tenté de produire un utilitaire qui met l’accent sur la dynamique de conduite. Bien qu’il partage sa plate-forme avec le GMC Acadia, la voie avant du Blazer est plus large que celle de son cousin. Côté proportions, il est de la même hauteur qu’un Chevrolet Equinox, mais aussi large qu’un Traverse. D’ailleurs, le Blazer se faufile entre ces deux VUS au sein de la gamme Chevrolet, rivalisant avec des véhicules comme le Ford Edge, le Nissan Murano et le Honda Passport.

Voici à quel point ce nouveau Blazer est différent de ses ancêtres : par défaut, le Blazer envoie sa puissance vers le train avant par l’entremise d’un moteur quatre cylindres de 2,5 litres et d’une boîte automatique à neuf rapports. Seuls les Blazer alimentés par le V6 de 3,6 litres s’offrent avec le rouage intégral. Ce moteur, grâce à ses 305 chevaux, favorise des accélérations plutôt intéressantes.

Mais c’est la déclinaison RS, agrémentée de la vectorisation du couple, d’une suspension repensée et de freins surdimensionnés – sans oublier une allure nettement plus distinguée – qui permet au Blazer d’exercer de réelles prouesses dynamiques dans la même veine qu’un Ford Edge ST.

Très stylisé et plutôt bien assemblé, le Blazer demeure un véhicule utilitaire polyvalent. Son habitacle est spacieux, incorporant des éléments et agencements de couleur attrayants, et sa banquette arrière laisse amplement de dégagement pour la tête, les épaules et les jambes. Au chapitre de l’espace de chargement, il se classe derrière un Murano et un Edge, disposant de 1 818 litres d’espace total une fois sa banquette rabaissée au plancher.

C’est au chapitre de la capacité de remorquage que le Blazer à moteur V6 se démarque. Capable de tirer jusqu’à 2 041 kg (4 500 lb), seul un Honda Passport est un tantinet plus compétent avec une capacité de 2 268 kg (5 000 lb).

Comme le reste des produits GM, le Blazer incorpore une interface multimédia au goût du jour avec des icônes claires, rapides à réagir et faciles à saisir, tout en étant compatible avec les dernières technologies en matière de connectivité. Android Auto, Apple CarPlay, une borne Wi-Fi (forfait de données en sus) et des fonctionnalités pratiques comme Teen Driver et Valet, sont de la partie, faisant de lui un des systèmes multimédias les mieux aboutis de l’industrie.

Faire deux, avec un

Bien que le Chevrolet Blazer et le GMC Acadia partagent plusieurs de leurs composantes mécaniques, General Motors a néanmoins réussi à concevoir deux VUS entièrement différents. Si le Blazer mise sur le style et la performance, l’Acadia est plutôt axé sur l’espace d’habitacle, le confort et les capacités hors route.

Contrairement au Chevrolet, on retrouve dans l’Acadia un moteur quatre cylindres turbo de 2,0 litres en option, crachant 230 chevaux et 258 lb-pi. Les déclinaisons plus onéreuses s’offrent avec le même moteur V6 d’une puissance de 310 chevaux.

On propose du côté du GMC un plus grand éventail de configurations que pour le Blazer. Pouvant être doté de l’ensemble Denali, ce qui lui octroie une allure et un niveau de luxe dignes de mention, on peut aussi opter pour la variante AT4, ajoutant à l’Acadia quelques accessoires et modifications au rouage intégral lui permettant de mieux affronter les sentiers. Loin d’être un Jeep, un Acadia AT4 parvient à se sortir des gros bancs de neige et des sentiers boueux.

Légèrement plus long que le Blazer, l’Acadia peut accommoder jusqu’à sept passagers, tout en fournissant un espace de chargement nettement supérieur de 2 237 litres. Sa capacité de remorquage, quant à elle, est toutefois un peu plus faible que celle du Blazer. Celle-ci est déclarée à 1814 kg (4 000 lb) par le constructeur.

Avec ces deux VUS, General Motors est bien outillé pour rivaliser à la fois avec le segment des VUS intermédiaires à cinq et sept passagers, tout en proposant aux consommateurs une grande flexibilité dans les déclinaisons. À nos yeux, un Blazer avec moteur V6 ou un Acadia avec moteur 2,0 litres turbo représentent les meilleur compromis.

Feu vert

  • Bonne capacité de remorquage (Blazer)
  • Comportement routier dynamique (Blazer RS)
  • Habitacle spacieux et polyvalent (Acadia)
  • Grande flexibilité des variantes (Acadia)

Feu rouge

  • Espace de chargement perfectible (Blazer)
  • Pas de rouage intégral avec le moteur 2,5 L (Blazer)
  • Aucune déclinaison électrifiée en vue

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires