Hyundai Nexo - Jouer dans les deux camps

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2020

À la fin des années 80, les technologies télévisuelles Betamax et VHS s’affrontaient afin d’établir le prochain standard en matière de divertissement. Aujourd’hui, c’est l’industrie automobile qui s’efforce de concevoir le carburant de l’avenir. Dans un camp, on retrouve les voitures électriques avec leur pile au lithium. Dans l’autre, les bagnoles à piles à combustible à l’hydrogène, une technologie qui semble encore être au stade embryonnaire.

Néanmoins, Hyundai, qui propose actuellement quelques véhicules électriques et hybrides rechargeables intéressants au sein de sa gamme, voit aussi un potentiel en l’hydrogène. C’est avec son NEXO qu’il tentera de convaincre les consommateurs.

Plus tard que prévu

Lors de son lancement officiel, Hyundai nous promettait que son tout nouveau VUS alimenté par l’hydrogène arriverait sur notre marché au début de l’année 2019. Un pari osé, considérant le nombre très limité de stations de remplissage. Au moment d’écrire ces lignes, seules les villes de Québec et Montréal en ont une à leur disposition, et le NEXO ne s’est toujours pas pointé le bout du nez chez les concessionnaires de la province.

Hyundai ne s’attend pas à remplir ses coffres avec ce véhicule. Voyez plutôt le NEXO comme un laboratoire sur roues, une projection des technologies futures du constructeur. Comme Toyota et Honda – qui croient eux aussi à l’hydrogène comme mode de propulsion viable –, Hyundai espère faire bouger les choses en mettant un véhicule sur la route.

Si le NEXO vous intéresse, Hyundai sera ravi de vous en parler davantage et de vous accommoder pour en avoir un. Il est d’ailleurs commercialisé dans la ville de Vancouver pour la somme de 73 000 $, ce n’est pas donné...

Néanmoins, le manufacturier travaille fort pour faire croître cette technologie. Hyundai, comme Toyota, Honda, BMW, Audi et General Motors, fait actuellement partie de l’alliance « Hydrogen Council », avec d’autres acteurs de l’industrie de l’hydrogène, afin d’injecter les fonds nécessaires au développement de ce carburant.

Sur papier, la voiture à pile à combustible à l’hydrogène représente une offre alléchante. D’une part, on délaisse le moteur à combustion, n’émettant ainsi aucun gaz à effet de serre. Aussi alimentée par un moteur électrique, cette voiture se débarrasse presque entièrement de l’énorme pile au lithium. Ainsi, on se libère d’un réseau électrique, des temps de recharge prolongés et de la fabrication polluante des batteries. Comme l’auto à essence, celui à hydrogène ne nécessite qu’un plein du réservoir, qui s’effectue en quelques minutes. Ce qui se solde par une autonomie plus élevée que les voitures électriques actuellement disponibles.

Technologie convaincante

L’équipe du Guide de l’auto a eu l’opportunité de mettre à l’essai quelques véhicules du genre, et nous avouons que la technologie nous a charmés. Le NEXO est un VUS comme les autres, d’environ la même taille qu’un Hyundai Tucson. Son coffre s’ouvre sur un espace de chargement total de 1 600 litres, le positionnant kif-kif avec les VUS compacts du marché.

Alimenté par un moteur de 120 kW (161 chevaux) et d’un couple de 291 lb-pi, le NEXO n’est pas rapide, mais les accélérations sont promptes, l’habitacle est hautement silencieux, et la qualité de roulement est du même niveau que les meilleures voitures de luxe à essence sur le marché. Si vous admirez le design de l’habitacle de votre Hyundai Palisade – avec sa console centrale flottante –, sachez que cette direction stylistique a vu jour du côté du NEXO.

Pareillement pour l’énorme écran de 12,3 pouces, manipulable soit tactilement, soit avec des commandes physiques. Celui-ci intègre la nouvelle interface du constructeur permettant de personnaliser son menu principal, tout en incorporant les plus récentes technologies en matière de connectivité.

Avec une autonomie estimée à 570 km par l’EPA aux États-Unis, le NEXO se faufile entre une Honda Clarity Fuel Cell (576 km) et une Toyota Mirai (499 km). Il est toutefois plus polyvalent que ses rivales en raison de sa configuration de VUS. Le NEXO ne s’offre actuellement qu’avec le rouage à traction.

Est-ce que ce véhicule verra les routes du Québec un jour? Nous l’ignorons, mais c’est possible. À vrai dire, bien que la technologie à l’hydrogène semble prometteuse, elle fait toujours face à plusieurs défis qui l’empêchent d’être commercialisée en grande quantité.

D’une part, la production d’hydrogène peut s’avérer salissante et coûteuse si elle n’est pas produite intelligemment, sans oublier la perte d’énergie importante lors de sa production. De l’autre, les coûts d’un plein sont à l’heure actuelle trop élevés pour que l’hydrogène puisse même rivaliser contre le pétrole. Pendant ce temps, la voiture électrique à pile au lithium progresse à un rythme presque exponentiel. Est-ce que le NEXO subira un sort identique aux Betamax? Seul l’avenir nous le dira.

Feu vert

  • Autonomie élevée
  • Coffre volumineux
  • Finition d’habitacle épatante
  • Technologie de pointe

Feu rouge

  • Infrastructures de remplissage presque inexistantes
  • Prix élevé
  • Disponibilité précaire
  • Avenir du produit inconnu

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisHyundai Nexo : les coûts démesurés de l’hydrogène
L’hydrogène a-t-il réellement un avenir dans l’automobile? Certains constructeurs le pensent encore. Hyundai , par exemple, souhaite produire annuellement 500 000 véhicules avec pile à combustible à partir de 2030 – des voitures de tourisme, mais surtout des camions lourds destinés au transport de marchandises sur de longues distances. La …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires